Rugbyrama

1934 : une finale basco-basque

1934 : une finale basco-basque

Le 02/02/2018 à 13:56

Les deux clubs rivaux du Pays Basque se se sont retrouvés une fois du championnat de France. C'était en 1934. Et ça déboucha sur un match magnifique.

Le derby le plus "énorme" entre Bayonne et Biarritz eut lieu en finale du championnat de France, excusez du peu. C'était en 1934, la période noire du rugby français (le XV de France était alors exclu du Tournoi et le XIII prenait son envol). Les deux équipes basques s'étaient retrouvées à Toulouse le 13 mais, alors qu'elles auraient préféré jouer à Bordeaux pour une question de facilité de déplacement. Mais la FFR était demeurée intraitable.

Equipe Biarritz Olympique 1934 (Bayonne/Biarritz)

Equipe Biarritz Olympique 1934 (Bayonne/Biarritz)Rugbyrama

Il y avait 18 000 spectateurs aux Ponts-Jumeaux, et à l'entrée des deux équipes sur la pelouse, les spectateurs non avertis furent frappés par les gabarits des Biarrots qui alignaient trois avants à plus d'1M 85 (Lefort, Ithurra, Lafourcade). A l'époque, c'était une taille impressionnante. Les Bayonnais n'avaient personne à plus d'1m 81 (Chirles).

Spectateurs Finale (Bayonne/Biarritz) 1934

Spectateurs Finale (Bayonne/Biarritz) 1934Rugbyrama

Le match fut passionnant, deux essais partout, Celhay et Dauga pour l'Aviron ; Guilhou et Cussac pour le BO. Mais Bayonne put soulever le bouclier, 13-8 grâce à une pénalité d'Edmond Elissalde, dit Monette, et un drop de Maurice Celhay. Pour Biarritz, Guilhou et Cussac avaient pointé dans l'en but avec une transformation de Haget pour compléter. Le scénario de la partie marqua les esprits car Bayonne arracha la décision en fin de match après avoir été mené 5-0 puis 8-3.

ah, cet essai de Celhay, venu de l'aile opposée, après une percée de l'autre ailier Vigneau. Il est resté longtemps dans la mémoire des supporteurs bayonnais Celhay réussit ensuite un drop en coin tout aussi mémorable.

Bayonne/Biarritz - Finale 13 Mai 1934

Bayonne/Biarritz - Finale 13 Mai 1934Rugbyrama

Ce Maurice Celhay a survécu à l'oeuvre du temps, car il marqua aussi quatre essais dans le même match sous le maillot de l'équipe de France contre l'Allemagne. Mais cette finale fratricide ne fut pas rose car l'arbitre, Abel Martin, fut obligé d'expulser temporairement les deux talonneurs qui se cherchaient noise sous la chaleur de plomb. Ils s'appelaient Edouard Ainciart et Pierre Moulian.

Contenus sponsorisés
0
0