Icon Sport

Champions Cup - Altrad (Montpellier) : "Cotter a fait ses preuves et je lui fais confiance"

Altrad : "Cotter a fait ses preuves et je lui fais confiance"
Par Jérôme Prevot via Midi Olympique

Le 20/01/2019 à 20:30Mis à jour Le 20/01/2019 à 20:32

CHAMPIONS CUP - Vendredi au terme du match, Mohed Altrad avait rapidement commenté ce funeste Edimbourg-Montpellier. Joint ce dimanche, il est revenu dans le calme et plus longuement sur cet échec européen. Le président du MHR exclut tout changement pour la deuxième partie de saison.

Midi Olympique : Avec le recul, comment analysez-vous cette élimination européenne ?

Mohed Altrad : On ne fait pas une bonne saison, ce n'est un secret pour personne. Cette défaite en est l'expression. Mais sur la campagne européenne en particulier, on a perdu un match à la dernière minute à Newcastle qu'on n'aurait pas dû perdre, tout s'est joué là.

Allez-vous vous adresser au groupe ?

M.A. : Non pas spécialement, la parole est au staff et aux joueurs pour résoudre nos problèmes.

Envisagez-vous des changements dans votre staff, à commencer par votre manager ?

M.A. : Non, il n'y aura pas de décision prise en ce sens. Ce qui nous arrive, c'est ce qui arrive à plein d'équipes sur terre. Il n' y en a pas une qui n'ait pas connu nos problèmes actuels. Il faut savoir en sortir.

" Cette défaite a laissé des traces forcément, mais elle n'a pas provoqué de crise pour autant"

Le nom de Philippe Saint-André circule déjà pour le remplacer...

M.A. : C'est faux, je n'ai eu aucun contact avec Philippe Saint-André à ce sujet-là.

Avez-vous identifié le mal qui atteint votre équipe ?

M.A. : C'est une multitude de petites choses qui se cumulent. L'an passé, on marchait sur l'eau, on gagnait des matchs à domicile qu'on aurait dû perdre. Rappelez-vous le match contre Lyon que nous avions gagné dans les dernières minutes sur des actions de François Steyn. Nous avions les rebonds favorables, à cette époque…

Vu de l'extérieur, la finale de championnat perdue l'an passé semble avoir marqué une cassure....

M.A. : Je ne sais pas quel impact elle a eu. Ce n'est sûrement pas neutre. Tout le monde pensait que nous allions gagner, y compris nous-même. Cette défaite a laissé des traces forcément, mais elle n'a pas provoqué de crise pour autant. Voilà pourquoi il n'y aura pas de changement de staff ou de je ne sais quoi. Je pense que nous avons encore les moyens entre nos mains pour nous en sortir.

Votre effectif n'est il pas difficile à gérer avec un gros noyau de joueurs sud-africains ?

M.A. : On n'a pas plus d'étrangers que n'importe quelle autre équipe du Top 14. En plus, c'est limité par les JIFF. Qu'il existe des affinités entre des joueurs de même pays, c'est normal mais de là à affaiblir la performance globale... Je ne le pense pas. Je crois plutôt aux péripéties d'une saison. Revoyez notre premier match de la saison contre Castres. Nous avons gardé le ballon près de la ligne adverse pendant cinq minutes mais nous l'avons fait tomber.

" Notre demi d'ouverture, depuis qu'il est là, n'arrête pas de se blesser"

Êtes-vous satisfait du management de Vern Cotter ?

M.A. : Oui, c'est quelqu'un qui a prouvé plein de choses en Écosse et à Clermont. Il nous a amenés en finale. Est-ce sa faute si nous en sommes là et uniquement la sienne ou celle du staff et des joueurs ? Je ne sais pas. Est-ce sa faute si nous nous faisons pénaliser treize ou quatorze fois contre Édimbourg ?

Regrettez-vous des choses ou des décisions de la fin de saison dernière ? Des joueurs, par exemple, géraient leur déménagement la semaine de la finale...

M.A. : Ruaan Pienaar a déménagé, oui. Mais on ne l'a su qu'après. Est-ce à cause de ça qu'il passe à côté de sa finale ? Oui, il n'a pas fait un grand match. Mais il n'y a pas eu que lui. Je crois qu'on s'attendait à gagner facilement et nous nous sommes faits surprendre. Nous sommes tombés sur un Castres qui venait de battre le Racing et Toulouse. Le CO serait-il capable de rééditer un tel exploit ? Ça reste à démontrer.

Vous êtes désormais éliminés en Coupe d'Europe. Pensez-vous pouvoir encore vous qualifier en Top 14 ?

M.A. : On a pris du retard. Si la deuxième partie ressemble à la première, avec 64 points, on ne sera pas qualifiés, c'est évident.

Aaron Cruden n'a pas souvent fait des prestations étincelantes à Montpellier. Jannie Du Plessis a souffert en mêlée à Edimbourg au point d'être remplacé prématurément. Y a t-il au des déceptions dans votre recrutement ?

M.A. : Notre demi d'ouverture, depuis qu'il est là, n'arrête pas de se blesser. Cette saison, il s'est blessé quatre fois. Il est alors difficile pour lui d’être performant. On espérait autre chose. Jannie Du Plessis a fait ce qu'il a pu, mais la première ligne d’Édimbourg comptait trois internationaux. S'il s'est écroulé, est-ce un problème de force, de technique ? Est-ce un problème collectif ? Au coach de disséquer ça.

Top 14 - Aaron Cruden (Montpellier) contre Clermont

Top 14 - Aaron Cruden (Montpellier) contre ClermontIcon Sport

Nadolo, peut-il être votre facteur X quand il reviendra ?

M.A. : Il est en train de reprendre, il a déjà joué un match mais je ne crois pas que nos performances soient soumises à sa présence ou pas. Le problème est plus global. Si on en est là, c'est que ça ne va pas.

Allez-vous faire passer des consignes à votre entraîneur ?

M.A. : Non, je suis un président qui donne les moyens qu'il faut : les infrastructures, l'encadrement, les joueurs. Après, Vern Cotter a fait ses preuves et je lui fais confiance. Je ne pose pas d'ultimatum et je ne tire pas de conclusions tous les jours. Mais je voudrais dire que depuis que je suis là, en 2011-12, le club a progressé, non ? Nous avons régulièrement terminé dans le Top 6. Nous sommes un club jeune, le plus jeune du Top 14. Nous sommes en train d'écrire notre propre histoire. Mais cette année, je le reconnais, la page n'est pas aboutie.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0