Midi Olympique

"Je me pose des questions"

Carré : "Je me pose des questions"
Par Rugbyrama

Le 23/06/2007 à 09:05Mis à jour

Le bonheur des uns fait le malheur des autres. Les uns, c'est Limoges. Les autres, Colomiers. Alors que l'Usal accédait au 7e ciel jeudi avec l'officialisation de son repêchage en Pro D2, Colomiers redescendait en enfer, en Fédérale. Un coup dur pour le p

Quelle est votre réaction après l'annonce du repêchage de Limoges ?

Alain Carré.- Ces trois ou quatre dernières semaines n'ont pas été faciles. Elles ont fait du mal à tout le monde. Nous aurions vraiment préféré que Limoges soit repêché tout de suite, parce que la suite nous a beaucoup ébranlés. Il y a eu la première convocation de l'Usal, durant laquelle il manquait des pièces, alors la décision a été repoussée au vendredi. Ensuite, il y a eu un délai supplémentaire jusqu'au lundi. Le lundi, l'appel a été refusé et du coup, nous y croyions. Nous étions en Pro D2... Puis le CNOSF s'est réuni, très vite je trouve, et il y a eu le communiqué de presse de la FFR, qui a balayé tout ce qui avait été fait avant...

Trouvez-vous cela injuste ?

A.C.- Oui. Enfin, je suis surtout déçu. Mais je me pose beaucoup de questions. Est-ce légal ces manières de procéder ? J'émets des doutes. Limoges a annoncé son maintien le jour même de son entretien avec le CNOSF, on nous avait dit qu'il était interdit d'ajouter des pièces supplémentaires au dossier et ça a été fait entre le mardi et le jeudi... Pour nous, le CNOSF n'a qu'un rôle consultatif et il ne s'occupe que du sportif, pas du financier... J'ai d'ailleurs eu Serge Blanco au téléphone, qui me l'a confirmé. Toute cette procédure n'est pas claire selon moi. Ce qui m'interpelle surtout, c'est la rapidité déconcertante avec laquelle l'avis du CNOSF et la décision de la FFR ont balayé un mois de procédures. J'ai écrit un courrier à la FFR parce que nous nous sentons lésés. Je n'ai rien contre Limoges, mais nous voulons que cela soit plus clair que ça ne l'est pour le moment.

Qu'en attendez-vous de ce courrier ? Un changement de situation ?

A.C.- Non, mais Colomiers est en droit d'avoir des explications. Je veux savoir. Il y a des procédures définies en début de saison, il faut qu'elles soient tenues. C'est vrai qu'il y a beaucoup moins de clubs en Limousin qu'en Midi-Pyrénées... J'espère que ce n'est pas cela qui a fait pencher la balance.

Comment envisagez-vous l'avenir ?

A.C.- Notre challenge sera celui de la Fédérale 1, pour remonter dès la saison prochaine. Nous allons faire corps mais ces dernières semaines ont fait beaucoup de mal. Et je ne parle même pas de notre équipe Espoirs, qui a été tenue le bec dans l'eau et qui va devoir repartir en Fédérale B, ce qui est une compétition complètement différente. C'est l'hémorragie à son niveau. Heureusement que nous avions fait notre recrutement avant pour l'équipe une, que la plupart des joueurs a accepté de poursuivre l'aventure et que nous avons quelques recrues, comme Pochelu, que la Fédérale n'effraie pas. Mais j'ai rencontré des recrues potentielles hier soir, qui ont logiquement refusé nos propositions ou que nous ne pouvions nous offrir avec notre budget en Fédérale. Il sera de 2,9 millions d'euros, comme nous l'avions présenté en temps voulu. Je suis aigri aujourd'hui.

Contenus sponsorisés