Icon Sport

Les chiffres qui font mal

Les chiffres qui font mal

Le 17/03/2019 à 09:00Mis à jour Le 17/03/2019 à 11:18

XV DE FRANCE - Malgré une dernière victoire en trompe-l’œil contre l’Italie (14-25), le XV de France est passé à côté de ce Tournoi des 6 Nations. La faute à un contenu toujours plus pauvre au fil des matchs. Une vérité qui se traduit en chiffres.

Avant le Tournoi, le staff des Bleus jurait avoir mis l’accent sur le jeu offensif, après avoir axé les premiers mois de l’ère Brunel sur l’aspect défensif. Le résultat ? Ils ont certes inscrit deux essais de plus (12) que le pays de Galles (10), vainqueur du Tournoi, mais ils terminent avant-dernière attaque de la compétition avec 93 points marqués (soit une moyenne de 18,6 points par match), juste devant l’Italie (79 points). Un score qui aurait pu être encore plus faible si l’Irlande n’avait pas relâché la bride en fin de match, avec ces deux essais encaissés dans les trois dernières minutes.

Tournoi des 6 Nations 2019 - Louis Picamoles (France) contre l'Italie

Tournoi des 6 Nations 2019 - Louis Picamoles (France) contre l'ItalieIcon Sport

L’autre tendance forte qui se dégage du jeu offensif des Bleus est son délitement au fil des matchs. C’est simple, tous les indicateurs ou presque déclinent entre la première et la dernière rencontre. La possession (57%, 53%, 42%, 35%, 35%), l’occupation (63%, 46%, 47%, 28%, 29%) et surtout le nombre de passes, qui a chuté de moitié entre l’entame face aux Gallois et le baisser de rideau à Rome (174, 168, 137, 100, 87). À Dublin, les Bleus ont même battu un record en première période avec seulement 11% d’occupation dans le camp irlandais. À l’inverse, l’indiscipline a été crescendo avec seulement 5 pénalités concédées contre le pays de Galles, puis 6 en Angleterre, puis 10 contre l’Écosse, puis 12 en Irlande et enfin 14 en Italie. Ce qui traduit aussi une nervosité grandissante dans le contexte pesant des défaites. Le XV de France a par ailleurs battu un autre triste record cette année avec la plus grosse remontée subie dans l’histoire du 6 Nations. C’était lors du premier match, où il menait 16-0 à la pause et a perdu 19-24 au final.

Le "Grand Chelem" pour Guirado, Penaud, Huget et Picamoles

Et le positif dans tout ça ? On cherchant bien, on finit quand même par en trouver un peu. Le XV de France a par exemple réussi à sécuriser 100% de ses ballons sur phases statiques (touches + mêlées) contre le pays de Galles et l’Écosse. Sur le plan défensif, l’équipe de France termine à la quatrième place en termes de points encaissés (118 contre 65 côté pays de Galles, meilleure défense du Tournoi) mais affiche un taux de réussite moyen au plaquage très honorable (85,6%).

Tournoi des 6 Nations 2019 - Yoann Huget (France) marque le 2ème essai des Bleus contre l'Italie

Tournoi des 6 Nations 2019 - Yoann Huget (France) marque le 2ème essai des Bleus contre l'ItalieIcon Sport

Un joueur s’est d’ailleurs révélé dans ce domaine : Felix Lambey, avec 70 plaquages effectués sur l’ensemble du Tournoi, dont 28 à l’Aviva Stadium, pour seulement 5 ratés (93% de réussite). Le genre de petites branches à laquelle se raccrochera sûrement le sélectionneur, lui qui espérait tant construire un groupe et installer une continuité dans ses compositions. Un dernier vœu qui n’a pas résisté à la sinistrose en plus des quelques blessures puisque seuls Guilhem Guirado, Louis Picamoles, Yoann Huget et Damian Penaud ont pu enchaîner les cinq rencontres en tant que titulaires. Finalement le seul "Grand Chelem" que Brunel était en mesure d’offrir cette année.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0