Icon Sport

Mondial U20 - L'antisèche : la mêlée bleuette emporte l'Angleterre

L'antisèche : la mêlée bleuette emporte l'Angleterre

Le 17/06/2018 à 21:23Mis à jour Le 18/06/2018 à 08:47

Portés par une mêlée fermée souveraine et un buteur en état de grâce en la personne de Louis Carbonel, les Tricolores n’ont laissé aucune chance à l’Angleterre à l’instant de prendre leur revanche après leur défaite dans le Tournoi, et surtout d’obtenir le titre de champions du monde.

Le match : défense, mêlée… et talent

Cela fait partie de la tradition des affrontements franco-anglais de ces dernières saisons, quelles que soient les catégories d’âge ou le niveau. On veut parler de la confiance placée dans les Anglais en leur condition physique jugée supérieure, qui les veut faire exploser les Français en fin de mi-temps, en imposant un haut tempo. Et pour tout dire, au vu de la fin de match poussive des Bleuets contre la Nouvelle-Zélande en demi-finale, le principal danger résidait bien là... La fin de première période en attestait d’ailleurs puisque, malgré une conquête copieusement dominée, les Anglais parvenaient à revenir à 8 longueurs des Bleus (14-8).

Louis Carbonel - France U20

Louis Carbonel - France U20Icon Sport

Mais, arc-boutés en défense, les Tricolores ne rompaient pas, à l’image d’une doublette grenobloise Geraci-Berruyer bluffante d’activité. Au contraire, les Bleuets avaient l’intelligence de casser le rythme et s’appuyer sur leur conquête, au travers d’une mêlée fermée ultra-dominatrice et de ballons portés destructeurs. De quoi, avec l’aide d’un buteur en état de grâce (23 points pour Louis Carbonel, mais il n'a pas fait 100 % de réussite) contenir le retour d’Anglais certes plus en forme (ainsi qu’en témoignaient les crampes des Bleuets lors des dix dernières minutes) mais moins performants sur les fondamentaux de ce jeu. Le doublé du véloce Jordan Olowofela ne suffisant pas à renverser la tendance, en toute logique.

Le tournant : et Carbonel coffra Smith...

C’était écrit : une des clés pour les Bleuets consistait à museler la star adverse Marcus Smith. Ce qui advint à la 52e minute… Après une chandelle trop longue bottée par l’ouvreur anglais, Marty et Carbonel renversaient la pression au pied. Revenu en couverture, Marcus Smith était coffré par son vis-à-vis Louis Carbonel, avant d’être savamment châtié par tous les trois-quarts français… Une bonne action défensive qui permettait aux Bleus d’obtenir leur première mêlée de la deuxième mi-temps, synonyme de pénalité et de trois points offerts à Carbonel. Mais surtout, ce châtiment avait pour effet de sortir complètement Smith de son match. Sur le renvoi suivant, l’ouvreur des Harlequins modifiait en effet sa routine et trompait ses partenaires, concédant une mêlée au milieu du terrain encore synonyme de pénalité. Laquelle permettait à Carbonel de définitivement remporter son duel avec son vis-à-vis, en reléguant pour la première fois du match les Anglais à 15 points (23-8). Un avantage décisif...

L’action : le offload de Marty pour Woki

Un instant, on crut que Jordan Joseph avait commis le pire, en démarrant derrière une mêlée promise à l’essai de pénalité (25e). Mais comme la solidarité n’est manifestement pas un vain mot dans cette équipe de France U20, tous ses partenaires eurent à cœur de rattraper la petite boulette de leur jeune copain. C’est ainsi que, servi dans le côté fermé, Max Marty parvint à distiller un bijou de passe après contact pour le flanker Cameron Woki, qui parvenait à se détendre juste assez pour aplatir sur la ligne. Un essai qui validait la domination française, et permettait aux Bleuets de faire le plein de confiance.

Le joueur : Bamba la bomba

Déjà sorti sous une standing ovation en demi-finale à Aimé-Giral, le pilier briviste a encore fait se lever le connaisseur public de Béziers. C’est dire si Demba Bamba a une nouvelle fois fait forte impression, en multipliant les charges dont il a le secret, avec le constant souci de faire vivre le ballon après lui. Mais c’est surtout dans son rôle essentiel de la mêlée fermée que Bamba s’est avéré décisif, son titre d’homme du match récompensant en réalité le bon comportement de toute la mêlée française, essentielle dans le gain de cette finale.

Demba Bamba of France U20 (Angleterre/France)

Demba Bamba of France U20 (Angleterre/France)Icon Sport

Le facteur X : le coup de patte de Carbonel

On jouait la 75e minute et tout, dans la logique, voulait que les Bleuets choisissent de tenter une pénalité offerte par M. Segonds. Mais, forts d’un incroyable panache, le capitaine par intérim Antonin Berruyer fit le choix de la pénaltouche. Une décision rendue payante par un remarquable coup d’œil et de patte (gauche, s’il vous plaît !) de Louis Carbonel dans le dos du premier rideau anglais. Une offrande sur laquelle s’empressait de bondir le lyonnais Adrien Séguret, pour un essai en forme de coup de grâce pour l’Angleterre.

La décla : Arthur Coville (capitaine des Bleuets, au micro de France 4)

"On remet beaucoup de choses en question en ce moment, les pôles espoirs, etc. Mais bien sûr que c’est bénéfique ! Pour ceux qui disent que la formation française n’est pas forcément bonne en ce moment, on voulait prouver que ce n’était pas le cas. Et qu’il y a encore de belles générations à venir".

Contenus sponsorisés
0
0