Icon Sport

Pour le public lyonnais, c’est maintenant ou jamais

Pour le public lyonnais, c’est maintenant ou jamais

Le 31/05/2019 à 18:58

TOP 14 - Alors que son équipe du LOU dispute pour la première fois de son histoire moderne un barrage à domicile, au Matmut Stadium de Lyon, le public lyonnais va devoir jouer un rôle qu’on ne lui connait pas forcément : celui de 16e homme capable de faire basculer un duel.

À n’en pas douter, le LOU a pris une vraie place dans le cœur des Lyonnais ces dernières années comme en témoigne le nombre grandissant d’autocollants présents sur les voitures circulant dans la métropole, ces maillots qui fleurissent un peu plus sur les épaules ou ces portraits de joueurs qui s’affichent un peu partout en 4 par 3. Club plus que centenaire, son histoire n’est pas à refaire mais par contre son public sera scruté de près face à Montpellier, samedi pour ce barrage de Top 14, au même titre que l’équipe qui joue sa place en demie. Car l’arrivée au Stade de Gerland, devenu Mamut Stadium Gerland, a marqué un tournant.

Paroles de supporters

"À notre arrivée à Gerland, on a trouvé que les gens étaient moins réceptifs par rapport à l'ancien Matmut Stadium du fait des tribunes plus vastes et d’un terrain qui semble plus grand. On sent quand même que l'engouement prend petit à petit, les résultats aidant certainement, confie un membre du groupe des supporters La Meute. On a l'impression qu'avec le temps, ils ont pris leurs repères et se sont appropriés leur tanière", poursuit-il.

L’affluence moyenne depuis l’arrivée dans l’enceinte du 7e arrondissement tourne à environ 13 939 personnes et l’on aime rappeler qu’ils étaient en moyenne 2 000 à Vuillermet il n’y a pas si longtemps, et 10 369 lors de la dernière saison complète au Matmut Stadium de Vénissieux. Ce socle d’une dizaine de milliers de spectateurs, venant d’un horizon large au regard des plaques d’immatriculation au stade, semble acquis mais c’est un équilibre fragile.

Philippe est quant à lui président des Lougdunums, présent à domicile comme à l’extérieur où il se fait entendre, et comme le dirait un enseignant, affirme que le public "a les capacités pour mieux faire, il faut se mettre au travail." Plus précisément, "on a un public qui réagit à des évènements. Quand les matches se passent bien, les gens regardent mais quand il y a une situation de mise en danger, ils sentent naturellement qu’il faut encourager l’équipe."

" Le public lyonnais a besoin de découvrir ces matchs-là, comme nous"

En son temps de présidence (2002-2012), Yvan Patet disait : "on a un public de spectateurs plus que de supporters." Dans ce public, il y a des "vieux de la vieille" mais l’entrée dans l’ex-antre de l’Olympique Lyonnais a attiré son lot de curieux, pas mal de nouveaux et sa dose de VIP à ne pas froisser. Toutefois, ce contexte ne doit pas faire oublier le populaire qui ne roule pas sur l’or et doit rester le noyau… Ainsi, la bonne alchimie reste encore à trouver.

Les matchs références aideront et face à ce constat, Félix Lambey confesse que "le rugby lyonnais se développe énormément mais c’est un jeune public, même s’il y a pas mal d’anciens. Ils ont besoin de découvrir ces matchs-là, comme nous. On ne connait pas trop ces matchs de phase finale à Lyon." Et il attend du barrage face au MHR qu’il soit fédérateur, comme l’ont été les duels face à Toulon et Montpellier en phase finale la saison dernière.

"C’était de grands moments. À Toulon, beaucoup de Lyonnais avaient fait le déplacement et on avait été agréablement surpris. On a envie de le revivre et de gagner avec eux. C’est comme ça qu’un public grandit, avec des victoires et de gros résultats. Ça partira de nous", insiste le deuxième ligne. Joueurs et staff espèrent une mobilisation, "on en a besoin. Plus il y aura du monde pour pousser derrière nous, plus ce sera facile sur le terrain", enchaine-t-il.

" On a montré que c’était difficile de venir gagner à Gerland"

Cependant attention à ne pas froisser le Lyonnais versatile qui va surtout là où une équipe gagne et difficile à fidéliser. Les résultats suivent mais qu’en sera-t-il en cas de coup dur ? Lyon est réputé solide à domicile avec 11 victoires, 1 nul et 1 défaite cette saison en Top 14. Le LOU a déjà disputé 40 rencontres à Gerland depuis son installation le 21 janvier 2017 et son bilan toutes compétitions est de 30 victoires, 1 nul et 9 défaites, soit 75% de succès.

"On a montré que c’était difficile de venir gagner à Gerland et on a envie de conforter cette idée, de montrer à tout le monde que Gerland est une enceinte qu’il est difficile de venir prendre, commente ainsi Baptiste Couilloud, bercé durant sa jeunesse par les exploits de l’OL qu’il vivait dans le Virage Nord. Mais il faudra montrer du caractère ! Ça va se gagner sur l’engagement et une bonne stratégie", développe-t-il ensuite en référence au barrage.

Jouer donc cette affiche à la maison, "c’est un énorme plus, oui, même si cela n’a pas été favorable l’année dernière. C’est quelque chose de très important pour le club et la ville car c’est la première fois que cela arrive, confie Baptiste Couilloud qui garde l’esprit de revanche par rapport à l’an passé. Cela tombe bien, le Lyonnais est réputé rancunier et un poil susceptible. Donc dire que le public du LOU peut mieux faire devrait entrainer une réaction…

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0