Icon Sport

Test Match - XV de France : Jacques Brunel : "Je préfère retirer plus de positif que de négatif"

Brunel : "Je préfère retirer plus de positif que de négatif"

Le 16/06/2018 à 15:03

Jacques Brunel, bien que déçu par la défaite de son équipe face à la Nouvelle-Zélande, a trouvé des motifs de satisfaction après ce deuxième test disputé en grande partie en infériorité numérique.

Rugbyrama : Quel sentiment prédomine chez vous ce soir ? Le simple résultat, le scénario ?

Jacques Brunel : Surtout l'état d'esprit ! C'est ce que nous voulions voir sur cette tournée, une équipe avec du caractère, qui se bat jusqu'au bout. Elle l'a montré ce soir. J'avais dis la semaine dernière que l'écart me semblait trop gros. Nous l'avons montré aujourd'hui. Nous nous sommes rapprochés des Blacks même si nous ne sommes pas devenus meilleurs qu'eux. Mais nous avons aussi montré, tout au long partie, que nous n'avions pas fait que défendre. Nous avons eu notamment des essais refusés, nous voulions proposer un contexte pour mettre en difficulté les All blacks.

Benjamin Fall - France

Benjamin Fall - FranceIcon Sport

Les All Blacks ont avoué qu'ils ne pensaient pas que la faute de Benjamin Fall méritait un carton rouge, est-ce aussi votre avis ?

J.B. : Je ne vais pas parler de la sanction. Il faut revoir l'action car Benjamin Fall est un peu gêné. Ce n'est pas intentionnel mais à partir du moment où il est en retard, il est à la faute. Pour ne pas déséquilibrer la partie, l'arbitre aurait pu mettre un carton jaune. Mais, nous nous étions préparés à ce scénario pendant la semaine, à jouer à quatorze en travaillant les situations de sous nombre. Nous aurions aimé que ça ne soit pas le cas, mais c'est arrivé.

Etes vous frustré de ne pas avoir joué ce match à armes égales ?

J.B. : Je ne sais pas,c'est dans ce contexte, dans la difficulté que nous avons vu le caractère de l'équipe. C'est dans ces conditions que nous l'avons trouvé, en contrecarrant des situations délicates mais je veux aussi mettre en avant nos actions offensives où nous avons mis les All blacks en difficulté.

Test match - Une bagarre entre la france et les All Blacks

Test match - Une bagarre entre la france et les All BlacksIcon Sport

N'avez-vous pas eu l'impression que toutes les décisions arbitrales ont été en votre défaveur ce soir ?

J.B. : Je ne veux pas rentrer dans ce débat. On peut discuter les décisions, et un retour est fait toutes les semaines avec le patron des arbitres. Nous n'étions pas tout à fait d'accord sur le premier match. On analysera ce match. Ce qui me plaît, c'est le caractère de cette équipe dans la difficulté. Ça me conforte dans les qualités de cette équipe.

Quels sont les axes de travail avant le dernier test à Dunedin ?

J.B. : On a encore perdu des ballons en touche en début de match, mais on s'est amélioré en défens. Nous avons su revenir sur des situations délicates, où nous avions baissé les bras la semaine dernière Ce n'était pas le cas aujourd’hui. On aurait pu être plus efficace proches des lignes d'enbut. Mais vu le contexte, je préfère retirer plus de positif que de négatif.

Vous aviez la conviction avant le match que votre équipe serait plus proche aujourd'hui. Pourquoi pensiez-vous ça ?

J.B. : Le premier match, c'était trop gros pour être vrai. J'avais cité par exemple cité le cas de Gourdon car lui même reconnaissait qu'il avait commis des erreurs incroyables. Il s'est bien racheté aujourd'hui, il a montré qu'il n'était pas le joueur de la semaine dernière.

Test Match - équipe de France durant le match face au All Blacks

Test Match - équipe de France durant le match face au All BlacksIcon Sport

Avez-vous pensez à faire des changements de suite après le carton rouge ?

J.B. : Non, car nous étions préparés à ce type de scénario. Nous avions beaucoup travaillé les infériorités numériques, en retirant à tour de rôle, les joueurs clés, comme le talonneur, un troisième ligne, un demi de mêlée ou un arrière. Nous avions une organisation et à partir du moment où nous avons été convaincus que notre paquet d'avant serait capable de résister à sept contre huit nous n'allions pas changer. C'est ce que l'on a fait, nous permettant de réguler la ligne de trois-quarts.

Que pensez-vous des deux essais refusés à la vidéo ?

J.B. : Il n'y a rien à dire sur celui de Geofrrey Doumayrou même si, au début, je suis persuadé qu'il est entré dans l'enbut avec le ballon. En revanche, celui refusé à Pierre Bourgarit me paraissait valable. Le ralenti ne nous a pas servi mais à vitesse normale, il étend le bras dans le même mouvement. C'est terrible. Vous vous rendez compte pour lui, qui jouait en Fédérale 1 la saison dernière. Il aurait pu marquer son premier essai international à Wellington pour sa première sélection. Je suis allé le voir pour lui dire que je lui accordais, moi, cet essai (sourire).

Contenus sponsorisés
0
0