Icon Sport

Dans l’irrationnel, Toulouse triomphe de Clermont

Dans l’irrationnel, Toulouse triomphe de Clermont

Le 14/04/2019 à 18:39Mis à jour Le 14/04/2019 à 19:16

TOP 14 - À l’issue d’une rencontre à dix essais, tout bonnement somptueuse, le Stade toulousain s’impose 47 à 44 face à l’ASM Clermont en clôture de la 22ème journée du Top 14 et devient le premier qualifié officiel pour les phases finales.

Le premier mot qui vient après un tel duel, c’est tout simplement "merci". L’on a envie de remercier les acteurs de ce match qui avaient pourtant toutes les excuses pour pouvoir penser à leur demi-finale européenne du week-end suivant. Installés aux deux premières places, Toulouse et Clermont ont pourtant livré une féroce bataille, se rendant coup pour coup tout en donnant l’impression que ce duel pouvait basculer dans un sens comme dans l’autre. Tombé dans l’irrationnel, cet affrontement accouche d’un score hallucinant.

20 dernières minutes de pure folie

C’est véritablement à l’heure de jeu que tout s’emballe, alors que la bande à Ugo Mola mène 26 à 23. Richie Gray vient trouver la faille en force sur une phase de jeu direct près de l’en-but (60’, 33-23). L’écart est alors de 10 points, le plus grand de la partie. C’était sans compter une réaction des Jaunards, par deux fois décisifs grâce à Damian Penaud qui franchit par deux fois la ligne, en surnombre sur les extérieurs (62’, 33-30) et en contre après une interception (66’, 33-35). Yohan Beheregaray est ensuite stoppé irrégulièrement sur la ligne par Iosefa Tekori, laissant KO le talonneur clermontois, obligeant Romain Poite à sortir le carton jaune et à signaler l’essai de pénalité (69’, 33-44).

Top 14 - Richie Gray (Toulouse) marque un essai contre Clermont

Top 14 - Richie Gray (Toulouse) marque un essai contre ClermontIcon Sport

Après ces 10 minutes où l’on croit alors que le match a basculé, les Stadistes renaissent de leurs cendres. Romain Ntamack est à la finition, en bout de ligne sur une aile, d’un travail de détermination caractérisé par de multiples charges (71’, 40-44). Face à ces assauts, Fritz Lee commet un écart qui laisse lui aussi ses partenaires à 14 ! Et c’est alors que tout un stade chavire de bonheur sur ce franchissement d’un Sofiane Guitoune, lancé comme un frelon, dans la continuité d’un ballon porté (77’, 47-44) et signant le doublé après sa réalisation en première période (13’). Oui, c’est bien la réalité de cette rencontre entre cadors qui n’ont pas été avares d’efforts durant ce scénario hitchcokien.

Un match qui laissera des traces

Si l’on insiste sur ces vingt dernières minutes, il ne faut pas oublier l’heure de jeu qui a précédé. Comme ce score de 16 partout à la pause et décanté par cet exploit de Cheslin Kolbe. L’ailier sud-africain a le culot de se mettre sur ses appuis – puis perdre l’équilibre – avant de relancer la machine pour mystifier plusieurs défenseurs (46’, 21-16). Tandis que Peceli Yato apporte une réponse immédiate après un jeu au pied de Tim Nanaï Williams (49’, 23-23). Damian Penaud brille aussi par son triplé, ses deux réalisations de la fin de match ajoutée à celle avant la pause après une relance de Setariki Tuicuvu (37, 13-16)

La seule touche négative reste ces organismes qui ont souffert de tous les efforts, et ce à une semaine de demi-finales européennes… Du côté toulousain, Zack Holmes n’a pas satisfait à un protocole commotion tandis que dans les rangs clermontois, Alexandre Fischer, John Ulugia et Yohan Beheregaray sont également sortis touchés du Stadium.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0