Icon Sport

Avant la venue du CO, Bordeaux-Bègles se resserre

Avant la venue du CO, Bordeaux-Bègles se resserre

Le 27/01/2022 à 14:15Mis à jour Le 27/01/2022 à 14:19

TOP 14 - Pour la venue de Castres à Chaban-Delmas, L'UBB a retrouvé quelques joueurs, mais devra faire sans ses Internationaux, convoqués ou blessés. L'occasion pour démontrer la solidité du groupe dans cette longue série de février contre de nombreux prétendants au Top 6.

Cela devient une tradition. Christophe Urios ne vient pas aux conférences d'avant-match contre Castres. Certainement pour ne pas rajouter un peu plus de pression autour de ces confrontations qui possèdent toujours une forte charge symbolique pour l'ancien entraîneur des Tarnais. Et aussi pour mieux préparer cette rencontre, entre son équipe leader du Top 14 et le club en forme de cet hiver, le CO. Les Tarnais, malgré la défaite face aux Harlequins, sont dans une phase ascendante. Et cela n'a pas échappé à Jefferson Poirot : "Ils sont troisièmes. Pour moi, c'est l'équipe en forme du moment. Cela va être un immense révélateur. Et au classement, cela peut faire une petite différence." Les Castrais n'arriveront certainement pas en victime expiatoire à Bordeaux. À L'UBB contraint au chômage technique sanitaire, chacun a vu les images du beau combat livré contre les Harlequins. " Castres, a joué beaucoup de matchs de très haut-niveau sur cette période. Donc, ils vont être sur un rythme de Coupe d'Europe. C'est là, où il ne faut pas se tromper. »

"Il va falloir que l'on se resserre encore plus"

L'UBB, elle a pu récupéré quelques joueurs. Car à un moment, cela sentait l'hécatombe. Buros, Petti, Diaby, Ducuing blessé. Woki et Jalibert ? Blessés aussi. Lucu, Moefana, Mori ? En équipe de France et d'Italie pour le dernier. Sans compter ceux qui ont le nez qui coule. Aussi, les retours de Louis Picamoles, Bastien Vergnes-Taiffefer, Ben Lam, de Clément Maynadier, ont permis de retrouver de la gnaque et de l'émulation : "Il y a pas mal de joueurs qui ont réintégré le groupe après des tests négatifs. On a des retours de petits pépins musculaires." explique Julien Laïrle, l'entraîneur des avants.

"On a un groupe qui se redensifie. Et c'est important sur des entraînements comme ça. Quand on arrive à être 35-40, amener ce turn-over, cette rotation. Cela permet d'avoir une bonne émulation. On a vu un entraînement, un peu plus engagé que les deux dernières semaines." De plus, l'Union a préféré conserver deux jeunes convoqués en moins de vingt ans : Louis Bielle-Biarrey, seul arrière de "métier" et Matéo Garcia, ouvreur qui pourrait aussi servir en 9". Julien Laïrle mise clairement sur eux : "Ce sont des jeunes sur lesquels on compte et dont on a besoin sur des postes clés."

Avec autant de titulaires absents, l'UBB a déjà réussi à tenir bien des matchs. Pour autant, celui-ci ne sera que le premier d'une longue série internationale durant laquelle, la charnière bordelo-béglaise Lucu-Jalibert sera aux abonnés absents. Pourtant la Jalibert-dépendance évoquée par certains a fait long feu. Pourtant, l'absence de Maxime Lucu n'a pas trop pesé dernièrement. Mais la prestation contre Brive ou contre les Scarlets démontre que ce groupe a des ressources. Ce que confirme le coach des avants de l'Union : "On a montré sur la semaine des Scarlets qu'on avait un groupe plutôt fort. Il va falloir que l'on se resserre encore plus. Il y a des mecs qui attendent depuis quelques mois. Il va falloir qu'ils montrent sur le terrain. Ils vont avoir leurs chances. Il va falloir que le groupe soit encore plus fort sur le terrain que les semaines précédentes."

Ben Lam - Bordeaux-Bègles

Ben Lam - Bordeaux-BèglesIcon Sport

Du lourd au mois de février

L'UBB va donc passer au révélateur de l'hiver avec une série de matchs qui vont lui permettre de savoir s'ils ont la moelle pour rester au plus-haut du Top 14. "C'est un des moments les plus importants." acquiesce Julien Laïrle. "On joue Castres, on joue ASM, Toulon en match de rattrapage. On joue le Racing et on joue le Stade. Aujoud'hui, ce sont des équipes qui sont dans le top 6 pour jouer la qualif. avec nous. Et derrière, on aura une réception de Pau." De quoi se forger un mental d'acier, si à la fin de cette période, le club girondin truste encore la première place ou la deuxième. Mais d'abord, il faudra battre cette grosse équipe castraise. Et pour cela, le staff a bien identifié le problème posé par le CO. "Castres, on le sait, c'est une équipe de pression, une équipe qui a cette capacité à bien occuper le terrain, à garder l'équipe adverse chez elle, à mettre beaucoup de pression, de combat dans les rucks. Il va falloir être tête froide contre cette équipe, ne pas paniquer, être patient. Cela nous avait fait défaut au match aller. Rémi Lamerat, qui devrait retrouver le terrain de Chaban, sait aussi que l'équipe devra surtout s'occuper de son propre jeu : "On se concentre bien évidemment, d'abord sur nous. L'objectif est de prendre des points quel que soit l'adversaire, mais on est encore plus motivé, encore plus attentif quand c'est un concurrent direct qui n'est pas très loin de nous."

Les papas de retour ?

Pour la réception du Castres olympique, Christophe Urios et son staff vont probablement faire appel à quelques papas pour encadrer la fougue des jeunots. Les Maynadier, Marais, Picamoles, Lamerat, Lesgourgues et consorts devraient guider les Roussel, Vergnes-Taiffefer, Bochaton, Bielle-Biarrey et certainement Matéo Garcia, qui a le gros avantage de couvrir le poste de 9 et de 10, ainsi que de buter. En tout cas, l'entraînement de mardi dernier, délocalisé dans la banlieue bordelaise à Gradignan, aura donné le ton : bien engagé. Jefferson Poirot, le capitaine résume bien l'impatience de l'UBB : "Ce sera un immense révélateur pour notre groupe. Cela va être 6 matchs de haut-niveau face à que des concurrents directs. Je pense que début mars, on y verra un peu plus clair."

Contenus sponsorisés