Icon Sport

Tauleigne, absent depuis un an, est pourtant rétabli !

Tauleigne, absent depuis un an, est pourtant rétabli !
Par Jérôme Prevot via Midi Olympique

Le 25/04/2019 à 15:02Mis à jour Le 25/04/2019 à 15:43

TOP 14 - On ne l'a plus vu depuis plus d'un an sur un terrain. Mais, l'international français est totalement rétabli, depuis mi mars. Cruel destin.

On n'a pas vu Marco Tauleigne sur un terrain depuis le 24 mars... 2018. A l'époque le numéro 8 de l'Union Bordeaux-Bègles sortait du Tournoi des Six Nations avec l'aura d'un jeune international prometteur. Cinq s élections, dont quatre comme titulaire durant le Tournoi. Et puis, le trou noir. Il n'a plus été vu crampons aux pieds depuis. Même si ses derniers jours, il semblait se rapprocher du groupe avec, peut-être une place sur le banc face à Toulon et face à Lyon. Le délai semble très long et très douloureux pour ce numéro 8 au potentiel vraiment prometteur.

"En fait, j'ai été touché par trois commotions cérébrales en moins d'un an, c'est ce qui explique que ma saison dernière s'est terminée si tôt et que je n'ai pas fait la tournée en Nouvelle-Zélande." Ca aurait pu être une péripétie, mais le destin s'en est mêlé : "Puis en début de saison, je me suis fissuré un tendon rotulien et puis la cicatrisation s'est mal passée, un nodule a poussé sur le tendon. J'ai dû subir une opération, le programme de rééducation choisi n'était finalement pas le bon. Autant de temps de perdu."

Nous sommes en avril, plus d'un an après son dernier match. A vrai dire, à force de voir Marco sur la liste des indisponibles, on avait commencé à s'inquiéter sur son avenir de joueur de rugby, tout simplement. Même si nous l'avons vu enfin reprendre l'entraînement, nous nous posions des questions. Avait-il retrouvé toutes ses sensations. On l'imaginait traîner des douleurs ou des handicaps qui rendaient impossible sa reprise.

Top 14 - Tauleigne (Bordeaux) sort sur civière contre La Rochelle le 24 mars 2018

Top 14 - Tauleigne (Bordeaux) sort sur civière contre La Rochelle le 24 mars 2018Icon Sport

"Mais, non, je suis totalement opérationnel. J'ai repris juste avant notre match contre le Stade Français, le 14 mars. Je me sens totalement rétabli, mais tout simplement, je n'entre pas dans les plans de mon entraîneur." Marco Tauleigne a eu une discussion claire avec Joe Worsley ; "Il m'a expliqué qu'il avait des objectifs bien précis jusqu'à la fin de la saison . Qu'il avait un schéma bien en place avec un certain effectif. Je comprends, mais je me disait que même si je ne jouais que cinq à dix minutes par match, ça me conviendrait."

En troisième ligne, l'UBB joue avec un trio de base : Diaby-Amosa-Roumat et Gorgadze et Woki en réserve. Il en est visiblement très satisfait. Evidemment, le concurrent numéro un de Marco Tauleigne, c'est Afa Amosa, le numéro 8 australien, qui c'est incontestable fait une très bonne saison par s faculté à faire avancer son équipe : "Oui, je le reconnais, il est très puissant et très dynamique, je n'ai pas la prétention d'être aussi puissant que lui" concède Marco humblement.

Marco Tauleigne est pénétrant lui aussi, peut-être offre-t-il un rayon d'action plus étendu, une adresse gestuelle au moins aussi bonne, sinon meilleure. Mais le système de jeu de l'UBB est bien huilé avec un numéro 8 qui reste plutôt au milieu du terrain dans le fameux schéma de circulation des joueurs, la clé du jeu moderne.

XV de France - Marco Tauleigne (France) contre l'Angleterre le 10 mars 2018

XV de France - Marco Tauleigne (France) contre l'Angleterre le 10 mars 2018Icon Sport

Alors, Marco Tauleigne ronge son frein, il a l'impression que seul un coup du sort peut sauver sa fin de saison. La saison prochaine l'arrivée d'un nouveau coach, Christophe Urios changera forcément la donne. Il en cache pas qu'il est passé par des moments difficiles : "A un moment donné, je n'allais plus voir mes matchs, c'était trop dur pour moi. Ma famille et mes amis m'ont soutenu, je suis proche de Baptiste Serin, de Julien Rey, de Jefferson Poirot par exemple. J'ai aussi des amis qui ne sont pas du tout dans le monde du rugby. J'ai fait beaucoup de crossfit aussi pour retrouver mon poids de forme. C'est vrai que j'avais pris des kilos pendant mon absence, en ce moment, il ne me reste qu'un ou deux kilos à perdre."

Il a réfléchi à la fatalité, ces trois chocs assimilés à des suspicion de commotion : "Dont deux avec mes propres partenaires. C'est dur, mais je reconnais qu'il faut prendre des précautions." Il a dû aussi faire face aux réflexions des gens qu'il croisait : "Oui, tout le monde me parlait de mon retour.... ". C'est ça aussi la vie d'une joueur professionnel. Des moments plus amers qu'on le croit quand un grain de sable s'est glissé dans la machine.

Evidemment, dans un coin de sa tête, il y avait du bleu, la couleur du maillot de la france que Jacques Brunel, son ancien coach lui a fait goûter lors du Tournoi 2018. Marco était là le jour du drop assasin de Sexton. "On a connu des désillusions, mais mon meilleur souvenir, c'est la victoire contre l'Angleterre, 22-16. Evidemment, le XV de France et la Coupe du Monde j'y ai pensé. Mais là, je le dis que c'est sans doute cuit, sauf si in extremis, je jour dans les quatre derniers matchs. "

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0