Pro D2 - Simon Mannix a fait ses premiers pas à Biarritz

  • Simon Mannix pour ses premiers pas à Biarritz.
    Simon Mannix pour ses premiers pas à Biarritz. Pablo Ordas
Publié le Mis à jour
Partager :

Après avoir pris officiellement ses fonctions lundi, le nouvel entraîneur en chef de l’équipe basque, Simon Mannix, apprend à découvrir l’environnement biarrot, son staff et ses joueurs. Il dirigera son premier match vendredi à Provence.

Survêtement noir, baskets nike et mine concentrée, Simon Mannix a fait ses premiers pas du côté d’Aguiléra cette semaine, après avoir vu, depuis les tribunes, la défaite du BOPB face à Béziers vendredi soir (17-20), un match auquel il a assisté dans un simple rôle “d’observateur”. C’est lundi matin que le Néo-Zélandais, qui officiait jusque-là au Bassin d’Arcachon (Nationale 2), a officiellement pris ses fonctions en tant qu’entraîneur en chef d’une équipe biarrote pas au mieux, puisqu’elle pointe à la quatorzième place du classement et reste sur quatre revers consécutifs.

Quatre ans après son dernier passage sur un banc dans le paysage professionnel français, Mannix est donc de retour aux affaires et au sein du club basque, une tâche “courte durée”, jusqu'à la fin de la saison, lui a été confiée. Sa première mission sera de “chapeauter les entraîneurs” déjà en place, à savoir Renaud Dulin (responsable des trois-quarts et de l’attaque), Roger Ripol (avants) et Manu Cassin (défense), et de s’adapter au plan de jeu déjà établi, en y ajoutant sa touche personnelle. Il n’est pas question de repartir d’une page blanche.

David : “On sent son charisme”

Mardi matin, sous la grisaille basque, le Néo-Zélandais de 52 ans a observé ses adjoints animer les exercices pendant l’entraînement séparé, puis il a commencé à donner ses directives lorsque le collectif a démarré. “Simon nous a dit qu’il ne voulait pas révolutionner tout ce qui était en place, mais il amène une énergie différente. Il y a une nouvelle dynamique. C’est positif pour l’équipe”, estime Charlie Francoz, un des capitaines de l’équipe. “En très peu de séances, on sent qu’il en impose, on sent son charisme. Il n’hésite pas à taper du poing sur la table, on sent sa patte”, ajoute Yann David.

A lire aussi : Pro D2 - Biarritz : une fin de match en question, le club sous tension

Dans l’observation, puis dans l’action sur le terrain, l’ancien ouvreur a aussi commencé à apporter quelques ajustements par rapport au jeu déjà proposé par le BO. “Il nous a fait ses premiers retours vidéo, poursuit Francoz. Il nous a montré des phases d’attaque et nous a dit comment il aimerait qu’on aborde certaines situations, des choses qu’on a mal faites auparavant et qu’il faudrait corriger.

Francoz : “Je le trouve hyper positif”

Mannix n’a, pour l’instant, pas eu à trop hausser la voix pour faire passer ses messages. “Il encourage vachement, raconte Francoz. Quand ça part en cacahuète et qu’on ne fait pas ce qu’il faut, il sait se faire entendre, mais je pense que c’est ce qu’il nous fallait. Je le trouve hyper positif.” Au BO, en manque cruel de confiance, il doit servir de guide. “Quand on perd un peu le nord, on a besoin de quelqu’un pour nous remettre les idées en place”, estime le troisième ligne aile. “Ça va faire du bien à tout le monde d’avoir un message frais, même si nous sommes dans une situation délicate”, pense Yann David.

Et le technicien, avec son expérience, est attendu pour redresser la barre d’un navire qui, sur le papier, présente un effectif de qualité, mais qui n’arrive plus à gagner depuis un mois. Au classement, les Rouge et Blanc (14e) n’ont que deux points d’avance sur Soyaux, potentiel barragiste. Mais les Biarrots sont (toujours) à six points de la sixième place, savent se créer des occasions en attaque (33 essais marqués, 5e meilleur total de la division) et ont dans leurs rangs quelques internationaux (Dyer, Haouas, David, Joseph…) et jeunes talentueux (Jonas, Jalagonia), qui ne sont pas au BO pour jouer les derniers rôles.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Nitrousa Il y a 2 mois Le 14/12/2023 à 11:53

"sous la grisaille Basque" >pffffffff
C'est mieux sous les inondations en Gironde, Dordogne, Charente Maritime, Deux Sèvre. ?

Zaintza Il y a 2 mois Le 14/12/2023 à 13:30

Bon Évelyne Dhéliat si tu veux parler météo c'est ailleurs...là on est sur un site rugby. Bien sûr que c'est triste les inondations dans les départements que t'as cité mais c'est nécessaire ton commentaire sérieux ? Tu crois qu'il n'y a jamais d'inondations au pays basque ? (à un degrés moindre sache qu'il y en a aussi actuellement au pays basque...)