Icon Sport

Après la communion, le LOU doit digérer la tension

Après la communion, le LOU doit digérer la tension

Le 10/05/2018 à 09:31

C’est un moment inédit que vit le club lyonnais actuellement en pleine préparation de son barrage à Toulon. Entre la fête de la qualification et la nécessité de ne pas se contenter d’avoir rempli les objectifs, le LOU reste ambitieux et met toutes les chances de son côté.

Après trois jours de repos, rendez-vous avait été donné ce mercredi pour la reprise de l’entrainement, après la victoire face à Montpellier synonyme de phases finales. Et les visages étaient déjà très concentrés alors que le principal objectif de la saison a été atteint. "Mais pourquoi s’arrêter là", réagit de suite Thibaut Regard à ce constat puis qui insiste sur le fait qu’"il y a toujours un match à aller chercher et une étape à franchir. Il faut se fixer de nouveaux objectifs sans penser à ce qui a été fait cette saison." Pourtant, c’est bien une première qualification depuis 43 ans que la bande à Pierre Mignoni est allée chercher !

Thibaut Regard (Lyon LOU)

Thibaut Regard (Lyon LOU)Icon Sport

Le travail du staff est justement d’essayer d’évacuer tous les signaux négatifs pour faire monter la sauce progressivement jusqu’au barrage, et ainsi mettre toutes les chances de son côté. "Il a été dur de se remettre de la semaine d’Oyonnax, entre le stage et la déception d’être passé à côté. Puis il y a eu la pression car La Rochelle pouvait nous passer devant. Aujourd’hui, les joueurs doivent digérer cette tension", confie l’entraineur des avants Karim Ghezal. "Des six qualifiés, Lyon est une équipe un peu différente. On n’a rien perdre et va le jouer à fond", poursuit-il en insistant sur le fait que le LOU s’invite à une table d’habitués.

Une soirée à Gerland qui fera date pour le rugby

Ce succès face au MHR et son scénario qui a viré à la dramaturgie ont déjà rendu la fête encore plus belle. Entre la haie d’honneur dès la descente du bus jusqu’aux embrassades sous les artifices, "on sentait que c’était une ambiance de phases finales, différente. C’était un bon moment à vivre et à froid, je me dis que c’était quelque chose d’exceptionnel et de magique", insiste Thibaut Regard, un gone qui connait la difficulté de fidéliser un large public dans la capitale des Gaules et de le rendre supporter. "On a maintenant cet objectif de retrouver notre public", renvoyant donc aux demi-finales au Groupama Stadium…

Avec 19 205 spectateurs présents, Gerland a vibré comme aux belles heures de l’Olympique Lyonnais. Et ces personnes ont maintenant un souvenir commun, probablement le dernier essai de Xavier Mignot validant le billet pour Toulon. "J’ai réécouté plusieurs fois le dernier essai et il y avait une ambiance de fou. Les dix dernières minutes, c’était énorme. C’était le scénario le plus stressant mais ça reste un final de fou et une ambiance gravée pour tout le monde. L’explosion de joie à la fin était à la hauteur", de ce que qu’espérait Karim Ghezal. Quelque que soit l’issue de l’aventure, le LOU aura au moins gagné ce premier pari.

Karim Ghezal - Lyon

Karim Ghezal - LyonIcon Sport

Une ferveur populaire, le club met les moyens

Et pour bénéficier d’un maximum de soutien à Mayol, le club a décidé d’offrir le trajet en bus à ses supporters qui n’auront à leur charge "que" la place de match et un tee-shirt collector, soit un pack à 30 euros (20 euros pour les abonnés). Lyon veut y croire car "l’on a peut-être moins de choses à perdre que Toulon qui peut avoir de la pression négative", dit Regard et car "ce groupe a fait quelque chose de grand et a envie de continuer", poursuit Ghezal.

Contenus sponsorisés
0
0