Getty Images

Revanchards, les All Blacks corrigent l'Argentine et remportent le Tri Nations

Revanchards, les All Blacks corrigent l'Argentine et remportent le Tri Nations
Par Rugbyrama

Le 28/11/2020 à 11:45Mis à jour Le 28/11/2020 à 14:20

TRI NATIONS - Largement dominateurs mais embêtés par de valeureux argentins, les All Blacks se sont finalement largement imposés (38-0). En prenant le point de bonus offensif, les hommes en noir, pourtant critiqués au pays, vont remporter le Tri Nations sauf circonstances improbables. En face, les Argentins n'auront pas vu le jour et terminent "fanny" avant leur dernier match face à l'Australie.

Ils avaient envie de prendre leur revanche mais ne s'étaient pas mis une pression particulière si l'on en croit leurs mots. En tout cas, ce sont des néo-zélandais bien plus conquérants que l'on a vu ce matin à Newcastle. Face aux Argentins, les hommes de Ian Foster ont immédiatement pris les choses en main. À l'attaque et privant les Argentins de ballons, ils ont mis un peu plus de 10 minutes à franchir une première fois la ligne d'en but grâce au talonneur Dane Coles, bien décalé en bout de ligne. Mais la suite de la première mi-temps va voir des All Blacks assez imprécis et manquant un peu de patience. Face à une défense solide symbolisée par le Parisien Marcos Kremer, encore une fois très actif (15 plaquages), les Blacks vont s'en remettre au pied de Mo'Unga pour concrétiser leur domination. À la mi-temps, la marque est seulement de 10-0 pour la Nouvelle-Zélande. Malgré très peu de munitions, les Argentins n'étaient pas largués.

Will Jordan opportuniste

Conscients de leur force et arrivant toujours à se transcender, les Argentins n'ont pas répondu en début de deuxième période. Pire, ce sont les Blacks qui se montraient immédiatement dangereux avec notamment Caleb Clarke, encore une fois intéressant dans ses relances (trois défenseurs battus, 76m parcourus balle en main). En pillonant la ligne adverse, les Blacks ont de nouveau fait sauter le verrou argentin grâce à Ardie Savea, innarêtable lorsqu'il est lancé à 5 mètres de la ligne. Copieusement dominés dans tout les secteurs notamment la mêlée, les Pumas ne vont pas arriver à trouver un second souffle malgré les entrées de Bertranou, Tetaz Chaparro ou encore Alemano. L'enchaînement de match se fera sentir en fin de rencontre. En quête du bonus offensif pour remporter la compétition, les Blacks vont bien alourdir le score grâce à un homme, Will Jordan.

Entré à la place de Clarke à un quart d'heure de la fin, l'arrière des Crusaders va mettre les siens sur orbite. D'abord, il va profiter d'une mésentente chez les trois quarts argentins pour récupérer un ballon qui traîne au sol et faire parler sa vitesse sur 50 mètres pour aller marquer le trosième essai. Et à peine une minute plus tard, il est présent pour intercepter un passe de Carreras et aplatir en bout de ligne. Avec quatre essais, les Blacks se mettent définitivement à l'abri. Ne voulant pas finir sur un zéro pointé, les Pumas ne vont pas fermer le jeu. Mais c'est malheureusement eux qui vont concéder un nouvel essai inscrit par Patrick Tuipulotu. Un score lors de 38-0 qui fait mal dans les têtes des Pumas, qui avaient à coeur de bien représenter leur maillot après la disparition dans la semaine de Diego Maradona, légende du ballon rond et dieu vivant en Argentine.

Les chiffres d'une domination sans partage

Comme mentionné plus haut, les Pumas n'ont jamais été en mesure d'inquièter les All Blacks. Et les chiffres font plus que le confirmer. 71% de possession et 82% d'occupation du terrain en faveur des coéquipiers de Richie Mo'unga, auteur d'un match propre malgré quelques erreurs dans le jeu. Sans ballons, les Argentins se sont contentés de défendre. 149 plaquages ont été effectués par les Pumas contre seulement... 44 pour les néo-zélandais. 26 plaquages manqués par les Pumas qui, en reculant, se sont mis à la faute de manière bien trop importante (14 pénalités concédés contre 7 pour les Blacks). Auteurs d'un 100% en conquête, les Blacks étaient tout simplement intouchables malgré une certaine fébrilité à l'approche de la ligne avec des en-avants et des surnombres oubliés.

Beauden Barrett (Nouvelle-Zélande) Santiago Cordero (Argentine)

Beauden Barrett (Nouvelle-Zélande) Santiago Cordero (Argentine)Getty Images

La Nouvelle-Zélande, pourtant décriée par la presse locale, remporte un nouveau Tri Nations. Il faudrait que les Australiens l'emportent avec 92 points d'avance, ce qui semblent bien sûr impossible. Le dernier match entre les Wallabies et les Pumas se jouera donc pour l'honneur samedi prochain (9h45) au Bankwest Stadium, lieu de l'exploit retentissant des Argentins il y a deux semaines.

Contenus sponsorisés