• Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports
    Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports

Amélie Oudéa-Castéra, la ministre des Sports, recevra Bernard Laporte jeudi

Par Rugbyrama
Le

AFFAIRE LAPORTE-ALTRAD - La ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra a déclaré dimanche qu'elle recevrait Bernard Laporte jeudi, après la condamnation du président de la Fédération française de rugby (FFR) à deux ans de prison avec sursis pour corruption, dans une interview au journal L'Équipe.

La ministre avait estimé dès mardi, jour de l'annonce du jugement, que cette condamnation faisait "obstacle" à la mission de Bernard Laporte à la tête de la FFR. Puis, vendredi, le comité d'éthique de la Fédération avait enjoint M. Laporte, 58 ans, de "se mettre en retrait provisoirement, à titre conservatoire, jusqu'à décision pénale définitive". Mais dans un entretien au Journal du dimanche, ce dernier affirme qu'il ne "voit pas pourquoi (il) devrait" quitter son poste, compte tenu qu'il a fait appel de la décision, ce qui suspend la peine.

Dans un entretien au site lequipe.fr, la ministre a elle souligné son identité de vue avec le comité d'éthique, qui "diagnostique et qualifie parfaitement la situation". "Il rappelle que l'intérêt supérieur du rugby doit primer sur les intérêts particuliers, que les valeurs du rugby, l'éthique et la déontologie doivent être protégées. Il démontre que Bernard Laporte n'est plus, en l'état, en mesure de justifier du crédit, de l'autorité ni de la confiance qu'impose la fonction de président. C'est totalement aligné avec mon communiqué", a-t-elle déclaré.

La ministre "soutien" de Florian Grill

Aux avocats de Bernard Laporte, qui faisaient remarquer dans le JDD que Mme Oudéa-Castéra avait "soutenu ouvertement (...) la liste de Florian Grill", adversaire de celle de M. Laporte, la ministre affirme qu'elle "n'acceptera pas que (son) impartialité soit mise en cause". "Cette ligne de défense, fondée sur l'espoir de faire diversion, n'est pas digne. Ça ne trompe personne", dit-elle, assurant que sa "seule exigence" est "celle de l'éthique et de l'intérêt supérieur du rugby français".

En poste depuis fin 2016, M. Laporte, réélu en 2020 pour un mandat de quatre ans, a été reconnu coupable de cinq des six infractions pour lesquelles il était poursuivi, dont corruption passive et trafic d'influence. La France doit accueillir la Coupe du monde de rugby du 8 septembre au 28 octobre 2023.