Icon Sport

Béziers arrache le nul à Nevers

Béziers arrache le nul à Nevers

Le 11/04/2019 à 22:41Mis à jour Le 11/04/2019 à 23:10

Au terme d'un gros combat digne des phases finales, Nevers et Béziers se sont finalement quittés sur un match nul (15-15) ce jeudi soir au Pré Fleuri.

Pas d'essai pour ce duel d'ouverture de la 28ème journée de Pro D2 mais une grosse débauche d'énergie dans ce duel entre concurrents directs aux places qualificatives. Malgré une grosse indiscipline (trois cartons jaunes pour Puletua 4e, Barrère 22e et Viiga 40e+1), Béziers n'était mené que de six points à la pause (9-3). Bousculé au sol et en conquête, Nevers a même laissé revenir son adversaire en deuxième période grâce au pied de Dreuille. Dans les derniers instants (79e), c'est le jeune ouvreur biterrois qui a scellé ce résultat nul.

"C'est un match de phase finale pour accéder aux phases finales". Xavier Péméja, le manager neversois, jouait avec les mots juste avant le coup d'envoi d'un match bien périlleux pour son équipe. Après trois défaites de suite dont une dans la Nièvre, les Neversois se devaient d'arrêter cette chute en avant. Mais encore une fois, l'USON est tombé dans le piège tendu par ses visiteurs d'un soir. Malgré une nette possession, surtout en première période, les Nivernais ont eu toutes les peines du monde à franchir le premier rideau biterrois et seul Vuillemin puis Le Gal ont réussi à récompenser leurs longues séquences offensives avec des pénalités. Très attendu pour son retour de suspension, Josaia Raisuqe n'a lui aussi jamais pesé sur la défense adverse.

Béziers avait les crocs

"C'est un huitième de finale, à nous de maintenir le doute chez eux". David Aucagne, l'entraîneur des trois-quarts biterrois, avait dévoilé quelque peu le plan de jeu des siens au micro de Canal +. A vrai dire, la recette héraultaise n'est pas très dur à déchiffrer depuis quelques semaines : une grosse conquête, une grosse défense (très solide sur l'homme, intelligente sur maul) et des gratteurs aux abois dans tous les rucks. Portée notamment par une troisième ligne de chiens de la casse, Best - Viiga - Barrère, cette stratégie musclée a encore payé et complètement déboussolé les joueurs de la Nièvre. Elle a aussi failli jouer des tours à ses acteurs mais les 30 minutes en infériorité numérique n'ont finalement pas crucifié les Biterrois au tableau d'affichage. Le banc a même fait basculer la tendance en fin de deuxième période avec l'entrée remarquée du jeune Victor Dreuille (23 ans) qui dans une ambiance hostile a su planter quatre de ses cinq pénalités. La dernière sur la sirène était décisive.

Ce jeudi soir, c'était donc une véritable opposition de style entre une équipe qui a voulu déplacer le ballon et une autre qui l'a parfaitement fait déjouer. Avec une grosse dizaine d'absents dont trois cadres blessés ou malades à la dernière minute, Béziers a réalisé un petit exploit en arrachant ce match nul dans l'antre du Pré Fleuri à guichets fermés ce soir (7500 personnes). Nevers enchaîne un cinquième match sans victoire consécutif (dont quatre défaites) et n'aura donc pas gagné une seule fois dans cet avant-dernier bloc de la saison. Un partage des points qui pourrait compter à l'issue de la phase régulière.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0