Icon Sport

Roxana Maracineanu menace de retirer la dérogation pour le XV de France

Roxana Maracineanu menace de retirer la dérogation pour le XV de France
Par Quentin Put via Midi Olympique

Le 26/02/2021 à 23:59Mis à jour Le 27/02/2021 à 00:02

XV DE FRANCE - Invitée de BFM TV ce vendredi soir, la ministre des Sports Roxana Maracineanu est revenue avec fermeté sur l'épisode de contamination au sein du XV de France. Elle a rappelé que le fait de pouvoir s'entraîner et disputer le Tournoi des 6 Nations relevait d'une autorisation et que celle-ci pouvait être retirée.

C'était comme une réponse du tac-au-tac, par médias interposés. Quelques heures seulement après l'intervention du président de la FFR Bernard Laporte dans le Super Moscato Show, la ministre des Sports Roxana Maracineanu s'est exprimé sur BFMTV ce vendredi soir. Interrogée sur la contamination massive qui a frappé le XV de France cette semaine, la ministre a voulu réitérer sa requête d'informations auprès de la FFR, comme pour réaffirmer la gravité de la situation. "Pour l'instant j'attends les informations qui me seront données par la FFR qui était venue me voir avec un protocole sérieux qui voulait que les sportifs et le staff restent dans une bulle avec des conditions d'entrée et de sortie strictes."

Quid du patient zéro et les déclarations de Serge Simon dans le Midi Olympique ? Le vice-président de la FFR, "manager Covid-19" en ces temps de pandémie, affirmait dans les colonnes du bi-hebdomadaire : "Le patient zéro, on le connaît : c'est notre préparateur physique". En réponse à cela, Roxana Maracineanu use de sarcasme : "Le patient zéro, il a changé trois fois... Alors je préfèrerais que ce soit la personne qui est venue nous présenter le protocole qui m'en atteste, c'est-à-dire le président de la fédération et pas Serge Simon."

Puis, tout en sommant une nouvelle fois la fédération d'envoyer le rapport demandé, la ministre des Sports se montrera plus ferme : "Au ministère des Sports, nous avons autorisé les joueurs à voyager et aussi à s'entraîner dans certaines conditions. Nous avons donné une autorisation, nous pouvons aussi retirer cette autorisation." Avant de conclure sur une note plus amère : "Là où je suis inquiète, c'est que nous avons fait une exception pour des sportifs, pour une organisation et j'y tenais beaucoup. Ils se sont engagés à un certain protocole. Et quand il se sont engagés, ce n'est pas seulement pour le rugby. C'est aussi pour le reste du sport, pour le reste des tournois qui se tiennent ailleurs, que nous devons, tous collectivement être en responsabilité. Puis quand il y a des erreurs, il faut assumer ses erreurs."

Contenus sponsorisés