Icon Sport

5e journée Top 14, Racing-Metro-Lou (28-11) - Ce Racing a du répondant

Ce Racing a du répondant
Par AFP

Le 13/09/2014 à 20:25Mis à jour Le 13/09/2014 à 21:11

Corrigés à Clermont la semaine passée, les Racingmen ont réagi de la meilleure des manières en l'emportant avec le bonus contre les Lyonnais (28-11).

Le Racing-Métro s'est contenté d'entretenir l'avance acquise dans les dix premières minutes, puis d'accélérer brusquement en fin de match, afin de venir à bout de Lyon (28-11) avec le bonus, samedi lors de la 5e journée de Top 15. Si cette victoire approximative ne lave pas vraiment l'affront subi à Clermont (32-6) samedi dernier, elle permet au moins aux Racingmen de remettre la marche avant, à une semaine de la réception de Toulouse. Avec 13 points, les Franciliens accusent tout de même cinq longueurs de retard sur la tête du championnat. Côté lyonnais, on pourra regretter d'avoir laissé échapper le bonus défensif qui était devenu envisageable dans la dernière ligne droite, avant de craquer complètement.

Dulin et Andreu en sauveurs

Cette partie laissera en tous cas un sentiment mitigé aux entraîneurs du Racing Laurent Travers et Laurent Labit. Qu'est-il en effet advenu de ces dix premières minutes enthousiasmantes, ponctuées de deux essais coup sur coup signés Maxime Machenaud (6) et Marc Andreu (9) ? Capables de fulgurances par moments, auteurs aussi de jolies relances appliquées et menées sur un rythme échevelé, le Racing s'est pourtant enferré dans une domination stérile durant tout le reste de la rencontre. En face, le LOU a serré les dents en défense, ne mettant pour la première fois un pied sur la ligne des 22 mètres francilienne à la 24e minute pour une touche...qui plus est perdue.

Mais les promus ont aussi fait preuve d'une certaine efficacité dans leurs temps forts. Menés 15 à 3 à la pause, ils ont profité de leur première attaque placée dans les 22 mètres franciliens - une mêlée - pour inscrire un joli essai en première main par Fabrice Romanet (15-8, 58). A portée d'un essai transformé (18-11, 71), le Racing a ensuite bien inutilement tremblé, tant il semblait supérieur dans les intentions et les duels. Il fallait finalement deux minutes de folie, alors que le Racing se trouvait en supériorité numérique, pour s'offrir un bonus inespéré. Un essai de Brice Dulin, sur un raid solitaire sur l'aile à moins de 90 secondes de la sirène, puis une autre réalisation de Marc Andreu à la sirène scellaient tout à fait la marque d'une partie étrange.

Contenus sponsorisés
0
0