AFP

"Tout reste ouvert"

Laporte: "Tout reste ouvert"
Par Rugbyrama

Le 18/03/2007 à 17:00Mis à jour

Bernard Laporte dresse le bilan du Tournoi poste par poste et dessine les perspectives qui se dégagent, en vue de la Coupe du monde. Le sélectionneur n'a pas que des certitudes même si sa liste est, dans les grandes lignes, bien avancée...

Bernard Laporte, ce Tournoi a-t-il surtout servi pour la Coupe du monde?

B.L: C'est un Tournoi qu'on voulait gagner. Il n'a pas plus apporté que les précédents mais c'est vrai que l'échéance Coupe du monde se rapproche. Et plus elle se rapproche, plus les matches comptent. Comme il en reste peu, forcément, ils ont une importance particulière.

Que retenez-vous de ces sept semaines en ce qui concerne la vie du groupe?

B.L: C'était bien d'être à 40. Cela a permis aux 22 d'être "en concurrence" avec les 18, d'être respectueux, de se dire on est des privilégiés. C'était à l'image d'un esprit de club, de famille. On aurait aimé faire jouer tout le monde c'est sûr mais on n'a pas pu. C'était trop compliqué. On voulait utiliser la dynamique de victoire pour intégrer les nouveaux mais avec les blessés... On n'a jamais eu 40 hommes disponibles. Mais je tiens à souligner qu'il n'y a jamais eu de tension même si ca n'a pas dû être facile pour ceux qui n'était pas dans les 22. C'est humain.

Y-a-t-il eu des déceptions pour vous dans ce Tournoi?

B.L: Oui, mais je ne donnerai pas leur nom.

Avez-vous plus de certitudes que fin janvier?

B.L: Il y a des joueurs qui se sont positionnés comme Mignoni, Skrela, Beauxis et Marty, que l'on n'attendait pas spécialement, mais il faut laisser la porte ouverte à tout. C'était les derniers matches de l'équipe de France au complet. On sait que les demi-finalistes du Top 14 ne seront pas avec nous lors de la tournée en Nouvelle-Zélande et que ce rassemblement était le dernier avec tous les postulants.

Justement, où en êtes-vous de votre liste. En première ligne?

B.L: Pour la première ligne, ce Tournoi nous a plus permis de réguler que d'avancer et il faut maintenant attendre l'évolution de la blessure de Sylvain Marconnet. On connaît sa valeur au niveau international. S'il est de retour à temps, alors on prendra 4 piliers et 6 troisième ligne. Car avec Sylvain, cela nous fera trois piliers vraiment costauds (avec De Villiers et Milloud). Dans le cas contraire, nous retiendrons 5 piliers et 5 troisième ligne.

Concernant la charnière, jamais cela n'a semblé aussi clair avec Mignoni et Skrela...

B.L: C'est vrai. Depuis que je suis là, en tout cas. Mais l'équipe de France n'a pas démarré il y a sept semaines. On est dans la continuité. En ce qui concerne Dimitri (Yachvili), il n'était certainement pas dans les meilleures conditions avant l'Angleterre. Il n'est pas question de lui en tenir rigueur mais on ne va pas dire non plus que Pierre a été mauvais. Pierre est là. Il reste tributaire d'un buteur.

Avez-vous encore des doutes à l'ouverture?

B.L: Evidemment. Oui, il y a David Skrela mais quand on voit le match de Lionel Beauxis face à l'Ecosse, on peut se dire que les solutions sont là. Il y a concurrence entre les trois. Skrela Beauxis et Michalak. Il ne faut pas oublier que Frédéric a été le meilleur buteur de la Coupe du monde 2003.

A l'arrière, c'est plus simple...

B.L: Il y a Clément Poitrenaud qui a joué les cinq rencontres et les autres. Thomas Castaignède fait partie des joueurs qui ne se sont jamais intégrés au groupe en raison de sa blessure. Mais il fait partie des joueurs sur lesquels on compte pour la Coupe du monde.

Au centre, quelle est la place de Damien Traille?

B.L: Damien va la faire la Coupe du monde. Il peut jouer partout, au centre, à l'ouverture. S'il ne fait pas le Mondial, c'est qu'il a la poisse. Avec lui, Jauzion et Marty sont dans notre Top 3. Florian Fritz, qui fait banquette, est le numéro 4 au centre. C'était pour nous un titulaire maintenant, il est derrière les trois.

Les cadres blessés comme Pelous le sont-ils toujours?

B.L: Bien sûr. On n'oublie pas Pelous.

Et Michalak?

B.L: On ne va pas dire comme ça à Skrela et Beauxis, poussez-vous, Michalak arrive. Pelous est un cadre. Michalak, c'est un cadre de la Western Province...

Vous voulez dire des Sharks?

B.L: Heu oui, Michalak est un cadre des Sharks !

Quel est le programme désormais?

B.L: On se réunira le 30 mars pour discuter, peser le pour et le contre. Ce sera une discussion collégiale et la liste sera donnée le 14 juin. En ce qui concerne la tournée en Nouvelle-Zélande, on a fait des listes par rapport aux éventuels qualifiés pour les demies du Top 14 qui ne pourront pas être là.

Contenus sponsorisés