Icon Sport

XV de France - Quel capitaine pour les Bleus ?

Quel capitaine pour les Bleus ?
Par Rugbyrama

Le 16/10/2018 à 10:59Mis à jour Le 16/10/2018 à 13:09

XV DE FRANCE - Jacques Brunel dévoilera, ce mercredi, la liste des joueurs appelés à préparer les tests-matchs de novembre. Tour d'horizon en trois questions. Voici la deuxième.

Guirado terminera son mandat

Le cas de Guilhem Guirado inquiète. C’est légitime. Le début de saison du RCT, le capitaine des Bleus l’a vécu en tribunes, contraint au repos par la convention LNR-FFR. Puis sur le banc de touche, à deux reprises lors des trois premières rencontres de Top 14 auxquelles il postulait. Redevenu titulaire, ensuite, Guirado n’est plus capitaine du RCT.

Il n’est même plus le suppléant de Mathieu Bastareaud dans ce rôle, comme l’an passé. Au brassard, Patrice Collazo lui a préféré Charles Ollivon, puis Raphaël Lakafia. Et les performances de Guirado, teintées d’agacement, n’ont pas rassuré. Déjà absent pour raisons médicales en Nouvelle-Zélande, en juin dernier lors de la dernière tournée du XV de France, son statut en Bleu peut-il dès lors être remis en cause? Difficile à envisager.

S’il avait voulu imposer du changement et un discours nouveau à sa sélection, Jacques Brunel en avait l’occasion début janvier, à sa prise de fonctions et à presque deux ans de la prochaine Coupe du monde. Chose qu’il n’a pas faite.

Un triptyque Guirado-Bastareaud-Parra

Plutôt que de sacrifier le Catalan et de le remettre dans la boucle de la concurrence, riche, au poste de talonneur, le sélectionneur avait alors choisi de le conforter. Les lieutenants, en revanche, avaient évolué. "Tricards" sous l’ère Novès, Morgan Parra et Mathieu Bastareaud étaient immédiatement convoqués, dès le premier groupe de janvier 2018.

Pour Bastareaud, les débats sportifs autour de son profil seront éternels mais son apport dans la vie du groupe et dans l’exemple au combat avait été unanimement salué. Pour Parra, une blessure avait retardé son retour à l’international, finalement effectif en juin, en Nouvelle-Zélande. Sa mainmise tactique sur le groupe, notamment durant les semaines de préparation, avaient alors été évidentes.

Sauf blessure, ce tryptique Guirado-Bastareaud-Parra devrait constituer la cellule des leaders du XV de France. Jusqu’à la Coupe du monde.

L’oeil de Sylvain Marconnet

L’oeil de Sylvain MarconnetIcon Sport

" Guilhem engrange de la fraîcheur et de la frustration, peut-être même un peu de colère "

Que Guilhem Guirado joue moins avec son club est une chance pour le XV de France et pour Jacques Brunel. Guilhem a beaucoup donné, a beaucoup joué ces dernières saisons. C’est certainement l’un des mecs les plus irréprochables du groupe France depuis plusieurs années. Sur un terrain, son engagement est total. Il y laisse parfois des plumes. Mais avec toute l’expérience qu’il a, il sait très bien ce qu’il doit faire pour être en forme, pour être performant. À mon avis, en ce moment, Guilhem engrange de la fraîcheur et de la frustration, peut-être même un peu de colère. Tout ce qu’il faut pour faire une bonne tournée (rires).

Très franchement, je ne suis pas dans le secret du vestiaire toulonnais mais si il joue moins à Toulon, c’est davantage en raison d’un problème de fond que de forme. Et ce n’est surtout pas le moment pour Jacques (Brunel) de toucher à ses cadres. Au contraire, il doit s’appuyer sur des garçons comme Guilhem Guirado ou Mathieu Bastareaud. Pour l’équilibre du groupe, cela me semble capital.

Propos recueillis par Arnaud Beurdeley

Contenus sponsorisés