Icon Sport

Ce rugby qui détruit

Ce rugby qui détruit
Par Emilie Dudon via Midi Olympique

Le 02/08/2018 à 19:00Mis à jour Le 02/08/2018 à 19:01

Le 18 juillet dernier, l’annonce de la retraite de Sam Warburton à tout juste 29 ans faisait l’effet d’une bombe dans le rugby mondial. Après un an passé à essayer de se soigner, le capitaine du pays de Galles et des Lions britanniques a été contraint de jeter l’éponge, symbole d’un rugby qui châtie et inquiète.

Voilà où on en est. Dans le rugby d’aujourd’hui, un gamin de 29 ans est contraint de mettre un terme à sa carrière, complètement brisé. En dix ans de rugby au plus haut niveau, Sam Warburton a été blessé sérieusement à vingt reprises. Effrayant n’est-ce pas ? Le Gallois n’est pourtant pas le seul à avoir été détruit par le rugby. Au rayon des histoires bien moches, penchons-nous sur celle de Rob Horne. Il y a trois mois, le centre australien a lui aussi dû raccrocher les crampons après avoir subi un choc à une épaule lors d’un match de Premiership avec son équipe, Northampton. L’ancien vice-capitaine des Wallabies (34 sélections) est seulement âgé de 28 ans. Surtout, il a perdu l’usage du bras droit lors de cet accident…

Tournoi des 6 Nations - Sam Warburton (Pays de Galles) qui sort sur civière contre l'Angleterre

Tournoi des 6 Nations - Sam Warburton (Pays de Galles) qui sort sur civière contre l'AngleterreIcon Sport

Plus de vingt ans après l’arrivée du professionnalisme, le joueur de rugby a profondément changé. Il s’entraîne tous les jours, a augmenté sa masse musculaire et sa vitesse, donc sa puissance. Conséquence directe : la violence des impacts a explosé, soumettant les corps à des traumatismes toujours plus grands, alors que, dans le même temps, le temps de jeu effectif a doublé. Jusqu’où va-t-on aller ? "Les voyants sont au rouge, le cas de Sam en témoigne, a reconnu le vice-président de World Rugby, Agustin Pichot, dans la presse anglaise. Il faut prendre soin des futures générations. Nous travaillons beaucoup là-dessus avec l’Irpa (l’association internationale des joueurs de rugby professionnels, N.D.L.R.), nous avons déjà eu une réunion à ce sujet il y a un mois et une autre se tiendra le 8 août."

Les instances, nationales ou internationales n’ont pas attendu l’annonce de l’ancien troisième ligne de Cardiff pour prendre des mesures afin de protéger la santé des joueurs. L'observatoire médical FFR-LNR a fait des préconisations, dont certaines seront en place dès la saison 2018/2019. Mais posons la question franchement : sont-elles suffisantes ? Existe-t-il une volonté assez forte pour vraiment faire ce qu’il faut ? Tous n'en sont pas persuadés. Chiffres et enquête à l'appui, Midi Olympique lance le débat dans son édition de ce vendredi.

Contenus sponsorisés
0
0