Icon Sport

Kaino, Faumuina et Ahki régalent, Rory Arnold déçoit...Les notes du Stade toulousain

Kaino, Faumuina et Ahki régalent, Rory Arnold déçoit...Les notes du Stade toulousain

Le 01/05/2021 à 19:55Mis à jour Le 01/05/2021 à 21:36

CHAMPIONS CUP - Les All Blacks Charlie Faumuina et Jerome Kaino à la hauteur de l'événement, Antoine Dupont encore décisif, Pita Ahki royal ou Rory Arnold décevant... Voici le carnet de notes des Toulousains.

Ils ont séduit

Élu homme du match, Pita Ahki a encore été grandiose. Le roi du centre du terrain. En défense, il a constamment harcelé ses adversaires et asséné quelques terribles plaquages. Il a aussi gagné deux turnovers. Et, sur le plan offensif, il a toujours fait les bons choix et placé ses partenaires sans l’avancée. Les deux All Blacks Charlie Faumuina et Jerome Kaino ont également été à leur avantage ce samedi. Malgré leur âge avancé, ils ont encore montré combien leur expérience et leur science du haut niveau sont précieuses. Dans l’intensité physique, ils ont clairement marqué les Bordelais et, au-delà, sont parvenus à jouer juste sur chaque situation. Imaginez que Faumuina a fini avec douze ballons joués à la main, quatre passes après contact et neuf plaquages. Des chiffres exceptionnels pour un pilier droit. Et comment ne pas souligner encore l’immense talent d’Antoine Dupont

Certes, il a marqué l’essai de la délivrance dans l’ultime droite en étant au soutien, comme à son habitude. Mais il a surtout tellement pesé sur les débats, par sa capacité à casser les plaquages et à franchir, avec 112 mètres parcourus, six défenseurs battus et trois passes après contact, mais aussi à imprimer un énorme rythme quand le jeu l’exigeait. Un facteur X, définitivement. Enfin, s’il n’est pas le joueur qui brille le plus, François Cros a prouvé une nouvelle fois qu’il était l’homme à tout faire du paquet d’avants toulousains. Impressionnant par son abattage, il a également et notamment été très sollicité en touche, là où son équipe était en difficulté. Malgré la présence des frères Arnold, c’est souvent lui qui a rassuré l’alignement stadiste.

Ils ont tenu leur rang

En première ligne, Cyril Baille et Julien Marchand ont été à leur avantage en mêlée fermée, domaine dans lequel les Toulousains ont été supérieurs. Mais le premier, encore très actif avec dix plaquages par exemple, a parfois fait preuve d’un peu de maladresse inhabituelle. Le deuxième, toujours aussi royal dans le jeu au sol, a été plus en difficulté en touche et est apparu un brin nerveux. Richie Arnold n’a pas survolé l’alignement comme il peut le faire mais a quand même contré un lancer très important en deuxième mi-temps. Avec dix-sept mètres parcourus et douze plaquages, il a été très présent dans le jeu. Impossible de noter correctement Alban Placines qui s’est fracturé le bras en fin de première mi-temps. Son remplaçant Rynhardt Elstadt a amené beaucoup d’impact.

Après un premier acte frustrant, où il a effectué quelques mauvais choix et une grossière erreur en envoyant un ballon mort sur une pénaltouche, Romain Ntamack a clairement augmenté le curseur après la pause. Jamais affolé, il a parfaitement animé la symphonie toulousaine, avec quelques initiatives personnelles bien senties et surtout une excellente occupation du terrain. Il a aussi été très bon en défense. De même, Zack Holmes et Maxime Médard, s’ils n’ont pas rendu un copie intacte, ont été décisifs sur les deux essais toulousains. Par une passe claquée et une intervention tranchante pour Médard, par deux relais magnifiques pour Holmes. Enfin, dans une rencontre pas évidente pour les ailiers sous la pluie, Matthis Lebel a encore tiré son épingle du jeu, notamment en inscrivant un essai qui était loin d’être fait.

Ils ont déçu

Attention, avec deux franchissements et cinq défenseurs battus, Cheslin Kolbe a été très en vue sur ce match. Il a même été décisif sur le deuxième essai puisque c’est lui qui s’est imposé sous un ballon haut. Mais le niveau de ce joueur est tellement exceptionnel que chacun est en droit d’attendre encore davantage de sa part, notamment dans la continuité du jeu. Sur deux courses magistrales, il s’est par exemple débarrassé du ballon au pied alors que son équipe aurait pu marquer en étant plus patiente. C’est sévère pour lui mais c’est aussi le revers du talent.

Enfin, Rory Arnold fut certainement le Toulousain le plus décevant ce samedi. Gêné dans les airs, il a été moins actif qu’à l’accoutumé, avec aucun mètre parcouru et seulement trois plaquages.

Les notes du Stade toulousain :

Cyril Baille : 7/10

Julien Marchand : 6,5/10

Charlie Faumuina : 8/10

Rory Arnold : 4/10

Richie Arnold : 6,5/10

Alban Placines : 6/10

François Cros : 7/10

Jerome Kaino : 8/10

Antoine Dupont : 8/10

Romain Ntamack : 7/10

Matthis Lebel : 7/10

Pita Ahki : 8/10

Zack Holmes : 6,5/10

Cheslin Kolbe : 6/10

Maxime Médard : 7/10

Vidéo - Le débrief de Toulouse-UBB en quatre points déterminants

08:55
Contenus sponsorisés