Icon Sport

Le fait du match : des Bleus talentueux, mais inconstants

Le fait du match : des Bleus talentueux, mais inconstants

Le 09/02/2020 à 18:08Mis à jour Le 09/02/2020 à 19:51

TOURNOI DES 6 NATIONS 2020 - Même si le XV de France s'est imposé avec le bonus offensif et sans jamais être réellement mis en danger, il a aussi parfois fait preuve d'une grande inconstance.

Tout avait pourtant bien commencé. Des sorties de camp plutôt bien orchestrée malgré la tempête Ciara, de l'agressivité défensive comme contre l'Angleterre et du réalisme en attaque, les Bleus de Charles Ollivon ont montré des signes de maturité en début de rencontre. « On sait ce qui est arrivé dans l'histoire mais peu importe, avait confié la veille de la rencontre le capitaine Charles Ollivon concernant un possible relâchement. Moi, ce dont j'ai envie c'est que l'équipe garde cette dynamique, ce sourire. » Mission globalement accomplie. Sur trois temps forts, le XV de France a inscrit trois essais en première période. D'abord, c'est Teddy Thomas (7e) qui a été le plus prompt à récupérer acrobatiquement une passe rasante avec rebonds distillée par Romain Ntamack. Ensuite, c'est le capitaine « himself » qui a conclu une action au ras d'un ruck (18e). Enfin, Grégory Alldritt (39e), en position d'ailier, a été mis sur orbite par une longue passe d'Antoine Dupont.

En seconde période, les Bleus se sont contentés de leur talent individuel pour inscrire deux nouveaux essais. A l'exception de ces exploits signés Ntamack et Serin, l'animation offensive est donc restée muette. Dommage. Le staff des Bleus avait clairement ciblé cette rencontre pour jauger un peu plus en profondeur son système de jeu. « Il y a eu pas mal d'initiatives dans la zone de conclusion, a souligné Galthié. Il fallait jouer juste et on l'a fait. On a quand même marqué cinq essais. Il y en a un qui vient de loin, mais les autres sont bien construits. » Et de conclure sur le sujet de façon plus pragmatique : « Il y a du déchet, ça fait partie des leçons à retenir de ce match. »

Malheureusement, ce qui a frappé, c'est cette seconde période mal maîtrisée. Peu sanctionnée en première période (deux pénalités), l'équipe de France a semblé perdre le fil de son plan de jeu. Déjà en première période, quelques signes de fragilité avaient été aperçus. Un exemple ? Cette mauvaise sortie de camp jouée entre Anthony Bouthier et Teddy Thomas, ce dernier commettant un en-avant dans les zones des 22 mètres. En suivant, Bellini inscrivait le premier essai italien (24e). « La première période est quasi-parfaite, a rappelé Galthié. On fait deux erreurs de gestion sur du jeu au pied et du jeu d'occupation. On les paie à chaque fois. » Et de confesser, avec lucidité : « La deuxième période est moins consistante, l'équipe a été bousculée par les Italiens ». Un fait intangible tant en conquête que dans les zone de combat au sol. A croire les Bleus soudainement privée d'agressivité défensive. Mais aussi en panne de lucidité. En témoigne les huit pénalités sifflées contre Ollivon et ses partenaires. De quoi s'inquiéter avant le prochain match à Cardiff contre le pays de Galles ? « Si on fait la même chose dans quinze jours, ça ne passera pas », rétorque le deuxième ligne Romain Taofifénua. En attendant, les Bleus peuvent tout de même savourer leur première place au classement du Tournoi des 6 Nations.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés