Icon Sport

Top 14 - Toulon: Les trois déclas de Laporte qui montrent que l'incident est clos avec Michalak

Les trois déclas de Laporte qui montrent que l'incident est clos avec Michalak

Le 24/04/2015 à 09:20Mis à jour Le 24/04/2015 à 09:45

Face au Leinster, Bernard Laporte et son staff ont fait le choix de sortir assez rapidement Frédéric Michalak. Surpris, le joueur a semblé affecté par ce choix. Les deux hommes ont eu une explication et les choses semblent être de nouveau en ordre.

Laporte comprend la réaction de Michalak

Ce fut l'événement dans l'événement. Dimanche, à la 46e minute de la demi-finale de Champions Cup, Bernard Laporte et son staff décident de remplacer Frédéric Michalak et de lancer Rudi Wulf. Un changement tactique qui pousse Matt Giteau au poste d'ouvreur. En voyant son numéro apparaître sur le panneau d'affichage, Michalak semble cependant surpris et ne peut dissiper sa frustration. L'international français apparaît quelques instants plus tard sur le banc, déjà douché et changé. Une petite vague sur la Rade que Laporte et Michalak se sont empressés de canaliser par médias interposés en ce début de semaine. D'ailleurs, l'ancien sélectionneur de l'équipe de France a fait le choix de reconduire son numéro 10 pour le déplacement à La Rochelle. Et il comprend la réaction de son joueur dimanche.

" Les cartes sont redistribuées, je lui souhaite de faire un gros match à La Rochelle. Je ne me fâche pas avec mes joueurs. Qu'ils soient vexés, c'est normal, ils ont du caractère. Ce ne sont pas des fantômes. Je préfère un joueur qui n'est pas content de sortir qu'un autre qui viendrait me voir en me disant : 'c'est sympa, la prochaine fois sors moi un peu plus tôt'. Quand tu es manager d'un club, tu n'es pas là pour punir. Mon intérêt est que les forces soient rassemblées et pas d'écarter quelqu'un du groupe."
Bernard Laporte, le manager de Toulon

Bernard Laporte, le manager de ToulonIcon Sport

C'est avant tout un choix tactique...

Le manager toulonnais est alors revenu sur les motivations de ce changement. Dans un match compliqué et avec une météo difficile, Laporte a avant tout fait un choix tactique.

" J'ai trouvé que Frédéric n'était pas dans un grand jour, il avait un peu mal genou, mais c'était aussi un choix tactique. Je préférais laisser Matt (Giteau). Ça manquait de complémentarité entre les deux dans un match où il n'y a pas d'espace. On avait besoin d'un gratteur, quelqu'un qui porte les ballons et qui soit efficace dans les plaquages. C'est pourquoi Rudi est entré."
Frédéric Michalak tente de se dégager face au Leinster

Frédéric Michalak tente de se dégager face au LeinsterIcon Sport

... que Laporte a expliqué dans les vestiaires à la fin du match

Des arguments légitimes et des choix qui ont donné raison à Laporte puisque Toulon s'est finalement imposé. D'ailleurs, après la victoire les deux hommes se sont retrouvés dans les vestiaires pour avoir une discussion franche à ce sujet. Car le principal grief de Michalak était de ne pas avoir d'explication quant au choix de son banc.

" Ce n'est jamais simple à gérer. On a eu une discussion franche. Il aurait aimé avoir les explications avant, mais je n'allais pas descendre sur le terrain, tout va très vite. Mais je me mets à sa place, quand tu sors tu es vexé. Mais quel est l'intérêt : le sien ou celui de l'équipe ? Je fais des choix dans l'intérêt de l'équipe.... Après coup, l'explication l'a rassuré."

Tout est donc rentré dans l'ordre. Mais samedi, Michalak devra vite retrouvé le niveau affiché face à Grenoble et les Wasps. Car avec le retour de blessure d'Hernandez, la concurrence sera encore plus accrue du côté de Toulon et les places seront d'autant plus chères pour la finale face à Clermont.

Contenus sponsorisés