Other Agency

Rouen s’offre le bouclier, Valence-Romans perd son invincibilité sur le fil

Rouen s’offre le bouclier, Valence-Romans perd son invincibilité sur le fil

Le 02/06/2019 à 10:25Mis à jour Le 02/06/2019 à 10:35

FEDERALE 1 - Rouen est le nouveau champion de France de Fédérale 1. Au terme d’une rencontre renversante en finale, le club normand décroche le bout de bois. En face, c’est la douche froide pour l’équipe de la Drôme.

L’explosion de joie normande est à la hauteur de la désillusion drômoise. L’ailier Corentin Brutus vient de se faufiler dans la défense de Valence-Romans et d’arracher le succès au bout d’une interminable action, alors que le chrono du stade affiche la 85e minute (25-30). Emu, le président de Rouen Jean-Louis Louvel est prêt à débouler sur la pelouse pour étreindre ses joueurs, un à un. En face, les joueurs de Valence-Romans sont éparpillés au sol. Un genou à terre pour certains, les yeux dans le vague pour les autres. Ils sont KO. Alors qu’ils ont mené pendant tout le match et qu’ils dominaient les débats à la pause (22-9), ils viennent d’encaisser un sanglant 3-21 qui les privent d’un titre et d’une invincibilité historique.

Rouen prend l’ascenseur émotionnel

Le différentiel d’émotions est énorme. Côté Rouen, sourires et larmes de joies sont mêlés. "C’est encore plus dur à vivre en tribune que sur le terrain", confie l’ailier de Rouen Gabin Villière. Blessé, le futur toulonnais a apprécié la réaction de ses compères : "Après s’être mis en difficulté en première mi-temps, on se sort les tripes ensuite". Alors que ses compères promènent le bouclier dans tout le stade, le 2e ligne Jonathan Giraud confie : "Ce match est à l’image de notre saison. Nous sommes capables du meilleur comme du pire. En une période, nous avons fait le pire du pire. Nous ne nous sommes pas respectés… A la pause, nous avons remis les choses dans l’ordre dans le vestiaire. Nous sommes ressortis déterminés".

La joie des Rouennais après leur victoire contre Valence-Romans

La joie des Rouennais après leur victoire contre Valence-RomansOther Agency

Sous le soleil, la révolte des Rouennais passe par la volonté de mettre beaucoup de rythme dans la partie dans ce deuxième acte. Et de beaucoup jouer sur la largeur. L’entraîneur de Rouen Richard Hill estime que l’endurance de ses troupes a pesé : "La préparation physique et le banc ont fait la différence à la fin. Les Drômois étaient KO et fatigués à la fin. J’avais juste peur qu’il n’y ait pas assez de temps pour marquer". Ses joueurs ont finalement trouvé la faille dans les tous derniers instants de la partie. "Nous avons fait une remontada énorme, reprend Jonathan Giraud. Et à la fin c’est "Coco" qui marque, un mec qui ne sera plus là la saison prochaine, tout un symbole". Les Normands ont tout donné jusqu’à cet essai victorieux.

"C’est pour cela que j’adore mes joueurs, avance le président Jean-Louis Louvel. Jusqu’à la dernière minute, ils ne lâchent rien alors que nous étions largement dominé en première période. L’accession en Pro D2 c’était pour le club et ce soir c’était pour eux. Mais c’est aussi important de ramener ce bouclier dans les terres du nord. Nous avons réussi à gagner le cœur des Normands en jouant jusqu’au bout en finale face à Bourg l’année dernière alors que le match était déjà perdu. A l’époque, nous n’étions pas prêts. Cette fois-ci, le club et l’équipe sont renforcés".

Valence-Romans devra digérer la déception

A l’étage au-dessus la saison prochaine, Rouen retrouvera donc son adversaire du soir, Valence-Romans. Les Drômois devront digérer cette cruelle désillusion. En montant en Pro D2, ils ont marqué l’histoire de leur club. En décrochant le titre de champion de France au bout d’une saison d’invincibilité avec 25 victoires, ils auraient marqué l’histoire du rugby français. L’entraîneur des arrières, Jeff Coux veut quand même saluer ses troupes. "Pour nous, cela n’enlève rien sur la saison, confie le technicien. Nous avons tenu notre série d’invincibilité jusqu’à la 85e minute du 25e et dernier match de la saison".

Fédérale 1 - La déception des joueurs de Valence-Romans contre Rouen en finale

Fédérale 1 - La déception des joueurs de Valence-Romans contre Rouen en finaleOther Agency

Le pilier Erwan Iapteff grince des dents : "On retiendra qu’on a fait une belle saison mais que nous chutons sur la dernière marche. Ce match se joue sur la précision. Nous avons fait la première période parfaite. En revanche ensuite, nous avons subi dans l’avancée, ils nous ont baladé sur le terrain. Et ils ont su saisir l’opportunité que nous leur avons laissé. C’était à nous d’enfoncer le clou quand il le fallait…" Les Drômois n’ont pas su le faire. Par manque de carburant, quelques fautes d’indiscipline et un défaut de clairvoyance due à la fatigue sur la fin.

De longues minutes après le match, les Drômois ont du mal à digérer ce final. L’entraîneur Jeff Coux se refait le scénario. "Nous ne nous sommes pas endormis sur la deuxième période mais nous avons pris un carton jaune préjudiciable, explique-t-il. Avec la chaleur, nous avions beaucoup donné. Nous avons fait pas mal de fautes et eux apparemment un peu moins. Je pense qu’il y aurait pu avoir un carton jaune de leur côté sur la faute de Giraud en l’air. Résultat des courses, ils nous gagnent sur la dernière action".

L’équipe drômoise peut tout de même construire à partir de cette belle saison, de son caractère forgé au cœur des matchs où elle a assumé son étiquette de favorite. La saison prochaine, Valence-Romans changera de statut. Comme Rouen, l’équipe drômoise devra avant tout se battre pour prouver qu’elle a sa place à l’étage au-dessus. Et dans certains moments difficiles du marathon de la Pro D2, l’expérience engrangée au cours de cette finale sera peut-être bénéfique.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0