Icon Sport

Le gros coup de Béziers, victorieux à Aimé-Giral !

Le gros coup de Béziers, victorieux à Aimé-Giral !

Le 14/11/2020 à 23:15Mis à jour Le 14/11/2020 à 23:49

PRO D2 – Alors que Perpignan restait sur une série d’invincibilité de 22 matches à domicile, Béziers est venu s’imposer ce samedi, en match en retard de la 9ème journée. Ce succès (10-16), à l’issue d’un duel fermé et haché, est le premier à l'extérieur pour des Héraultais qui ont fait preuve de détermination.

Clairement, ce cru 2020 des duels toujours si particuliers entre Perpignan et Béziers ne restera pas dans les annales ! Sans public puis sous la brume, l’affiche a fait pschitt en termes de spectacle, en raison de trop nombreuses maladresses. Pour autant, on ne pourra pas enlever l’engagement mis par les deux équipes. Mais à l’envie, ce sont bien les Biterrois qui ont su tirer leur épingle du jeu, face à des Perpignanais qui ont semblé en manque de rythme après trois semaines sans jouer.

Et il ne fallait pas forcément remonter loin pour trouver trace d’un succès de l’ASBH sur les terres du rival, au 5 janvier 2018, mais il s’agit là d’une grosse performance pour une équipe qui n’avait toujours pas gagné à l’extérieur cette saison et qui signe seulement sa troisième victoire face à une formation qui venait d’enchainer six succès, et dominait la Pro D2 ! Il aura fallu pour cela se montrer patient, déterminé, et accepter les difficultés à l’image des ratés au pied d’Adrien Latorre (3 sur 7).

Un essai de pénalité décante la rencontre

Alors qu’on a le droit à un bien triste 3 partout à la pause et étalé jusqu’à l’heure de jeu, la partie se décante sur un essai de pénalité (61’). Tandis que Béziers cherche à mettre du rythme dans les 22m, Jean-Victor Goillot est repris à 5m et sa passe en direction de Savenaca Rawaca est déviée par Lucas Dubois qui commet un en-avant volontaire, synonyme en plus d’un carton jaune. Quelques instants plus tard, Lucas Bachelier est aussi averti pour un plaquage non maitrisé, preuve supplémentaire d’un doute installé du côté de Perpignan. D’autant que l’USAP a rapidement perdu Matteo Rodor, remplacé dès la 6e minute par l’ancien de l’ASBH, Thibauld Suchier. Et comme un signe du destin, c’est ce dernier qui relance le suspens en toute fin de rencontre, venant marquer un essai de l’espoir sur un surnombre sur les extérieurs (79’). Pour autant, les Biterrois ne tremblent pas et s’offrent même le droit de priver les Perpignanais d’un bonus défensif d’une ultime pénalité réussie après la sirène.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés