Icon Sport

6 NATIONS - Lutteur, livreur, Béziers, saison pourrie et main tendue... Voici Mohamed Boughanmi

Famille, lutteur, livreur, Béziers, saison pourrie et main tendue… Voici Mohamed Boughanmi

Le 19/01/2017 à 17:46Mis à jour Le 19/01/2017 à 18:23

6 NATIONS - Convoqué à sa grande surprise par Guy Novès dans la liste des 32 joueurs qui prépareront le Tournoi des 6 Nations, le pilier rochelais, Mohamed Boughanmi revient sur son incroyable parcours qui l'a mené de Bagnolet à l'équipe de France.

Très famille

Mohamed Boughanmi est né le 27 octobre 1991, mais ce 18 janvier 2017 est une date qui comptera dans sa vie d’homme, de rugbyman. Il s’en rappellera longtemps, au même titre que les siens. Jeudi matin, le beau bébé de 25 ans (1,94 m, 126 kilos), qui a grandi à Bagnolet (Seine-Saint-Denis), s’est donc raconté à La Rochelle où il est arrivé il y a 6 mois et où il a été propulsé parmi les 32 qui sont conviés au stage de préparation du Tournoi des 6 Nations.

"Au moment où je vois mon nom (dans la liste de Guy Novès, ndlr), j'éteins tout", raconte-il. "J’appuie sur le rond du téléphone et j’appelle mes parents. Mon père, il travaillait. Quand il a entendu, il m’a dit 'Quoi ?'. Je lui ai dit : 'Je te jure, je suis pris en équipe de France'. Il m’a dit : 'Non, c’est pas possible...' Il était content. Mes frères pareil. J’ai trois frères, je les ai appelés, ils étaient super heureux. Ma soeur était dans son bureau, elle voulait pleurer, elle voulait arrêter de travailler ! Ma mère, qui est actuellement en Tunisie, m’a dit : 'En équipe de France comme Uini (Atonio) ?' Elle ne connaît pas trop le rugby…"

Mohamed Boughanmi - La Rochelle

Mohamed Boughanmi - La RochelleAFP

Ex-lutteur...

Chose rare dans un monde sportif de plus en plus aseptisé, il a pris le temps de se raconter. Et notamment qu’il est un ancien lutteur, sport qu’il a pratiqué de 8 à 16 ans. Sa capacité à tenir debout malgré la meute, à être mobile et faire mal dans l’avancée lui viendrait sans doute de ses années de lutte. Et le rugby dans tout ça ? Ça lui est tombé dessus, un peu par hasard à Bagnolet. "C’est à 8 ans, lorsque j’étais en train de me promener avec mon frère dans la rue que je suis tombé sur un jeune avec un ballon de rugby. À cet âge-là, je ne savais pas ce que c’était… J’ai essayé et ça m’a plu, j’ai demandé à mon père de prendre une licence. En lutte, je n’étais pas favorisé, il n’y avait pas de catégorie pour moi".

Et ancien livreur

À 15 ans, il arrête la lutte et se consacre au rugby. À Bobigny, puis au centre de formation du Stade français où il ne reste pas. Il retourne à Bobigny où il joue en Fédérale 1, tout en travaillant en qualité de livreur au restaurant de ses frères. Une période qui n’a pas été facile à vivre. "Tu peux te dire que tu ne vas pas être pro, que tu vas continuer à manger au restaurant, à faire le fainéant. Il faut savoir qu’il y a cinq ans, je pesais 166 kilos. Quand tu fais ce poids, tu as du mal à faire deux tours de terrain… "

Mohamed Boughanmi - Béziers

Mohamed Boughanmi - BéziersIcon Sport

Béziers, une étape capitale

Après Bobigny, où il a continué à jouer jusqu’en 2013, Mohamed Boughanmi rebondit à Béziers, en Pro D2, mais… il se blesse le premier jour de l’entraînement. Dans l’Hérault, les choses sont claires pour lui : il doit maigrir.

Il fait des efforts, se cale sur les recommandations du staff et montre de la bonne volonté. Car il a envie de percer. C’est ce qu’il l’expliquait au site Internet de la LNR en juillet 2013 : "Béziers est une formidable opportunité pour moi. J'ai joué au Stade Français et à Bobigny mais jusqu'à présent je faisais des bêtises : je mangeais n'importe comment, j'arrivais en retard aux entraînements, je n'étais pas assez sérieux. Du coup, je ne renvoyais pas une bonne image de moi. A ma famille, ainsi qu’à mes amis. J'ai 21 ans, si je veux m'en sortir grâce au rugby, je dois devenir adulte, je dois être sérieux et faire attention à tous ces détails".

Une saison pourrie puis une main qui se tend

Mohamed perd 30 kilos dans l’Hérault. Il s’accroche, garde dans un coin de sa tête l’équipe de France, et débarque à Toulon après deux saisons de Pro D2 (33 matches, 12 titularisations). Dans le Var, ça ne se passe pas bien du tout, il se blesse et n’aura pas le temps de jeu escompté (six matches, une titularisation). "Je n’ai pas trop joué. Je me suis dit, ça y est, c’est fini pour moi…" La main tendue de La Rochelle, il ne l’attendait plus vraiment.

Mohamed Boughanmi - La Rochelle

Mohamed Boughanmi - La RochelleAFP

" Patrice Collazo m’appelle, et me propose de jouer à La Rochelle, j’ai tout de suite accepté. C’est un entraîneur qui m’a fait bosser, il a cru en moi". C’est les yeux embués que Mohamed Boughanmi a terminé cette phrase ce jeudi, une convocation pour Marcoussis dans le sac. Derrière son impressionnant gabarit de pilier droit, Boughanmi a pleuré, réalisant ce qu’il appelle "un rêve de gosse". Joueur volontaire, marqué par Patrice Collazo et son inflexibilité dans la performance, il a progressé et arrive en équipe de France.

L’histoire entre les deux hommes remonte au temps où le technicien maritime intervenait sur des séances de mêlée à Marcoussis, au Centre national du rugby. "C’est la génération hors norme de 1990 - 1991", explique Patrice Collazo. "C’est un joueur à potentiel, qui fait plus d’1,90 m et dans les 130 kilos. Mohamed est de ces joueurs qui partent de très loin, et qui ne sont pas forcément destinés à ça. Il est sorti du cadre et y est revenu. Il est retourné à la réalité, la case départ, celle de la vie civile puis par une affaire de contexte, de rencontres, il s’est donné les moyens de revenir. "

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés