Other Agency

Capuozzo, un arrière tout neuf

Capuozzo, un arrière tout neuf

Le 22/10/2019 à 11:45

PRO D2 - Sur le papier, Ange Capuozzo est présenté comme demi de mêlée. Mais c’est à l’arrière que le jeune Grenoblois de 20 ans fait l’étalage de ses qualités depuis deux matchs. Prometteur pour l’une des nombreuses jeunes pousses sur lesquelles mise le leader Grenoblois.

Face à Nevers, il a électrisé le Stade des Alpes par ses jolies relances. Avec une belle capacité à changer de rythme et à stopper sa course pour éviter des plaqueurs et redémarrer dans la foulée. Et Ange Capuozzo s’était déjà offert quelques slaloms dans la défense angoumoisine la semaine précédente pour sa première titularisation de la saison. En l’absence de Gaëtan Germain (blessé au genou), il pourrait enchaîner. Dans un style très différent puisqu’il rend 13 cm et une vingtaine de kilos à ce dernier.

" Un joueur qui sent le rugby"

Quatrième dans la hiérarchie des demi-de-mêlée, il a connu une deuxième titularisation en 15, à la maison. "C’est le Saint-Graal de pouvoir jouer devant son public lorsque l’on est formé dans un club, s’enthousiasme le jeune homme. J’avais déjà énormément de fierté avant la rencontre de jouer devant la famille et le public, avec ce maillot porté depuis tout petit". Cela ne l’a pas inhibé. Au contraire.

"Ange nous apporte beaucoup offensivement, détaille le manager Stéphane Glas. C’est un joueur qui sent le rugby. Il est à l’aise avec le ballon, a un bon timing dans la ligne et pense à faire jouer les autres. Je ne suis pas étonné de ses prestations". Demi-de-mêlée avec les espoirs, sa titularisation à l’arrière avait suscité de l’étonnement.

"Avant le match à Soyaux-Angoulême, tout le monde était un peu surpris de sa titularisation, sourit Stéphane Glas. Je peux le comprendre car ce n’est pas un joueur que nous avions encore aligné. Mais nous, nous l’avons tous les jours à l’entraînement. Quand je décide de faire jouer Ange, c’est que je vois qu’il crée déjà des différences à l’entraînement, qu’il fait des choses très intéressantes et que par rapport aux autres, il a le niveau. Je me suis dit : c’est le moment de le lancer".

Grenoble, la carte jeune

C’est dans les habitudes du FCG mais le club isérois s’évertue à donner leur chance à de jeunes joueurs. Ainsi, ils sont déjà 12 joueurs de 22 ans ou moins à avoir évolué en équipe première depuis le début de la saison. Et ce n’est pas la situation d’un FCG leader qui va changer cette dynamique. Surtout quand les performances de ces jeunes sont à la hauteur, à l’image de la charnière Valençot-Glénat face à Nevers. Ou donc de celles de Capuozzo sur ses premières apparitions.

À Angoulême, une relance de l’arrière a semé le désordre dans la défense charentaise, débouchant 40 mètres plus loin sur un petit jeu au pied d’Ancely vers Rhule d’inscrire le premier essai grenoblois de la partie. Puis, il a mis en avant ses qualités de vitesse et d’appuis dès qu’il a pu, mais il aussi ensuite arraché un précieux ballon d’attaque à ses adversaires près de son en-but, s’est montré solide sous ballons hauts et s’est même retrouvé au cœur d’un… groupé pénétrant.

Face à Nevers, il est le dernier passeur sur les essais de Rhule et tout proche d’en offrir un à Dupont. Mais surtout, c’est sa capacité à se faufiler dans la défense adverse qui séduit. Et la capacité à offrir des relances spectaculaires même s’il faudra aussi qu’il progresse dans le tri des ballons à jouer ou non.

"Je suis comme un poisson dans l’eau, sourit Ange Capuozzo. Aujourd’hui, je prends énormément de plaisir en 15 et je pense que cela se ressent aussi sur le terrain. Je ne ferme pas du tout la porte si je dois donner un coup de main à l’équipe en n°9, à l’aile. Je suis au service du collectif. J’ai toujours joué plusieurs postes depuis tout jeune, que ce soit demi de mêlée, demi d’ouverture, arrière ou ailier. Je ne mets pas dans une catégorie précise". Depuis quelques mois, il est sur un petit nuage. Après un exercice réussi en espoir, il a fini la saison avec l’équipe première, s’offrant même une apparition en Top 14 face à Pau. Puis cet été, le jeune homme a disputé la Coupe du monde – de 20 ans en intégrant la sélection italienne.

Des promesses à confirmer

"Il n’a pas beaucoup de failles, reprend Stéphane Glas. Après, il a joué deux matchs. Et je lui ai dit : le plus dur parfois, ce n’est pas le premier, ce n’est pas le deuxième mais c’est la suite. Souvent, les premières sont réussies, on est bien dedans. Par la suite, il faut enchaîner les bonnes performances. Comme les premières sont réussies, on attend le joueur à un certain niveau et cela ne se passe pas toujours comme cela. Je parle de constance pour l’équipe mais il y a aussi une constance individuelle qu’il faut avoir. Ange va devoir matcher à ce niveau-là car on l’attend à ce niveau-là. Mais il est capable de le faire car c’est un bon joueur de rugby !"

"Je garde les pieds sur terre, assure Ange Capuozzo. Il faut continuer à bosser. Par exemple, mon carton jaune contre Nevers était largement évitable". Il sait aussi que la concurrence sera bientôt plus rude. "Des mondialistes vont revenir. Certains ailiers pourront alors aussi glisser à l’arrière donc je ne me prends pas trop la tête. Pour l’instant, je suis juste content d’enchaîner les matchs". Au lendemain de sa belle première au stade des Alpes, il a fait son retour à la fac comme simple étudiant. Un bon moyen de rester dans la réalité. Même s'il aura sûrement de nouvelles occasions de briller sur le pré.

*Photo de couverture : Ange Capuozzo (Grenoble) contre Nevers - (crédit photo : Jacques Robert / FCG)

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0