Icon Sport

TOP 14 - Grenoble recherche un "électrochoc" sportif et doit gérer une onde de choc

Grenoble recherche un "électrochoc" sportif et doit gérer une onde de choc

Le 14/03/2017 à 17:37Mis à jour Le 14/03/2017 à 17:38

TOP 14 - Eric Pilaud, le président du FC Grenoble, a tenu mardi après-midi une conférence de presse pour annoncer que Bernard Jackman ne serait plus l’entraîneur du FCG la saison prochaine alors que l’Irlandais avait été conforté dans ses prérogatives il y a quelques semaines.

Pour la fin de saison, les joueurs doivent prendre leur destin en main. Ils seront encadrés notamment par Mike Prendergast, coach des trois-quarts, et Aaron Dundon, entraîneur des avants. Très ému, le président de Grenoble est revenu sur l’affaire présumée du viol d’une jeune femme par des joueurs grenoblois après le match perdu à Bordeaux-Bègles, "quelque chose de répugnant et d’inacceptable si les faits étaient avérés".

Eric Pilaud a été très ému lorsqu'il a évoqué l'affaire de viol présumé d'une jeune femme qui impliquerait des joueurs du FCG - Photo Laurent Genin

Eric Pilaud a été très ému lorsqu'il a évoqué l'affaire de viol présumé d'une jeune femme qui impliquerait des joueurs du FCG - Photo Laurent GeninRugbyrama

Comme l’a dit le président Eric Pilaud en introduction de sa conférence de presse, "l’actualité a été très intense ces dernières 48 heures. Il y a trois sujets qui, malheureusement, se télescopent : un sujet de nature fait divers (l’affaire de viol présumé d’une femme de 21 ans qui impliquerait trois joueurs du FCG, Ndlr), un autre la fusion entre le Stade français et le Racing qui pourrait peut-être une opportunité pour le club de Grenoble de se maintenir ou d’être repêché à condition de finir 13e, et enfin la décision que nous avons prise avec Michel Martinez (président délégué, Ndlr) et Bernard Jackman de changer de patron du staff sportif pour la saison prochaine (décision qui n'a rien à avoir avec ce fait divers potentiel a-t-il précisé, Ndlr)". Voici les principales déclarations d’Eric Pilaud sur ces sujets.

  • Au moins un nouvel entraîneur la saison prochaine

Nous avons fait un bilan aux deux tiers de la saison avant le sprint final. Il nous est apparu au vu de la dynamique actuelle autour du club qu’il était mieux que nous cherchions à continuer à écrire notre histoire avec un nouveau coach, même si nous en chercherons un qui travaille dans la même philosophie de Bernard Jackman, en termes de jeu et de valeurs. Ce sprint final est tellement important compte tenu de l’opportunité de finir dans les 13 premiers qu’il fallait donner de la vision aux joueurs (par rapport à leur avenir). Et que plus on pouvait donner des repères de stabilité à nos joueurs dans un contexte qui est instable, mieux c’était.

Aly Muldowney (Grenoble) - mars 2017

Aly Muldowney (Grenoble) - mars 2017Icon Sport

On s’est dit que certes la nouvelle pouvait être un choc pour certains mais qu’au moins ils joueraient leur mission commando sur les 6 derniers matches en sachant de quoi le futur serait fait. […] C’est une décision, qu’on a prise hier (lundi), qui est très difficile pour nous. Il y a beaucoup de choses qui nous unissent à Bernard, quelqu’un de très compétent aussi. En prenant du recul, en analysant factuellement les choses, on s’est posé cette question : sommes-nous suffisamment confiant pour l'an prochain pour dire que cette saison est un accident et que l'accident ne se reproduira pas ? Et notre réponse a été non et par conséquent on va faire autrement.

  • Pourquoi prendre cette décision maintenant ?

"Ça ne s'est fait pas fait avant parce qu'il y a eu un mieux : sur les matches du Stade français, du Racing et de Brive même si on l'a perdu. Le match de Pau (défaite 39-25) a été une déception, on s'est dit que ce n'était pas si solide que ça. On s'était donné rendez-vous sur le match de Bordeaux (46-14), la question n'était pas de gagner ou perdre mais là il a manqué beaucoup d'ingrédients et c'est ironique de voir que le seul ingrédient qui n'a pas manqué c'était la conquête. On a vu des progrès mais on a considéré que ce n'était pas suffisamment stabilisé pour partir en toute confiance la saison prochaine en se disant : on a tous les ingrédients."

Fabrice Estebanez (Grenoble) - 2016-2017

Fabrice Estebanez (Grenoble) - 2016-2017Icon Sport

Ce changement n'intervient-il pas trop tard ? "On est toujours plus intelligent après. On est toujours seuls dans la défaite et il y a beaucoup de gens qui volent au secours de la victoire, Aujourd'hui je suis seul dans la défaite, seul à assumer une décision qu'on peut estimer trop tardive. De toute façon on ne refera pas les matches."

  • La fin de saison sans Jackman sur le banc a priori

Eric Pilaud est resté très flou sur ce point. Mais on a compris entre les lignes que ce ne serait sans doute pas le cas. "Bernard est toujours là, il est à la disposition du club. L'optique est de responsabiliser les joueurs. Les autres coaches (Mike Prendergast, Aaron Dundon et Philippe Doussy, le manager Andrew Farley, Ndlr) sont bien sûr là, ils ont accepté de relever le challenge. Nous cherchons aussi à ce qu'un certain nombre de leaders du groupe prennent en main un certain nombre de choses. Clairement, il y a un aspect électrochoc que nous cherchons à donner à l'équipe. Sera-t-il sur le banc contre le banc contre Toulon dimanche ? On verra. On n'est pas allé jusque là. On verra après les entraînements et dans la semaine comment se sentent les joueurs."

Bernard Jackman (Grenoble)

Bernard Jackman (Grenoble)Icon Sport

  • L’affaire du viol présumé d’une jeune femme après le match de Bordeaux

"Je n’ai pas plus d’informations que vous (les médias). Nous n’avons pas été contactés par la justice ou la police. Et au moment où je vous parle (mardi en début d’après-midi), je ne crois pas qu’un joueur ait été contacté ou entendu. C’est une situation extrêmement délicate à vivre pour nous tous. Je ne vais pas jouer à la victime. Si victime il y a, c'est bien évidemment à elle que je pense, mais aujourd'hui nos familles, les joueurs, sont associés dans la tête des gens -l’amalgame est vite fait- à quelque chose qui pourrait être extrêmement sordide. Ce n'est juste pas acceptable. Je vous demande de nous respecter." (il est au bord des larmes, des sanglots dans la voix) […] Si des joueurs sont sortis en boîte de nuit (après le match à Bordeaux-Bègles samedi dernier), ce n’est clairement pas professionnel, sans parler de la gravité des faits s’ils sont avérés.

Eric Pilaud a répondu aux questions des journalistes au stade Lesdiguières - Photo Laurent Genin

Eric Pilaud a répondu aux questions des journalistes au stade Lesdiguières - Photo Laurent GeninRugbyrama

Je respecte la présomption innocence, j’espère que l’enquête ira vite pour nous sortir de cet inconfort général. J’ai décidé de ne pas diligenter d’enquête interne. Il vaut mieux que ce soit la police avec ses moyens qui mène une enquête sur des faits de cette gravité. Nous avons hâte que l'affaire avance. Comme je l’ai dit je respecte la présomption d’innocence mais je ne voudrais pas apparaître comme étant sur une posture juridique. Il est évident que si jamais de tels faits étaient avérés c’est répugnant, c'est inacceptable et nous en tirerons des conséquences.

Contenus sponsorisés
0
0