Other Agency

Darracq : "La volonté de l'équipe est de commencer fort, de ne pas calculer"

Darracq : "La volonté de l'équipe est de commencer fort, de ne pas calculer"
Par Rugbyrama

Le 27/09/2022 à 09:04Mis à jour

COUPE DU MONDE FÉMININE - Le sélectionneur des Bleus s’est livré sur les premiers jours passés en Nouvelle-Zélande avec en ligne de mire, une première opposition contre l’Australie, ce vendredi.

Cela fait trois jours que vous êtes arrivés en Nouvelle-Zélande, comment se passe l’acclimatation ?

Le fait d’être en Nouvelle-Zélande nous fait prendre conscience qu’on est pleinement dedans. Cela avait un peu commencé lors du stage à Marcoussis, mais là il faut absorber le décalage horaire, tout le monde est bien entré dans cette compétition et on sait que nous avons changé de dimension.

Quel est le rythme d’entraînement ?

Les deux premiers jours étaient préparés pour encaisser ce long décalage horaire de onze heures, donc il faut déjà retrouver un rythme par rapport au sommeil et faire en sorte que chaque fille puisse absorber. Maintenant, on est parti dans un rythme progressif quotidien avec notamment la musculation qui a repris aujourd’hui. Samedi, nous aurons une opposition de préparation contre l’Australie pour retrouver le goût du combat avant notre premier vrai match de préparation contre l’Afrique du Sud.

Quelles seront les conditions de cette opposition face à l’Australie ?

Nous ferons des séquences d’entraînement avec trois blocs de quinze minutes en opposition réelle. Ce sera vraiment un schéma de match avec la volonté de donner du temps de jeu à toutes les filles avec une arbitre reconnue. L’idée est de se confronter avec des adversaires solides et de sortir des oppositions que l’on fait entre nous.

XV de France Féminin - Gaelle Hermet

XV de France Féminin - Gaelle HermetIcon Sport

Gaëlle Hermet est toujours blessée au genou, comment se passe son retour à la compétition ?

Aujourd’hui le retour de Gaëlle se fait de plus en plus fort. Elle a pris de l’avance par rapport au meilleur scénario. On va encore attendre et évaluer jour après jour sa rééducation pour voir si elle pourra jouer lors du match d’ouverture, mais la volonté est que Gaëlle puisse être présente dans la durée. La Coupe du monde est une longue compétition, qui durera six semaines, donc on ne prendra aucun risque.

Une longue compétition, l’idée du staff est-elle de commencer très fort ou de monter en puissance ?

La volonté est de commencer fort. La particularité de ce Mondial fait que nous n’avons pas de poule prédéfinie pour les quarts de finale. Ce sera un basculement par rapport à un classement du premier au huitième, donc on a besoin de gagner rapidement et il est difficile de calculer et d’avoir une vraie stratégie par rapport à une équipe “bis”, même si je n’aime pas utiliser ce terme. Il y a 32 joueuses et une seule équipe de France.

Contenus sponsorisés