Icon Sport

Pro D2 - Oyonnax favori des entraîneurs

Oyonnax favori des entraîneurs

Le 17/08/2018 à 12:03

PRO D2 - Comme chaque été avant la reprise du championnat, Midi Olympique a interrogé les entraîneurs du Pro D2 sur leur vision de la saison à venir. premières tendances, en attendant le terrain.

Ce n’est le gage de rien. Ni une condamnation au monde amateur, ni l’assurance de lendemains sous les lumières du Top 14. Juste une tendance, qu’il ne faut pourtant pas négliger. Les clubs de Pro D2 sont aux affaires des matchs amicaux depuis quatre semaines pour certains. Ils se sont croisés ou, le cas échéant, se sont observés. Comme Jérémy Davidson, nouvel entraîneur de Brive et de retour jeudi à Aurillac, son ancien fief cantalien, pour assister à la rencontre entre le Stade aurillacois et l’Union Bordeaux-Bègles qu’il entraînait l’an dernier encore. Fort de notre promesse d’anonymat, qui leur évite des rancœurs inutiles en cours de saison, quinze entraîneurs de la deuxième division du rugby français se sont prêtés au jeu des pronostics pour cette saison 2018-2019 qui débutera vendredi soir et avec, déjà, un très alléchant Bayonne - Brive samedi soir à Jean-Dauger.

" Personne ne pense jamais à eux mais ils connaissent par cœur le Pro D2 "

Ce n’est pas qu’un jeu, qui leur était proposé. En tout cas, ils ne l’ont pas pris comme tel. C’est une réflexion sur les forces en présence à laquelle ils se sont prêtés. Les évidences des budgets ressortaient vite, mais pas seulement. Quelques tuyaux du parieur, au passage de chaque écurie sur le rond de présentation : "Ceux-là, ils ont déjà le bordel dans le staff. Leur saison ne va pas être de tout repos". Un autre : "ils ont planté leur recrutement. Attention, danger." Quelques louanges, aussi : "Personne ne pense jamais à eux mais ils connaissent par cœur le Pro D2 et toutes ses subtilités. Ils seront au rendez-vous." Confidences. Anonymes, toujours. Mais pas sans sel.

Nevers change de monde

Plusieurs enseignements : tout d’abord, le Pro D2 n’a jamais semblé aussi ouvert. Après des années de domination exclusive, par un club aux moyens trop gros pour la division et qui se détachait rapidement, la deuxième profite de sa nouvelle formule pour conserver du piment jusqu’à son terme. Les effectifs, aussi, sont homogénéisés. La preuve ? Six clubs se trouvent cités pour les deux premières. Ils sont même quatorze sur seize à apparaître, à des puissances diverses, dans les potentiels barragistes !

Pro D2 - Francois Herry (Nevers)

Pro D2 - Francois Herry (Nevers)Icon Sport

Au rayon des surprises, on en notera toutefois une, majeure : monté en Pro D2 il y a un an seulement, Nevers fait déjà peur. Fort d’un budget de cador de la division et d’un recrutement en conséquence, le club du président Dumange ressort parmi les candidats sérieux à la qualification (cité à 9 reprises dans cette catégorie). Ça classe un club.

Les votants

Julien Laïrle (Soyaux-Angoulême), Thierry Peuchlestrade (Aurillac), Yannick Bru (Bayonne), David Gérard (Béziers), Jack Isaac (Biarritz), Yoann Boulanger (Bourg-en-Bresse), Jeremy Davidson (Aurillac), Christian Labit (Carcassonne), Olivier Baragnon (Colomiers), Didier Faugeron (Massy), Pierre-Philippe Lafond (Montauban), Christophe Lausucq (Mont-de-Marsan), Xavier Péméja (Nevers), Adrien Buononato (Oyonnax), Jean-Noël Spitzer (Vannes).

*Sollicités, les entraîneurs de Provence Rugby n’ont pas souhaité participer à ce sondage.

Contenus sponsorisés
0
0