Icon Sport

Pro D2 - Perpignan : Le président François Rivière fait baisser la température à l'Usap

Le président Rivière fait baisser la température à Perpignan

Le 26/10/2016 à 09:24Mis à jour Le 26/10/2016 à 10:06

PRO D2 - L’Usap va mieux, les trois derniers matches l'attestent mais ne comptez pas sur les Catalans pour crier victoire trop vite. "Burro" échaudé craint l’eau froide…

Aucune chance, même pas en rêve. Pour avoir trop souffert ces dernières saisons, il serait hautement improbable de voir l’Usap s’enflammer après trois bons résultats. Surtout quand les trois précédents ont marqué le club au fer rouge : défaite à domicile contre Dax puis à Carcassonne et enfin chez le promu Vannes. Une série noire qui a coûté leur place à Philippe Benetton et à François Gelez. Comme elle avait coûté la sienne à Grégory Patat il y a un an…

Mais le temps file et il n’y a rien de plus vieux qu’un classement de la journée précédente. Pour mémoire, au soir de la 5e journée, l’Usap, exsangue, se morfondait à la 15e place du classement avec 5 petits points. On pensait alors la saison des Catalans déjà finie et on imaginait même, comble de l’horreur, que l’Usap allait devoir vivre une autre de ces saisons que l’on appelle pudiquement de "transition". Une expression fourre-tout que les supporters Sang et Or traduisent par enfer et damnation…

Perpignan s'est imposé à Béziers (13-24)

Perpignan s'est imposé à Béziers (13-24)Icon Sport

De transition il a finalement été question avec l’arrivée sur le banc du tandem Arlettaz - Freshwater. La greffe a pris à tel point que l’Usap, forte de 3 succès de rang, pointe aujourd’hui à la 8e place. Pour autant, le président Rivière freine des quatre fers. "Ce n’est pas le moment de tomber dans des déclarations péremptoires et définitives. Nous avons gagné trois matches et après ? Nous ne sommes champion de rien", prévient-il. "J’insiste sur le fait que nous devons maintenir le cap : on bosse, point final !"

L’amalgame prend du temps

Pas d’enthousiasme béat dans la voix du président, seulement l’envie de voir le bel été indien de l’Usap se prolonger jusqu’à la fin de ce bloc. "Nous devons aller à Soyaux-Angoulême avant de recevoir Colomiers. Après ça on y verra peut-être plus clair". En effet rien de mieux pour confirmer le renouveau du club que de passer au révélateur du surprenant promu avant de recevoir une des nouvelles places fortes du Pro D2, le Colomiers de Bernard Goutta.

Désolé, cette vidéo n'est plus disponible

Mais s’il n’est pas question pour le président de crier victoire trop vite, comment explique-t-il le regain de forme de son club ? "Il nous fallait tout simplement du temps. Aujourd’hui, tout le monde veut tout très vite mais il n’y a pas de recette miracle. La méthode de Christian Lanta, relayée par Arlettaz et Freshwater, est en train prendre forme. Les joueurs l’assimilent, l’apprivoisent. Il y a eu à l’intersaison le départ de quelques joueurs historiques du club, il a fallu que les nouveaux créent leur propre histoire et ça a été plus long que prévu".

Plus long mais pas trop long puisque l’Usap n’a pas hypothéqué ses chances de faire partie des équipes avec lesquelles il faudra compter. S’il est resté mesuré dans ses propos concernant le sportif, le président Rivière a toutefois manifesté son enthousiasme au regard de l’affluence enregistrée à Aimé-Giral pour la venue de Bourgoin dimanche dernier. "Une nouvelle fois la plus importante en Pro D2". Certes, c’est assez loin des jauges enregistrées il y a deux ans mais le public n’a pas tourné le dos à "son" Usap. Et c’est une victoire de plus.

Les joueurs de Perpignan - septembre 2016

Les joueurs de Perpignan - septembre 2016Icon Sport

Contenus sponsorisés