• Reconstitution en mars 2021 de l'agression dont a été victime Luka Sljivic à Albi
    Reconstitution en mars 2021 de l'agression dont a été victime Luka Sljivic à Albi

Un ancien espoir du CO condamné à 10 ans de de réclusion criminelle pour tentative d'homicide

Le | Mis à jour

FAITS DIVERS - C’est au terme de trois jours de procès à la cour d’assises d’Albi que Luca Mariani, ancien espoir du Castres olympique entre 2017 et 2019, a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle pour l’agression de Luka Sljivic dans la nuit du 16 au 17 mai 2019. Les circonstances aggravantes concernant la préméditation de l'agression n'ont pas été retenues.

Les faits se sont donc déroulés il y a un peu plus de trois ans. Alors que Luca Mariani, espoir au sein de l’effectif du Castres olympique, devait se rendre à l’anniversaire de l’un de ses coéquipiers, sa petite amie du moment, Laurine, lui demandait plutôt de l’accompagner à une soirée de fin d’étude avec ses amies. Le jeune homme finissait par accepter "parce que je lui avais promis de passer du temps avec elle", expliquait-il. Après avoir passé une partie de la soirée sur les berges du Tarn, Luca et Laurine se rendaient dans un bar, le "Feeling". La soirée se poursuivait et tous deux continuaient de consommer de l’alcool. "On est partis car Laurine avait trop bu. Elle titubait. Je l’ai portée. On est rentré chez elle", affirmait l’accusé.

Ivre, Laurine tentait de s’endormir malgré les vomissements. De son côté, Luca Mariani s’emparait du téléphone de sa petite amie. Il trouvait alors des messages avec un certain Luka Sljivic, footballeur à l’US Albi. Pris de colère pensant que cette dernière lui était infidèle, l’accusé décidait de tendre un guet-apens à Luka Sljivic "pour avoir des explications". Finalement, une fois arrivé sur les lieux du rendez-vous (en bas de l’immeuble de Laurine), le jeune rugbyman le rouait immédiatement de coups à l’aide d’une bouteille de vodka puis avec des coups de poing et des coups des pieds au niveau de la tête. "Son corps, 1m90 pour 103kg, est une arme, la force de ses pieds est plus dangereuse qu’un révolver", lâche Alexandre Martin, avocat de la partie civile.

Trois hommes, Mehdi, Michael et Mathias, des passants, arrivaient sur les lieux. Luka Sljivic luttait entre la vie et la mort, inconscient sur le trottoir tandis que Luca Mariani prenait la fuite. La police et les secours se rendaient sur les lieux et transportaient la victime en urgence au CHU de Toulouse-Purpan. Luka Sljivic souffrait de multiples fractures au visage (une au crâne, cinq au niveau du visage) et passait sept jours dans le coma. Huit jours d’ITT (incapacité totale de travail) ont été prononcés. S’en suivront de longues semaines de rééducation pour réapprendre à marcher, à parler, "à vivre", précisait l’un des avocats de Luka Sljivic.

Un réquisitoire de 10 à 12 ans de réclusion criminelle

En fin de matinée, l’avocat de la partie civile se lançait dans sa plaidoirie. "Ce jour-là, Luca Mariani a enlevé le goût de la vie à Luka Sljivic. Il s’est éteint", expliquait maître Alexandre Martin qui prenait une bonne heure pour présenter la "gravité de la situation" à la cour. "Je suis mort sur le trottoir cette nuit-là", assurait la victime la veille dont l’avocat rapportait les propos. Après ça, l’avocate générale livrait ses réquisitions pénales. Elle évoquait le déroulé des faits mais aussi les circonstances aggravantes telle que la préméditation de l’agression en précisant à plusieurs reprises que "tous les éléments indiquaient l’intention de tuer". Dix à douze ans de réclusion criminelle avec interdiction de détenir une arme sur les dix prochaines années ont été requis.

Venait ensuite l’heure des plaidoiries de la partie adverse. Les avocats de l’accusé se succédaient en tentant d’expliquer à la cour que cette agression n’était pas une tentative d’assassinat : "Le réquisitoire ne correspond pas à la réalité du dossier. Je ne peux pas attendre l’intention d’homicide. S’il voulait le tuer il ne s’y serait pas pris comme ça ! Pourquoi prendre une paire de ciseaux à bout rond et pas un couteau dans la cuisine ? Pourquoi aurait-il pris si peu de précautions ?", demandait maître Boguet. L’avocat appuyait ensuite sur le fait que Luca Mariani accumulait déjà trois ans de prison (détention provisoire dans l’attente du jugement) pour ces actes et devrait dans tous les cas de figure indemniser financièrement Luka Sljivic "toute sa vie à hauteur de milliers d’euros".

Mais ces arguments ne suffiront pas à la cour pour permettre à Luca Mariani de sortir libre des assises d’Albi. Après plusieurs heures de délibération, ce mercredi soir, le verdit tombait. Luca Mariani a été condamné à 10 ans de réclusion criminelle pour tentative d'assassinat. Les circonstances aggravantes concernant la préméditation de l'agression n'ont pas été retenues. La cour d'assises a également décidée d'une interdiction de posséder une arme pour une durée de 15 ans. Les avocats de la défense se laissent encore le droit de la réflexion pour faire appel de cette condamnation.