Icon Sport

La journée en questions

La 12e journée en questions
Par Rugbyrama

Le 03/11/2009 à 17:37Mis à jour

Toulon peut-il faire tomber l'Usap à Aimé-Giral ? Depuis quand Clermont n’a plus gagné à Castres ? Qui de Brive ou de Bayonne sortira ed sa spirale négative ?Le temps de récupération plus court sera-t-il préjudiciable au jeu ? Retrouvez, en quelques questions, tous les enjeux de la 12e journée.

Toulon peut-il faire tomber l'Usap à Aimé-Giral ?

Cinquième du Top 14, à un point de Toulouse et juste devant Biarritz et le Stade français, Toulon est de retour en haut de l’affiche. Le RCT affirme ses ambitions européennes en souhaitant terminer dans les six premiers. Emmenés par la classe de Jonny Wilkinson, les Toulonnais peuvent voir haut et le prouvent. Ils auront fort à faire cependant pour battre Perpignan, champion de France en titre et leader actuel du championnat, à Aimé-Giral. Sans son maître à jouer, retenu avec la sélection anglaise, les Varois devront s’inspirer de la prestation des Castrais de la semaine dernière pour rivaliser avec l’Usap qui n’a plus perdu à Aimé-Giral depuis dix-neuf rencontres de Top 14. C’était contre le Stade français lors de troisième journée de championnat le 6 septembre 2008.

Depuis quand Clermont n’a plus gagné à Castres ?

Clermont ne s’est plus imposé à Pierre-Antoine depuis.. 32 ans ! C’était lors de la saison 1976-77 et les Auvergnats étaient venus gagner 11-15 en terre castraise. Depuis, quatorze fois les Clermontois sont rentrés bredouilles en Auvergne. Ces deux dernières années, ils ont ramené le point du bonus défensif et tenteront de faire mieux cette fois. Ils en seraient bien inspirés d’ailleurs. Accrochée par le Stade français à Marcel-Michelin, l’AS Clermont-Auvergne doit réagir et vaincre cette malédiction longue de plus de trois décennies. Ce sera le test parfait pour des Castrais en grande forme. Toujours invaincus sur leur terrain, ils n’ont pas encore affronté de gros à domicile.

Qui de Brive ou de Bayonne sortira ed sa spirale négative ?

L’affrontement entre Brive et Bayonne sent la poudre. Le perdant de ce choc sulfureux de bas de tableau pourra s’inquiéter de la suite de sa saison. Car il faut le dire, on n’attendait pas ces deux formations aussi mal en point. Le début chaotique des Brivistes a poussé à la porte Patrick Sébastien et Laurent Seigne. Ugo Mola a pris du grade à côté de Christophe Laussucq et Didier Casadeï. Beaucoup de bruit en dehors du terrain, il reste à voir les effets escomptés sur le terrain. Samedi dernier, le match nul cherché à Bourgoin a laissé transparaître des signes de rédemption avec une solidarité retrouvée, jusqu’à quand ? Pour les Bayonnais, on pensait qu’ils allaient redresser la barre à l’occasion de leurs deux rencontres à Jean-Dauger. Que nenni, deux défaites et surtout un jeu à mourir d’ennui. Le retrait de Richard Dourthe du secteur sportif n’a pas eu les effets escomptés semble-t-il. Deux clubs, deux dynamiques négatives, la victoire est indispensable pour les deux formations afin d’éviter le pire.

Le temps de récupération plus court sera-t-il préjudiciable au jeu ?

Seulement cinq jours séparent cette douzième journée de la précédente. Elle a été avancée pour permettre de libérer les joueurs de l’équipe de France dès ce week-end. Entre la troisième et la cinquième journée de Top 14, seulement huit jours s’étaient écoulés. Un laps de temps trop faible pour permettre aux clubs de bien préparer une rencontre. Certaines formations préfèrent ainsi en sacrifier une au dépens d’une autre plutôt que de s’épuiser dans un championnat long et dense. Cette fois-ci, l’écart de cinq jours semble plus raisonnable, d’autant plus que les joueurs disposeront d’une semaine de récupération avant la treizième journée de championnat qui se déroulera le 21 novembre. Seuls les internationaux, comme d’habitude, n’auront pas le temps de souffler.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés