Icon Sport

Ce qu'on veut voir la saison prochaine : un nouveau club français sacré en Challenge Cup

Ce qu'on veut voir la saison prochaine : un nouveau club français sacré en Challenge Cup
Par Rugbyrama

Le 15/08/2021 à 18:25Mis à jour

CHALLENGE CUP - La saison passée, les clubs de Top 14 se sont montrés pour le moins dominants lors des compétions européennes. Outre le sacre du Stade toulousain, tombeur de La Rochelle en Champions Cup, le MHR était de son côté tout heureux de s’offrir un trophée à la valeur parfois dépréciée : la Challenge Cup.

Nous l’avons bien vu l’an dernier, la Challenge Cup est une compétition à ne pas galvauder. Au premier abord, cette petite coupe à la couleur argentée ne paie pas de mine. Pourtant, elle peut être malgré tout vectrice d’émotions, et surtout, moyen intéressant de se qualifier pour la Champions Cup, tout en garnissant l’armoire à trophées. Le sacre montpelliérain, en mai dernier, obtenu grâce à une victoire par le plus petit des écarts contre Leicester (18-17), n’a donc rien d’anodin.

Car dans quelques mois, lorsque le RCT et le LOU, notamment, n’auront pas la chance de jouer dans la cour des grands, en Champions Cup, les Cistes y affronteront Exeter et le Leinster. Pas un cadeau, certes, mais reste au moins le prestige des grandes rencontres européennes.

10 titres en 25 éditions pour les clubs français

Surtout, le succès final d’un club français s’inscrit dans la lignée d’une tradition vieille d’un quart de siècle. En effet, à ses débuts en 1997, ce que l’on appelle alors la Conférence européenne voit une formation hexagonale se faire porte-drapeau de la France : Bourgoin-Jallieu.

Durant les années qui suivent, il devient d’usage de voir une équipe de notre championnat se hisser jusqu’en finale. Au total, à eux onze, les clubs de Bourgoin-Jallieu, Castres, Colomiers, Agen, Clermont, Pau, Narbonne, Toulon, Paris, Montpellier et enfin La Rochelle ont su atteindre l’ultime étape de la compétition, permettant au rugby français d’afficher un bien joli bilan : 24 participations à une finale en 25 éditions, pour un total de 10 titres.

Alors, pour la saison à venir, même si l’on ne s’attend évidemment pas à voir Biarritz, Perpignan, Pau ou encore Brive envoyer la grosse armada pour aller batailler dans le froid de Newcastle ou dans la grisaille de Worcester, on a espoir de les voir faire bonne figure.

Du côté des deux "gros" à jouer la "petite coupe d’Europe", en revanche, l’objectif sera probablement tout autre. Lyon et Toulon souhaiteront sûrement s’inviter en finale, puisqu’en effet, l’occasion est belle. Comme les Montpelliérains l’ont montré, on peut rater sa saison en Top 14 (10e), mais la sauver avec la Challenge Cup qui, en plus de faire partie des trophées majeurs à remporter, permet au vainqueur de se qualifier automatiquement pour la compétition reine, l’année qui suit. Une chose ayant fait défaut aux deux clubs rouge et noir la saison passée…

Comprenez donc que, même si elle est moins méritante sur l’ensemble du championnat, une équipe peut chiper la qualif’ à une autre. Un détail à ne pas ignorer en 2021, à l’heure où l’on peut considérer onze clubs comme prétendants aux places qualificatives en Top 14.

Challenge Cup - Il y a un an, les Toulonnais s'étaient inclinés en finale. Alors, revanchards ?

Challenge Cup - Il y a un an, les Toulonnais s'étaient inclinés en finale. Alors, revanchards ?Icon Sport

Alors, peut-être que Lyonnais et Toulonnais devraient voir cette Challenge Cup comme un mal pour un bien. Les premiers n’ont jamais rien gagné au niveau européen et ne cracheraient sans doute pas sur un trophée, tandis que les seconds courent derrière cette Coupe depuis plus d’une décennie (trois finales perdues : 2010, 2012 et 2020). Ils en avaient d'ailleurs fait un objectif majeur il y a deux saisons de cela, mais avaient dû s’incliner en finale face à Bristol. À ne pas galvauder…

Par Dorian VIDAL

Contenus sponsorisés