Icon Sport

Top 14 - L’incroyable retour gagnant des Toulonnais

L’incroyable retour gagnant des Toulonnais

Le 27/01/2019 à 18:41Mis à jour Le 27/01/2019 à 19:05

Toulonnais et Parisiens ont livré un très bon duel en clôture de cette 15ème journée du Top 14 et c’est le RCT qui s’impose (33-30) dans les derniers instants grâce à deux exploits individuels. Paris avait le match en main, Toulon se fait finalement beaucoup de bien.

On le répète souvent, parfois bêtement, mais un match n’est jamais terminé tant que l’arbitre n’a pas donné le dernier coup de sifflet. Et ce duel livré à Mayol en est le parfait exemple. Menés 23 à 30 par le Stade français à la suite d’un drop de Jules Plisson (77’), le RC Toulon est finalement parvenu à inverser la tendance en marquant deux essais dans les derniers instants. D’abord par Louis Carbonel d’un exploit individuel sur un petit côté, tout juste après le renvoi (77’, 28-30), mais surtout après ce numéro presque incroyable de Filipo Nakosi parti de ses 22m après un service de Liam Messam.

L’ailier fidjien tape à suivre, s’arrache à la course et défie les lois de la gravité pour rester debout et aplatir dans l’en-but, plongeant Mayol dans la folie (80’). Oui, le RCT tient peut-être là un succès marquant dans sa saison plus que difficile. Car il a fallu aller se le chercher face à un Stade français qui pensait réussir le coup parfait. Passés tout proches d’un succès sans bonus défensif pour l’adversaire, ce sont finalement ces mêmes Parisiens qui repartent avec un petit point de la Rade après avoir pourtant bien maitrisé cette rencontre spectaculaire qui fut également un vrai chassé-croisé. Pleines de bonnes intentions, les deux équipes se sont rendues coup pour coup pendant 80 minutes.

Les minots ont tenu bon

Patrice Collazo avait décidé de faire confiance à la jeunesse (titularisations du pilier Jean-Baptiste Gros et de l’arrière Mathieu Smaïli) pour ce rendez-vous, et à l’image de l’entrée de Louis Carbonel, ce fut payant. Pourtant, c’est bien la nouvelle formation du bien connu Fabrice Landreau qui débute mieux, récompensée de ses efforts par le premier essai parisien d’Hendre Stassen (14’, 3-7) après un lancement de Piet Van Zyl et une prise d’espace. Sur un temps fort de ce même Stade français, c’est finalement Daniel Ikpefan qui relance le suspens, d’un contre de 80m (23’, 10-7).

Et comme c’était le jour des premières, au tour de Nicolas Sanchez de marquer son premier essai sous ses nouvelles couleurs pour bonifier le bon début de seconde période de Paris (50’, 13-17). Mais avant de donner la gagne à son équipe, Nakosi combine avec son frangin Tuisova sur son aile pour un autre essai de presque 80m, tout aussi spectaculaire et décisif (53’, 20-17). Mamuka Gorgodze laisse alors Toulon à 14 pour un comportement jugé inapproprié par Romain Poite (61’) et c’est en supériorité numérique que Paris voit Stassen réaliser le doublé (68’, 20-27).

La suite, on l’a déjà racontée. Mais il faut souligner que le jaune contre Jonathan Danty pour un plaquage dangereux (74’) a aussi offert des espaces dans la défense parisienne.

Contenus sponsorisés
0
0