Icon Sport

XV de France - Pascal Papé "s’en veut" et "assume" son attitude lors de Galles-France

Papé assume mais s'est trompé de cible

Le 04/03/2014 à 13:57Mis à jour Le 04/03/2014 à 15:35

Le capitaine du XV de France, Pascal Papé, a fait son mea culpa concernant son comportement vis-à-vis de l’arbitre Alain Rolland. "Il assume" et "s’en veut".

Philippe Saint-André avait, dès le lendemain du match, condamné cette attitude, estimant que son capitaine "avait commis une faute". On pensait alors la place de Papé au sein du groupe France en péril. Il n’en fut rien. Papé figure bel et bien dans le groupe des 30 pour préparer l’Ecosse. Louis Picamoles, lui, n’a pas eu droit au même traitement, étant écarté "pour avoir applaudi l’arbitre lors de son carton jaune". "J’ai bien compris le message. Le staff ne fera plus de cadeau. Celui qui fautera ne fera pas long feu chez les Bleus", affirme Papé au "Midol" dans un entretien qui mérite qu'on s'y arrête.

Ce qu'il n'avait jamais dit

Pour la première fois, Pascal Papé reconnait avoir failli dans son rôle de capitaine. "C’est une fonction qui nécessite de la clairvoyance, qui impose l’exemplarité. Et j’ai pêché dans ce domaine face au pays de Galles. Mais j’assume, je ne me cache surtout pas". Il sait également que ce rôle-là n’est qu’un intérim, en raison de la blessure de Thierry Dusautoir. Le Parisien estime que le capitanat ne lui pèse pas et qu’il ne veut en aucun cas "tirer profit" de l’absence du Toulousain. "J’essaie simplement de remplacer Thierry avec mes qualités, pas de tirer profit de son absence. Au contraire, je préfère quand Thierry est présent. Cela fait un leader de plus dans l’équipe".

Pascal Papé - galles france - 21 février 2014

Pascal Papé - galles france - 21 février 2014Icon Sport

Les phrases à retenir

Pascal Papé s’avoue extrêmement frustré après la claque reçue face aux Gallois. Surtout, il estime que les Bleus, après une bonne préparation tout au long de la semaine, se "sont mentis".

" J’ai éprouvé un sentiment de trahison. Nous nous étions promis de faire un grand match mais tout ça c’était du vent."

Le deuxième ligne parisien s’est expliqué sur son geste d’énervement envers l’ailier Hugo Bonneval après une passe ratée, qui a atterri directement en touche. Papé "clarifie" les choses.

" Je n’ai jamais engueulé Hugo comme cela a été dit. Cela est faux. Je lui ai simplement demandé de me parler. "

Sa manière d’aborder Alain Rolland a été vivement critiquée. Notamment sur le fait d’avoir tutoyé l’arbitre irlandais. Papé se défend. "Pour moi, il n’y a rien de choquant. Cela ne doit surtout pas être interprété comme une forme d’irrespect."

" Je connais Alain Rolland depuis dix ans. On se tutoie toujours. Sur la pelouse, il m’a également tutoyé"

L'instant drôle

Dans son interview, Pascal Papé ne plaisante pas. Mais une déclaration nous a fait bien sourire. Elle montre toute la cacophonie qui règne dans le rugby français, notamment après la signature de la convention LNR-FFR. "Je me mets à la place des gens qui ne connaissent pas trop notre sport, ce qui ne s'y intéressent que de façon ponctuelle. Ces gens-là doivent penser que c'est un milieu de fous furieux. Rien n'est clair, rien n'est cadré. Parfois, on change les règles au bon milieu d'une saison. Parfois, on signe des accords, mais ils ne sont pas respectés. C'est assez effrayant". Et c'est un acteur du jeu qui le dit...

Où lire cet entretien

La version intégrale de cet entretien est à lire en dernière page Midi Olympique de ce lundi 3 mars, vendu en kiosque 3,20 et disponible à la vente sur les applis mobiles Premium du Midi-Olympique.

Contenus sponsorisés