Rugbyrama

Lambey : "J’essaie de rapidement passer à autre chose"

Lambey : "J’essaie de rapidement passer à autre chose"

Le 10/09/2019 à 14:57Mis à jour Le 10/09/2019 à 14:58

TOP 14 - Passée la déception de ne pas s’envoler au Japon avec l’équipe de France, le 2e ligne du LOU s’investit pleinement dans le travail avec son club. Les bons débuts lyonnais lui permettent de se lancer à 100% dans ce projet. Et Félix Lambey a hâte de fouler à nouveau la pelouse de Gerland. Entretien.

Quel est votre état d’esprit ces derniers jours après l’annonce de votre non-sélection pour la Coupe du monde ?

Félix Lambey : Dans un premier temps, c’est de la déception. C’est normal, je vais passer à côté d’un bel événement. Donc il y a beaucoup de déception mais j’essaie de rapidement passer à autre chose. J’ai la chance d’être très heureux dans mon club et avec mes coéquipiers. J’ai la famille qui est proche et ma copine avec moi. J’ai tout pour aller bien et cela me permet de passer à autre chose rapidement.

Test match - Félix Lambey (France) face aux Fidji

Test match - Félix Lambey (France) face aux FidjiIcon Sport

Vous êtes encore assez jeune également. Pensez-vous à 2023 ?

F.L : Je ne me projette jamais trop donc je ne me dis pas « je ferai la prochaine dans 4 ans » car on ne sait pas ce qui peut se passer, surtout avec le rugby d’aujourd’hui. Je ne me projette absolument pas, seulement sur les mois à venir et notre saison avec le LOU. C’est la seule chose que je prévois pour le moment.

Vous aviez hâte de vite rejouer en club ? (Il est entré en jeu samedi à Toulon, ndlr)

F.L : Physiquement, je suis prêt. J’avais vite envie de jouer, de retrouver les terrains et mes coéquipiers. En plus, l’équipe est pour le moment sur une belle dynamique donc c’est plus facile de reprendre dans ces conditions-là.

Comment gérez-vous le fait d’être réserviste et donc d’éventuellement être à disposition de l’équipe de France s’il y a un blessé ?

F.L : Je reste disponible évidemment. Je me maintiens en forme comme je joue avec mon club. Je vais essayer de jouer le plus possible ici. Donc s’il devait y avoir un pépin, je serai prêt pour partir. Mais je ne souhaite de mal à personne quoi qu’il arrive. Après c’est le rugby, évidemment je serais prêt si je dois être appelé.

Vous avez rapidement posté un message sur les réseaux sociaux pour encourager le XV de France. Serez-vous à fond devant votre télé ?

F.L : Je ne vais pas mentir je ne serai pas en train de gueuler devant la télé. Mais je vais quand même regarder les matchs ! Et suivre cette Coupe du monde, c’est un bel événement dans notre sport.

Quelle a été la réaction de vos coéquipiers en club après l’annonce de votre absence de la sélection ?

F.L : J’ai eu beaucoup de chance car tout le monde m’a soutenu que ce soient les joueurs, le staff ou le président. J’ai eu des messages de soutien d’anciens joueurs de l’extérieur ou de joueurs en activité. Ils m’ont mis dans de bonnes conditions pour pouvoir rattaquer rapidement.

Quel regard avez-vous porté sur le début de saison du LOU ?

- Je suis très content mais pas surpris. J’ai eu Pierre Mignoni et le capitaine Baptiste Couilloud au téléphone, je savais qu’ils avaient fait une très bonne prépa et de très bons matchs dans cette présaison. J’ai aussi regardé les matchs, j’étais très satisfait de voir le niveau qu’ils arrivaient à mettre en place. Même si c’était deux rencontres à domicile contre deux équipes pas encore en place comme le Stade français, et le Stade toulousain à qui il manque beaucoup de joueurs. C’est bien, nous ne pouvions pas mieux attaquer la saison mais il faut relativiser tout cela et ne pas s’enflammer.

En début de saison, vous avez été désigné co-capitaine avec Baptiste Couilloud. Quel est votre sentiment sur cela ?

F.L : Je suis très heureux. Je ne sais pas comment se passera la saison mais pour l’instant, c’est Baptiste qui l’est et ça passe très bien comme cela. Donc je ne vois pas pourquoi ça changerait et on va voir avec Pierre mais je pense que ça peut continuer comme cela. Tant que tout se passe bien, ce n’est pas nécessaire de changer et de peut-être dérégler les mecs et les habitudes. Cela ne change pas le fait que j’interviens et prend la parole comme si j’étais capitaine. Après c’est un rôle que l’on découvre avec Baptiste. On essaie de se développer dans cela. Il y a Julien Puricelli qui est là pour nous accompagner avec des joueurs expérimentés derrière comme Jean-Marc Doussain, Jonathan Wisniewski ou Jonathan Pélissié. Nous ne sommes pas seuls. C’est une suite logique de voir des joueurs formés au club prendre ce rôle-là. Je redécouvre un Baptiste Couilloud à l’aise et épanoui dans ce rôle.

Est-ce que les anciens se taisent un peu plus ?

F.L : Non, non, ils ont toujours parlé donc il n’y a pas de raisons qu’ils ne le fassent plus. Un Julien Puricelli ça reste le king chez nous. Capitaine ou pas, quand il veut parler il sera écouté. Cela ne change pas.

Que pouvez-vous viser cette saison ?

F.L : L’objectif est de faire mieux que la saison dernière. Nous avons fait deux demi-finales, il est logique de rêver à mieux, à une finale ou un titre. Nous faisons le maximum pour cela et nous allons travailler pour, même si nous connaissons la difficulté pour le faire. Dans ce championnat, tu peux faire une demi-finale une année et jouer le maintien la suivante. Après, cela ne sert à rien de faire de la langue de bois. Quand tu fais deux demi-finales, c’est logique d’aspirer à mieux les années suivantes. Si nous réussissons à rejouer une demi-finale et que nous perdons encore, il y aura de la déception. Alors que jouer une finale ce serait quelque chose de sympa et de beau pour le club et les joueurs.

Est-ce que cela devient un challenge de ne pas encaisser d’essai ? (Aucun encaissé jusque-là cette saison, ndlr)

F.L : Oh, ce n’est pas un défi que nous nous fixons. Nous avons une bonne défense et nous voulons la garder. Si nous n’encaissons pas d’essai, nous serons très heureux mais bon, des essais nous allons en prendre cette saison ! Si nous prenons 3 essais mais nous gagnons ce week-end, je serai satisfait quand même. Le but reste d’en prendre le moins possible et de garder cette bonne défense.

Au LOU, on voit de plus en plus les 2e lignes participer au jeu de passes. Cela est-il particulièrement plaisant ?

F.L : C’est un peu la mentalité de l’équipe. Nous n’avons pas que des 2e lignes capables de jouer, les 1ères ligne aussi ! Nos coachs ont envie de mettre cela en place et c’est vrai que je m’épanouis dans cette équipe et avec le jeu que nous essayons de produire.

Beaucoup jouer à domicile en début de saison, est-ce que cela ajoute de la pression ?

F.L : Je n’étais pas là mais il devait y avoir beaucoup de pression sur les deux premiers matchs à domicile. Si tu passes à côté, la saison s’annonce compliquée. Ces matchs ont été validés. Et comme nous avons gagné à Toulon, il y a peut-être un peu moins de pression. Mais je ne pense pas que cela soit spécialement un avantage d’attaquer par de nombreuses rencontres à domicile.

A titre personnel, comment abordez-vous ce match contre Brive ?

F.L : Il me tarde de rejouer ici à Gerland, de retrouver tout le monde. J’étais venu en spectateur assister au match contre le Stade toulousain et j’avais passé un bon moment. Sur le terrain, cela sera encore plus sympa. Voir les copains jouer ici m’a donné envie de participer !

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0