Eurosport

"Cette semaine, c'est ma semaine"

"Cette semaine, c'est ma semaine"
Par Rugbyrama

Le 31/10/2019 à 17:48

STAGIAIRE MIDOL - Enfin mon heure de gloire, la chance de ma vie. J'écris. Fini de servir les cafés, de chercher sur la toile le résultat de la 4e division du championnat bulgare... Oui, j'écris sur Rugbyrama et j’ai une rubrique à moi pour vous faire vivre mon actu : c'est la semaine du stagiaire Midol !

Ça y est, j’y suis ! Rendez-vous compte, une finale de Coupe du monde de rugby, dans les locaux du Midol. "The place to be" pour un stagiaire dans le monde de l’Ovalie. D’ailleurs, je m’excuse d’avance, ma chronique a disparu depuis plus d’un mois (je suis d’ailleurs très déçu que vous ne m’ayez pas réclamé dans les commentaires et sur les réseaux). Non pas qu’on m’ait censuré (je suis plus coriace que cela), c’est juste un manque de temps avec le Mondial plus les doublons Top 14, Pro D2, Fédérale 1, 2, 3, le retour de la Premiership, le Pro 14, le Rugby à XIII, à VII, à X… Je reprends mon souffle.

Évidemment c’est une blague, ça se saurait si j’écrivais autrement que dans cette chronique. Le vrai problème c’est les matchs à 9h du matin, avec tous les jours le petit-déjeuner à préparer, avec croissant, chocolatine, pain aux raisins, café, jus de fruit, thé, tartine, confiture, miel… J'exagère à peine… Mon premier réflexe, c’était de jeter un coup d’œil au calendrier : le NamibieCanada de 5h du matin c’était forcément pour ma pomme. Un typhon Hagibis plus tard et l’annulation du match en pleine nuit, me voilà le lendemain, présent sur les lieux de mon travail, avant même les vigiles, pour un match qui n’aura pas lieu. Super.

Mais tout ça c’est du passé, car cette semaine sera ma semaine. Je vous annonce une Steven Bradbury ! Mais si, Steven Bradbury vous avez déjà entendu parler de lui. Un Australien qui faisait du patinage de vitesse (quelle drôle d’idée), qui se qualifie pour les J.O. parce qu’il faut un athlète par continent et qui termine médaillé d’or suite à une chute de tous ses adversaires (une idée de génie finalement). Premier champion olympique d’hiver de l’hémisphère sud Bradbury !

Coucou c'est moi Steven, tu te souviens ?

Coucou c'est moi Steven, tu te souviens ?Getty Images

Cette semaine, je suis Steven. Une grippe par-ci, une migraine par-là, une grosse panne de réveil, un blessé grave au foot d’entreprise et un croc-en-jambe bien placé dans les escaliers et me voilà sauveur du Midol, rédacteur principal de votre journal, les responsabilités qui vont avec, sans le salaire, on n’est pas regardant nous les stagiaires. Le rêve.

Avec moi fini le journal du rugby professionnel, place aux amateurs et leurs belles histoires. Votre canard sera un recueil de contes ou nos envoyés spéciaux vous raconteraient les plus belles initiatives et aventures humaines de la France profonde. Sans oublier les féminines, lumières sur l’avenir de l’homme également ballon ovale en main ! Ça, ce sera mon journal ! Préparez-vous, branle-bas de combat dans les kiosques lundi prochain. Ma Une concernera le derby Tarbes – Bagnères-de-Bigorre plutôt qu’un sombre match au Japon.

Ceci dit, je vous dévoile en exclusivité une des belles histoires de mon journal qui aura bien lieu au pays du soleil levant. C’est l’histoire de Ben Spencer. Le 9 des Saracens qui se frottait bien les mains lorsqu’il voyait Willi Heinz peiner à coller au ballon puisqu’il boitait en fin de match face aux Blacks. Ben est appelé à la rescousse du XV de la Rose. Il pourrait être champion du monde avec 4 sélections dont les dix dernières minutes du Mondial. La classe ou le pragmatisme britannique.

- Écoutes Ben, tu vas jouer 10 minutes samedi. T'es pas Jonny non plus, mais à la 80ème, tu me claques un drop, à tout moment ça passe

- Écoutes Ben, tu vas jouer 10 minutes samedi. T'es pas Jonny non plus, mais à la 80ème, tu me claques un drop, à tout moment ça passeIcon Sport

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0