Icon Sport

France-Italie (32-10) - L'antisèche: Même si ce fut laborieux, les Bleus ont un pied en quart

L'antisèche: Même si ce fut laborieux, les Bleus ont un pied en quart

Le 20/09/2015 à 00:18Mis à jour Le 20/09/2015 à 00:25

COUPE DU MONDE - En disposant de l'Italie, le XV de France a éliminé un concurrent direct pour la qualification (32-10). Et la voie des quarts s'est ouverte en grand. L'antisèche.

Le jeu: La mêlée française au point

Tout n'a pas été parfait pour les Bleus ce samedi soir mais certains secteurs ont apporté des motifs de satisfaction à l'image de la mêlée fermée où le pack tricolore a clairement pris le dessus sur celui de la Squadra Azzurra. Globalement, la conquête a d'ailleurs été bien en place malgré ces deux lancers perdus en touche (sur 14). On savait les Français au point physiquement, ils l'ont une nouvelle fois prouvé.

On regrettera par contre ces trop nombreux en-avant qui sont venus gâcher les initiatives offensives des hommes de Saint-André. Face à des Italiens qui n'ont jamais semblé en mesure de réellement inquiéter les coéquipiers de Dusautoir, on aurait également aimé les voir se relâcher plus tôt. Ce fut le cas une fois l'écart creusé au score. Dommage.

La mêlée française s'est particulièrement bien comportée contre l'Italie - 19 septembre 2015

La mêlée française s'est particulièrement bien comportée contre l'Italie - 19 septembre 2015Icon Sport

Les joueurs: Picamoles sans égal, les piliers italiens au supplice

Ça devient une habitude pour lui mais le meilleur joueur français se nomme Louis Picamoles. Avec ses charges dévastatrices, il a fait énormément de mal aux Transalpins. Mention bien aussi aux deux piliers Eddy Ben Arous et Rabah Slimani pour leurs belles performances en mêlée fermée. Retour en force de Thierry Dusautoir, hyperactif en défense. Observé de près pour sa performance au centre, Alexandre Dumoulin n'a pas convaincu.

Du côté des Italiens, difficile de sortir beaucoup de bons élèves dans cette rencontre, tant ils ont semblé être inoffensifs. Une chose est sûre, le numéro huit Samu Vunisa n'a pas fait oublier Sergio Parisse. Quant aux piliers Matias Aguero et Martin Castrogiovanni, ils ont souffert le martyre en mêlée. Alessandro Zanni et Josh Furno se sont montrés trop indisciplinés (3 fautes chacun).

Louis Picamoles mobilise deux Italiens lors de France-Italie - 19 septembre 2015

Louis Picamoles mobilise deux Italiens lors de France-Italie - 19 septembre 2015Icon Sport

Le moment qui aurait pu tout changer: Nakaitaci marque... puis voit son essai refusé

A la 10e minute, après une bonne entame des Bleus, Picamoles passe les bras pour servir un coéquipier. L'ailier italien Sarto touche involontairement le ballon et Nakaitaci surgit à ce moment-là pour aplatir dans l'en-but. Un essai accordé aux Bleus puis refusé après que l'arbitre ait vu le ralenti sur l'écran géant... Comme la veille lors d'Angleterre-Fidji, c'est finalement le réalisateur du stade qui a influencé le directeur du jeu à revoir sa décision. Dans les deux cas, les essais ont été refusés fort justement pour des en-avant. Les Tricolores, eux, ont mis de très nombreuses minutes à se remettre de cette décision qui aurait pu les libérer.

Les tweets qui raffûtent

En première période, Louis Picamoles a mis un raffût énorme à Martin Castrogiovanni. Ils étaient d'ailleurs trois Italiens pour le stopper. L'image a impressionné la twittosphère.

La stat: 1

Auteur du premier essai des Bleus, le pilier droit du Stade français, Rabah Slimani, a débloqué son compteur en équipe nationale en marquant lors de sa 18e sélection.

La décla: Frédéric Michalak (demi d'ouverture du XV de France)

" Je crois que l'on a perdu Yoann Huget donc la fête est gâchée"
Louis Picamoles et le staff médical au chevet de Yoann Huget lors de France-Italie - 19 septembre 2015

Louis Picamoles et le staff médical au chevet de Yoann Huget lors de France-Italie - 19 septembre 2015Icon Sport

La question: La France a-t-elle déjà un pied en quart de finale ?

N'ayons pas peur des mots, avec cette victoire face à un concurrent direct pour la qualification, on peut dire que les hommes de Saint-André ont un pied en quart. Sans faire offense à la Roumanie (match ce mercredi) et au Canada (1er octobre), difficile de les imaginer se mettre en travers de la route des Tricolores. Or, il ne suffit que de finir dans les deux premiers du groupe pour accéder aux phases finales. Et avec trois victoires, ce sera chose faite.

Contenus sponsorisés