Icon Sport

Péméja : "Jusqu’ici, c’est un pas en avant, un pas en arrière"

Péméja : "Jusqu’ici, c’est un pas en avant, un pas en arrière"

Le 19/12/2019 à 10:14

PRO D2 - Nevers s’apprête à disputer un huitième match consécutif ce vendredi face à Aurillac. Pour boucler une première partie de saison mi-figue mi-raisin. Car le club de la Nièvre cultive les paradoxes. Un départ manqué, des défaites au Pré-Fleuri compensées par des performances à l’extérieur, sur la pelouse de Montauban ou de Mont-de-Marsan le week-end dernier.

Au moment de disputer le dernier de vos 8 matchs consécutifs, comment sentez-vous votre équipe avant de boucler ce marathon ?

Xavier Péméja : Nous n’avons pas de certitudes. Nous avons gagné devant Béziers pour perdre contre Colomiers avant d’aller gagner à Mont-de-Marsan. On se dit : "qu’est-ce qu’il va arriver ensuite ?". Jusqu’ici l’équipe a bien réagi… Nous sommes face au dernier match de l’année et il se joue à la maison. L’équipe peut se retrouver avec 37 points en cas de victoire à la fin de la phase aller alors que l’objectif était de 39. On s’en est rapproché… mais pour cela il faut gagner ce match-là. Aujourd’hui, nous sommes toujours dans le doute car nous faisons un pas en avant puis un pas en arrière. Ce que nous aimerions, c’est de la continuité.

Avec cette longue série de 8 matchs, y a-t-il de la fatigue, physique ou nerveuse ?

XP : Cette série est longue mais nous savons qu’il y a les congés derrière ce dernier match. Il y a la récompense derrière. C’est le dernier match de l’année à Nevers, cela doit amener de l’euphorie et de l’envie. Nous pouvons nous remettre très proche de la courbe de la qualif’, tout doit peser dans le positif.

" Il faut prendre une claque pour se réveiller. Et c’est dommage"

Comment expliquer votre manque de constance ? Par le début de saison tronqué avec les blessures, la série de 8 matchs à avaler, ou faut-il chercher ailleurs ?

XP : Le début de saison a pesé mais cela commence à se rétablir petit à petit dans les résultats même si nous restons sur courant alternatif. Si nous finissons à 37 points sur la phase aller, cela marquera une bonne réaction par rapport au début de saison. Mais pour cela, il faut gagner ce match contre Aurillac pour pouvoir dire que l’on a rétablit la situation.

L’équipe donne l’impression de ne pas avoir trouvé la bonne carburation encore…

XP : Nous n’en sommes pas très loin. Ce match perdu contre Colomiers nous a mis un coup d’arrêt. Nous avons vu que nous étions capables de réagir de suite à Mont-de-Marsan. C’est ce qui fait un peu râler. Il faut prendre une claque ou un coup de pied au cul pour se réveiller. Et c’est dommage. Il va falloir grandir sur ce point. Et être tout le temps constant. Gagner ou perdre je n’en sais rien mais être plus constants déjà dans l’investissement.

Être dans la réaction doit aussi être usant mentalement ?

XP : Oui, c’est un peu usant. Et puis nous avons un objectif de qualification pour les phases finales en fin de saison et on sait que cela se joue sur la longueur. L’année dernière, nous avions un peu lâché sur la fin et failli la perdre. Cette année, nous avons mal démarré… Nous pouvons nous remettre sur la courbe de la qualif’ mais il faut gagner ce match ! A 37 points à mi-championnat, nous serions sur la route même s’il faudrait faire une seconde partie de saison beaucoup plus forte. Mais déjà, il faut bien finir cette première partie.

Est-ce que ce début de saison difficile peut vous servir pour la suite ?

XP : Oui ! Mais je veux finir la phase aller avant d’en dresser le bilan et d’observer la suite pour voir où nous voulons aller. Mais il faut d’abord finir cette première phase. Car si l’on perd contre Aurillac, nous allons nous retrouver à presque jouer le maintien. Et en cas de victoire, on jouera la qualification ! C’est ce qui est terrible dans ce championnat. Si nous l’emportons contre Aurillac, nous aurons presque gagné autant de matchs que le quatrième. Mais il nous manque des bonus… Nous en avons fait qu’un seul. Quand nous perdons, nous…. perdons ! Quand l’USAP a 8 points de bonus, nous n’en avons qu’un seul. Cela doit nous servir de leçons pour la suite.

Dans la difficulté, avez-vous senti des choses positives émerger de votre groupe ?

XP : La réaction d’aller gagner à Mont-de-Marsan a été très forte-là. Ce n’est pas l’endroit le plus simple pour le faire. Comme à Montauban auparavant. Ce qui m’embête, ce sont les laisser-aller qu’il y a parfois. Avant Colomiers, nous n’avons peut-être pas été assez dur dans la semaine, nous n’avons peut-être pas eu assez "peur". Et nous nous sommes fait prendre.

" S’envoyer comme des malades"

Avez-vous une certaine crainte avant ce match face à Aurillac ?

XP : Il n’y a pas de droit à l’erreur ! C’est un championnat difficile où tout le monde est capable de gagner partout. C’est vraiment incertain. Il ne faut pas penser que cela va se faire facilement. L’opposition face à Colomiers, on l’a prise peut-être un peu trop facile et on a vu le résultat. Il faut vraiment faire un gros match de Pro D2 contre Aurillac ce vendredi. Et tout est réuni pour : à la maison, les congés derrière… Il faudra vraiment s’envoyer comme des malades.

Un nouveau faux-pas serait de trop…

XP : On ne serait pas mort mais ce serait vraiment trop rageant. Car on peut se remettre dans le bon sens. Nous sortant d’un moment sympa de la victoire à Mont-de-Marsan et il faut garder cette notion de plaisir.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés