Icon Sport

Tauzin, déjà tout d’un grand

Tauzin, déjà tout d’un grand

Le 01/04/2019 à 09:32Mis à jour Le 01/04/2019 à 09:50

CHAMPIONS CUP - Invité de dernière minute au quart de finale de Champions Cup face à Racing 92 (21-22), Lucas Tauzin a réussi un très beau baptême du feu européen. La confirmation d’un talent qui explose au grand jour cette saison. Il est notre Oscar de la semaine.

Parfois cruel, le destin permet aussi parfois à des talents de se révéler… Encore faut-il savoir saisir la balle au bond. Lucas Tauzin ne devait pas jouer ce quart de finale de Champions Cup à Paris La Défense Arena. C’est Yoann Huget qui devait former, avec Maxime Médard, la paire d’ailiers du Stade. Un problème au tendon a contraint l’international français à renoncer et c’est ainsi que le staff toulousain, qui a attendu jusqu’à samedi pour trancher, a décidé de lancer dans le grand bain européen son champion du monde U20. Un match de phase finale sur la pelouse du vice-champion d’Europe, l’affaire aurait intimidé plus d’un joueur de vingt ans.

Mais pas Tauzin qui, au diapason de Cheslin Kolbe ou Sofiane Guitoune, a mis à mal l’édifice ciel et blanc. Son inspiration géniale à la demi-heure de jeu, en plus d’amener l’essai de Maxime Médard qui relance la machine haut-garonnaise en infériorité numérique, restera comme le geste du week-end. "Romain (Ntamack, ndlr) m’envoie une passe sautée et je sens Sofiane (Guitoune) redoubler derrière moi. Je me suis senti de lui lever la balle de cette façon et c’est passé". Le gage d’un joueur à l’image de son club : en totale confiance. Et le souvenir déjà ravivé pour les Racingmen du match de championnat déjà perdu en février dernier (29-34), où le jeune ailier, auteur d’un essai, s’était déjà montré sous un grand jour.

" Comme Castaignède, Michalak et Poitrenaud en leur temps"

Et comme si cela ne suffisait pas, Lucas Tauzin fut une seconde fois déterminant, toujours en duo avec Sofiane Guitoune. Interception du trois-quarts centre devant son en-but, contre, passe à l’ailier dont les changements d’appuis successifs ont donné le tournis à Finn Russell. Et derrière, carton jaune contre Juan Imhoff pour un plaquage haut et la pénalité qui permet à Thomas Ramos de porter l’écart à six points à moins d’un quart d’heure de la fin.

Révélé cette saison avec dix feuilles de matchs en Top 14 et cinq essais à son actif, Tauzin a franchi un sacré palier ce dimanche en montrant à son staff sa valeur sur une rencontre à élimination directe. Une sacrée bonne nouvelle pour Ugo Mola en vue de la fin de saison : "Dans toutes les aventures réussies, il y a toujours un ou deux garçons qui sortent du chapeau, ose l’entraîneur en chef des Rouge et Noir. Cela a été le cas pour Thomas Castaignède en son temps, et pour Frédéric Michalak et Clément Poitrenaud un peu plus tard. Pour Lucas, il ne lui reste plus qu’à gagner quelque chose".

Dans les deux compétitions où il est engagé, le Stade toulousain n’est plus qu’à deux matchs d’un titre si on considère qu’avec 20 points d’avance sur le troisième en championnat, sa place en demi-finales est pratiquement acquise. Des rencontres où Tauzin pourrait, une nouvelle fois, se voir offrir un joli rôle.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés