Midi Olympique

Le stagiaire midol - Jeu de mains, jeu de Toulousains

Jeu de mains, jeu de Toulousains
Par Rugbyrama

Le 18/09/2018 à 17:03Mis à jour Le 19/09/2018 à 11:32

LE STAGIAIRE MIDOL - Enfin mon heure de gloire, la chance de ma vie. Fini de faire les cafés, terminé les fautes d’orthographe et des heures à chercher dans le dico, j’ai enfin une rubrique à moi, celle du stagiaire Midol !

Aller sur le terrain est pour nous, stagiaires, toujours le grand moment du week-end. Une sorte de " couronnement " qui récompense une bonne semaine de travail, bien que ce ne soit pas un long fleuve tranquille non plus." Tu iras couvrir Toulouse-Racing pour Rugbyrama samedi soir " me confia-t-on lundi, alors que l'ébullition autour de la première victoire toulonnaise de la saison retombait à peine. Et quelle annonce pour moi ! Si je commence déjà à avoir quelques matchs et stades mythiques à mon actif, quel bonheur d'aller à Ernest-Wallon pour analyser le choc de cette quatrième journée de Top 14. Je vous parle ici de l'équipe qui m'a fait découvrir le rugby, au crépuscule de ses années folles, quand le grand Stade toulousain initiait encore à l'Europe du rugby toute entière, une manière de jouer, faite de vitesse, de justesse technique et de prises de risques. Le jeu à la toulousaine quoi !

Samedi soir, alors que l'ambiance est plutôt joviale entre nous, les concernés du match de 20h45, nous partons pour l'antre des Haut-Garonnais une bonne heure en avance, comme tout journaliste consciencieux, ou comme tout amateur des dégustations proposées en avant-match, c'est selon.

Alors que le ciel de la ville rose s'obscurcit et que les tribunes laissent peu à peu place au rouge et noir, les choses sérieuses commencent vraiment pour les acteurs de la soirée comme pour nous. Il est temps de noter chaque essai, pénalité, touche ou mêlée, tout en gardant son calme et sa justesse alors que la foule, elle, s'embrase à chaque mouvement d'envergure des trois-quarts toulousains. Le temps d'une mi-temps d'ailleurs, et comme depuis plusieurs mois maintenant, les troupes d'Ugo Mola semblent avoir retrouvé leurs offensives d'antan, pour le plaisir des yeux et du jeu. Aux bons souvenirs des supporters qui entonnent rapidement le célèbre adage " jeu de mains, jeu de Toulousains ".

Top 14 - Jerome Kaino (Toulouse) contre le Racing 92

Top 14 - Jerome Kaino (Toulouse) contre le Racing 92Midi Olympique

Le Racing et ses quelques stars présentes ne ferment d'ailleurs pas le jeu et bien que la fatigue se fasse ressentir sur les intentions en fin de partie, une onde très positive se dégage dans le stade après le coup de sifflet final. Encore une fois, pas le temps pour moi de rêvasser : je pars en sprint direction la zone mixte, manquant de peu de m'affaler dans les escaliers, tout ça pour y récupérer les décla' des joueurs interviewés. Mais il faut dire que leurs paroles ne sont jamais aussi précieuses que lorsqu'elles nourrissent nos papiers.

C'est sur cette ultime phrase que je vous laisse cette fois-ci, car il ne me reste que peu de temps pour aller découvrir la fameuse " Bodega ", avant de retourner écrire. En totale immersion, comme pour clore en beauté le marathon habituel du samedi. Toujours avec calme et justesse...

Contenus sponsorisés
0
0