Icon Sport

Un homme dans le match : les relances folles de Penaud n’ont pas suffi

Un homme dans le match : les relances folles de Penaud n’ont pas suffi
Par Pierre-Laurent Gou via Midi Olympique

Le 27/03/2021 à 09:00Mis à jour Le 27/03/2021 à 12:41

TOURNOI DES 6 NATIONS - Le Clermontois aura posé de gros problèmes offensifs aux Ecossais, qui n’auront pas réussi à le museler. Malheureusement, le talent de Penaud n’aura pas suffi à permettre aux Français ni de remporter le Tournoi, ni même la rencontre.

Société générale

Il avait du feu dans les jambes et a rongé son frein durant une grosse demi-heure avant de pouvoir s’exprimer offensivement. L’ailier clermontois, Damian Penaud n’a rien à regretter de son match face aux XV du chardon. Il a été le facteur X de l’attaque française, l’homme le plus dangereux, celui qui permettait de croire à l’exploit. En tout cas, il a terminé ce Tournoi des 6 Nations, en démontrant clairement qu’il était le choix numéro un chez les ailiers.

Face aux Ecossais, cantonné au départ du match sur son aile, où à part une réception de chandelle, il n’avait pas grand-chose à se mettre sous la dent, Penaud est allé chercher du « boulot » un peu partout sur le terrain et après la pause s’est montré décisif. En fait, son match a débuté quand il récupère la passe sautée de Dupont, prend de vitesse et échappe sur l’extérieur à son vis-à-vis Van der Merwe, avant de jouer parfaitement le deux contre un intérieur pour Dulin qui n’a plus qu’à aplatir.

Cette action va finir de le mettre en confiance, car après la pause, il va se montrer plus entreprenant. C’est lui qui initie dans ses propres 22 mètres, une relance (56e), qui aurait pu (dû), aboutir à une nouvelle réalisation française. Sa vitesse de course et son déhanché ont perturbé la défense écossaise qui n’arrivait pas à le plaquer.

C’est lui qui bonifie la superbe chistera de Vakatawa, et joue parfaitement son un contre un pour aller marquer.

A son bilan, on notera aussi toutefois, ce qui reste son talon d’Achille, son faible rendement en défense. Quand son partenaire de l’autre aile, et leader de ce secteur, Gaël Fickou, affiche 14 plaquages et aucun manqué, Penaud se contente d’une réalisation pour un raté… Toutefois cela ne vient pas ternir un bilan pour celui qui affiche aussi toujours côté statistique, le plus grand nombre de défenseurs battus (5) des deux équipes.

Société générale
Contenus sponsorisés