Midi Olympique

Et si Pita Ahki quittait le Stade toulousain pour rentrer en Nouvelle-Zélande et devenir All Black?

Et si Pita Ahki quittait le Stade toulousain pour rentrer en Nouvelle-Zélande et devenir All Black?

Le 20/06/2021 à 17:05Mis à jour Le 20/06/2021 à 17:10

Dans un long entretien croisé avec son épouse Kayla McAlister, star du 7 en Nouvelle-Zélande et soeur de l'ancien Toulousain Luke McAlister, le trois-quart centre Pita Ahki évoque son avenir international. Il ne ferme pas la porte à un retour au pays, qui lui permettrait de revêtir la tunique noire tant convoitée.

Comme tout enfant de Nouvelle-Zélande qui joue au rugby, Pita Ahki a longtemps rêvé de devenir un All Black. Une perspective qu'il a vite abandonnée, peinant à faire son trou en super rugby. "J’ai tout donné pour postuler aux All Blacks. J’aurais peut-être pu faire plus mais il n’y avait plus de place pour moi" raconte aujourd'hui le joueur, dans un long entretien croisé qu'il accorde à Midi Olympique, dans son édition du vendredi 18 juin. En tout et pour tout, il n'a effectivement disputé que quatorze rencontres de Super Rugby en cinq saisons (2013-2018), avec les Auckland Blues et les Wellington Hurricanes.

Meilleur centre du Top 14 depuis trois saisons

Exilé une saison au Connacht (2017-2018), il est depuis installé au centre de l'attaque du Stade toulousain et s'est imposé comme le meilleur centre du Top 14, depuis trois saisons. De quoi faire de lui, enfin, un candidat potentiel à une sélection chez les All Blacks? Ahki ne ferme pas la porte, toujours dans les colonnes de Midi Olympique. "Quand j’ai quitté la Nouvelle-Zélande, j’ai dit que je n’avais aucun regret de partir. Mais, quand je me retourne aujourd’hui, je pense que c’est un peu de ma faute si je n’ai pas eu cette opportunité. J’ai connu plusieurs blessures et, sur mes dernières performances en Nouvelle-Zélande, je ne me suis pas imposé comme un candidat. Là, j’ai dû jouer plus de soixante ou soixante-dix matchs avec Toulouse sur les trois dernières années. Cela me fait me demander ce qu’il aurait pu se passer…"

"Il y a beaucoup de discussions en Nouvelle-Zélande autour des All Blacks et des centres en sélection. Cela me pousse à réfléchir…

A tel point que le joueur ne ferme pas la porte à l'éventualité d'un retour rapide chez lui, en Nouvelle-Zélande, pour pouvoir à nouveau postuler à la sélection all black. "Il y a beaucoup de discussions en Nouvelle-Zélande autour des All Blacks et des centres en sélection. Cela me pousse à réfléchir… Et si j’étais encore au pays, ou si j’étais rentré à la maison ? Qu’est-ce qu’il se passerait ? Qu’est-ce qu’il pourrait se passer ? Je suis heureux aujourd’hui au Stade toulousain. On verra de quoi le futur sera fait." Ahki sera-t-il de retour en Nouvelle-Zélande, dans un futur proche, pour raviver son rêve international? L'idée semble clairement le titiller. Un obstacle, toutefois: à l'automne 2020, il a prolongé son bail avec le Stade toulousain jusqu'en 2024.

Contenus sponsorisés