Icon Sport

Collazo, les raisons d’un départ

Collazo, les raisons d’un départ
Par Rugbyrama

Le 11/05/2018 à 15:25Mis à jour Le 11/05/2018 à 17:55

Après 7 années passées au sein du club maritime, Patrice Collazo a quitté le navire. Homme fort des dernières saisons rochelaises, l’ancien pilier commençait à diviser chez les "jaune et noir".

C’est la fin d’une aventure. Après avoir ramené le club maritime dans l’élite et de l’avoir installé parmi les meilleures écuries du championnat, Patrice Collazo a quitté son poste de manager de La Rochelle ce 10 mai 2018. L’ancien joueur du Stade Toulousain paye une saison décevante en matière de résultats, mais aussi de vives tensions au sein du staff et du vestiaire rochelais.

Patrice Collazo (La Rochelle)

Patrice Collazo (La Rochelle)Icon Sport

Comme révélé par Midi Olympique, un désaccord technique serait né entre le manager général et son adjoint Akvsenti Giorgadze. D’abord mis à pied, le Géorgien a ensuite reçu l’appui de son compère Xavier Garbajosa, entraîneur des lignes arrière. Une "alliance" qui aurait donc poussé Patrice Collazo à quitter ses fonctions. En effet, l’ancien international refusait catégoriquement de continuer à travailler avec ses adjoints. Une mésentente qui a donc obligé le manager à mettre un terme à son contrat. Un départ dont se serait bien passé le président Vincent Merling. Dans un communiqué, le club précise que : "M. Patrice Collazo a trouvé ce jour, avec son président Vincent Merling, un accord de libération. Le président après avoir recherché toutes les solutions pour maintenir l’unité de son staff a entériné cet accord avec beaucoup de regrets."

Des résultats sportifs décevants

Pour les Rochelais, Patrice Collazo est synonyme de Top 14. Arrivé en 2011/2012 suite à la descente du club en Pro D2, l’entraîneur, ramène le club dans l’élite trois saisons plus tard. Après deux années clôturées à la 9e place, les Maritimes finissent premiers en 2016/2017 au terme d’une saison parfaite de la première à la dernière journée. Cette année, les coéquipiers de Kevin Gourdon ne verront pas les phases finales. Au final, c’est à une triste septième place que terminent les Rochelais. Encore premiers à l’entame de la phase retour, les Rochelais ont totalement sombré en deuxième partie de championnat pour terminer à 2 points seulement des barrages.

Collazo

CollazoIcon Sport

Sa vision du jeu sinon rien

Pour amener La Rochelle à son zénith sportif Patrice Collazo a instauré un jeu de mouvement chez les Maritimes. Un jeu très offensif, avec beaucoup de passes après contact. Pour arriver à cette révolution, Collazo n’a pas hésité à replacer des joueurs quitte à les sortir de leur poste habituel. Sinzelle et Botia en sont le parfait exemple, respectivement ailier et centre, ils ont été replacés à l’ouverture et en troisième ligne. Des changements et une connaissance de jeu que beaucoup de techniciens pourraient lui envier.

Patrice Collazo (La Rochelle)

Patrice Collazo (La Rochelle)Icon Sport

Malgré ces replacements judicieux, l’entraîneur a parfois été décrié pour sa gestion de l’effectif. Durant ses sept ans, le coach n’a jamais hésité à écarter des joueurs, voir même à les placardiser. On pense notamment à Brock James ou plus récemment Tawera Kerr-Barlow. Des joueurs qui seraient d’ailleurs montés au créneau contre le manager rochelais.

Malgré des résultats plutôt corrects sur l’ensemble de son mandat, Patrice Collazo a souvent divisé au sein mais aussi à l’extérieur du club. Très souvent entêté dans ses idées pour ne pas déroger à son plan de jeu, le technicien aura quand même marqué de son empreinte La Rochelle. De par son franc-parler, son caractère souvent très difficile à gérer, son intransigeance, mais aussi ses résultats, Patrice Collazo a écrit un bout de l’histoire rochelaise.

Par Clément Gay.

Contenus sponsorisés
Les commentaires sont désactivés pour cette publication