Icon Sport

Champions Cup - Maxime Médard (Stade Toulousain) : "Il ne me voyait pas du tout"

Médard : "Il ne me voyait pas du tout"

Le 13/10/2018 à 17:22Mis à jour Le 14/10/2018 à 08:46

CHAMPIONS CUP - Élu homme du match et auteur d'un essai en début de match, Maxime Médard a surtout réalisé un sauvetage incroyable à quatre minutes du terme qui a offert la victoire aux Toulousains à Bath. Alors que Burns s'apprêtait à aplatir dans l'en-but, l'ailier international est revenu de nulle part pour lui taper sur le bras et lui faire échapper le ballon. Il raconte cette action folle.

Rugbyrama : Pouvez-vous nous raconter cet incroyable sauvetage à la 76e minute ?

Maxime Médard : Je sens qu'il (Freddie Burns, N.D.L.R.) ne me voit pas, donc je poursuis sans vraiment savoir ce que j'allais faire, si je pourrais intercepter ou taper dans le ballon. Petit à petit, je me rendais compte qu'il ne me voyait toujours pas du tout. Donc j'ai eu la chance de sauver cet essai. C'est bien pour l'équipe et pour l'entame de cette compétition.

Où vous trouvez-vous au départ de l'action ?

M.M. : Je suis sur mon aile. Je vois que le joueur perce et j'ai l'impression qu'il est déjà content. Trop rapidement. A l'entraînement, on bosse l'esprit de compétiteur en ne lâchant rien. C'est mon tempérament, mais c'est celui de tous les joueurs aussi. Cela tombe sur moi mais ça aurait pu être quelqu'un d'autre.

Cela vous était-il déjà arrivé de réaliser un tel geste défensif ?

M.M. : Non, franchement, c'est la première fois. Je lui tape sur le bras mais, même moi, je suis surpris sur le coup. Je me suis dit : "Mais c'est pas possible, c'est pas vrai." Finalement, ça l'était ! Après, j'espérais un renvoi aux 22 mètres mais l'arbitre nous met une mêlée. Bon, on a gagné et c'est le principal. Aujourd'hui, le groupe a fait un gros matchs. Nous étions menés 20-12 mais sommes parvenus à revenir. On s'en sort même si nos adversaires ont aussi raté une pénalité face aux poteaux. C'est une belle performance de toute l'équipe.

Est-ce dans ce genre de scénario qu'on construit une aventure ?

M.M. : Oui, je le pense. On dit que Toulouse est une équipe jeune. Mais nos jeunes prennent de l'expérience et il est vrai que débuter par une victoire en Coupe d'Europe est bénéfique. C'est une belle performance de l'emporter ici, face à une grosse équipe. Chacun est content de ce résultat mais le Leinster, la semaine prochaine, ce sera autre chose. On a vu le match contre les Wasps, c'est un sacré niveau... Si on gagne, on pourra espérer une suite un peu plus rose. Même si nous sommes conscients de la difficulté qui nous attend. On ne va pas fanfaronner.

Dans l'ensemble, avez-vous craint que le match vous échappe sur la fin ?

M.M. : On se fait peur car on n'arrivait pas à sortir de notre camp. On avait répété qu'il fallait garder le ballon contre cette équipe, qu'on allait avancer. On l'a vu notamment sur des pick and go même si on s'est fait pénaliser. Après, il fallait aussi bien se dégager et, sur la fin, on n'a que deux points d'avance, la sérénité n'est pas trop là mais c'est passé.

Contenus sponsorisés
0
0