Icon Sport

Top 14 - Agen va devoir dépasser le cap de la frustration

Agen va devoir dépasser le cap de la frustration
Par Enzo Diaz via Midi Olympique

Le 01/02/2019 à 09:01Mis à jour Le 01/02/2019 à 15:06

TOP 14 - Rentrés bredouilles de leur déplacement en Gironde soldé par une défaite contre l'UBB le week-end dernier (25-17), les Lot-et-Garonnais ont neuf jours de pause pour évacuer leur frustration et se projeter sur la suite d'un Top 14 dans lequel bien que barragistes à l'heure actuelle ils ne s'avouent pas vaincus.

Mauricio Reggiardo, Stéphane Prosper, Rémy Vaquin et l'ensemble du staff agenais vont-ils revoir le match contre l'UBB dans son intégralité ? Il y a fort à parier que malgré les neuf jours de pause auquel les joueurs sont astreints avant la reprise de l'entraînement, le staff a déjà visionné quelques éléments de ce déplacement en terres girondine.

Aura t-il réussi à évacuer la frustration qui ressortait après-coup comme le faisait entendre Mauricio Reggiardo ? Une nouvelle fois, Agen n'est pas passé loin de faire tomber un "gros" du championnat mais comme lors de la réception de Toulouse début janvier, le SUALG s'est pris les pieds dans le tapis. En cause, des entames de mi-temps à chaque fois laborieuses et marquées surtout par des petites erreurs comme des en-avants, ou des mauvaises sorties de camp qui ont précipité la chute agenaise (trois essais encaissés sur chaque entame).

Mauricio Reggiardo

Mauricio ReggiardoIcon Sport

La fin de rencontre, si elle peut être sujet à caution avec la possibilité d'accrocher un bonus défensif ne semblait pas laisser d'énormes regrets dans le camp bleu et blanc. Les joueurs, Mathieu Lamoulie, Paul Abadie ou encore Yohan Montès avaient conscience du "trop grand nombre d'erreurs" faits au cours de la rencontre comme le manque de maîtrise une nouvelle fois trop important. "C'est rageant oui et non. Car au final nous n'avons que ce que nous méritons. Il y a des actions où nous arrivons à nous sortir de l'embarras et après on n'arrive pas à poser et à calmer le jeu dans des situations un peu délicates.Nous n'avons pas fait ce qu'il fallait" soulignait notamment Mathieu Lamoulie.

La non-résignation comme remède

L' "exploit" castrais de décembre n'a donc pu être répété et alors que le championnat va entrer petit à petit dans sa dernière ligne droite, les Lot-et-Garonnais savent qu'ils abordent un virage décisif dans la quête de leur maintien. Disons-le clairement, cette 13ème place qui leur colle à la peau depuis la 12ème journée ne satisfait pas Antoine Miquel et ses coéquipiers. Agen sait également ce qu'il en a coûté à Oyonnax la saison dernière avec un barrage brûlant disputé et perdu du côté de Grenoble. Avec trois points de retard sur son rival isérois, le SUA n'a pas partie perdue mais il va devoir se montrer à nouveau intraitables à domicile alors qu'il ne s'est imposé que deux fois à Armandie depuis le début de saison (Perpignan et Bordeaux-Bègles) et a concédé le nul contre...Grenoble. En cela, la réception de Toulon le samedi 16 février à 20h45 revêt déjà une importance capitale.

Top 14 - Les Agenais savourent leur victoire à Castres

Top 14 - Les Agenais savourent leur victoire à CastresIcon Sport

Le RCT, forcément un bon souvenir pour une équipe qui avait réussi la saison passée à se défaire des Varois (26-24) avec brio. Toulon, qui sort d'un renversement de situation salvateur et étourdissant contre le Stade français (33-30) ne l'a sans doute pas oublié non plus. 11ème au classement, la bande de Patrice Collazo, qui s'est donnée un bol d'air sur la 13ème place ne désespère pas d'une remontée fantastique et cela passe forcément par des coups à l'extérieur. Agen le sait bien et est donc prévenu en connaissance de cause. Surtout que derrière le calendrier ne laissera aucun répit avec deux déplacements capitaux à Perpignan, la lanterne rouge et Pau auteur d'un mauvais tour fin septembre à Armandie (25-28).

Dans le même temps, Grenoble va recevoir La Rochelle, se déplacer à Bordeaux et à Clermont, trois équipes du top 6. L'occasion est donc belle à saisir. Avec son état d'esprit, "on ne va pas lâcher et s'accrocher" indiquait le pilier Yohan Montès dans le paddock de Chaban-Delmas, ainsi que les vertus et la fraîcheur de sa jeunesse qui pointe le bout de son nez à l'image de l'étonnant troisième ligne Jessy Jegerlehner, le petit poucet agenais se montre lucide sur la suite de sa saison. En sachant qu'il peut perdre gros. Mais qu'il a aussi tout à gagner.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0