Icon Sport

Top 14 - Brazo : "Je n’ai pas eu le temps de me baisser. Quand j’arrive sur lui, c’est trop tard"

Brazo : "Je n’ai pas eu le temps de me baisser. Quand j’arrive sur lui, c’est trop tard"

Le 28/08/2018 à 09:03Mis à jour Le 28/08/2018 à 11:09

TOP 14 - Sacrément amoché après s’être téléscopé avec Sergio Parisse, samedi lors Perpignan-Stade Français, le troisième ligne de l’Usap revient sur un épisode qui a beaucoup fait réagir après le carton rouge reçu par l’international italien. S’il ne souhaite pas commenter la décision, Alan Brazo assure qu’il s’agit d’un accident, des deux côtés.

Rugbyrama : Alan, nous vous avons vu sortir grièvement blessé au visage samedi. Avant-toute chose, comment allez-vous ?

Alan Brazo : Sur l’action, j’ai la lèvre qui a explosé. On a dû me faire six points de suture à ce niveau-là. Et j’ai aussi une dent qui a bougé. J’ai passé des radios pour voir si elle était cassée. Cette semaine, les docteurs doivent me dire si je suis forfait pour le déplacement à Agen. Si ça vaut la peine de jouer ou s’il y a trop de risques. J’ai prévu de participer aux entraînements cette semaine. Le gros point positif, c’est qu’il n’y a pas eu de K.O. ni de commotion.

Avez-vous revu l’action, qu’en pensez-vous aujourd’hui ?

A.B. : Je l’ai revue oui. Sur le terrain déjà, lorsqu’ils l’ont passé à l’écran. C’est sur un coup d’envoi, je regarde le ballon. Il y a un premier joueur face à moi, je l’évite, et dès que je relève la tête, je suis directement en contact avec Sergio Parisse. Je n’ai pas eu le temps de me baisser pour le plaquer. Quand j’arrive sur lui, c’est trop tard. Je suis en position de course, ça va trop vite, et j’aurai dû me rendre compte avant qu’il était aussi près. Entre l’évitement et le ballon en l’air, je n’ai pas anticipé sa trajectoire. Ce n’était pas une agression de sa part, c’est moi qui le percute à l’épaule.

Vous avez affirmé que son geste n’était en rien intentionnel…

A.B. : On voit très bien que c’est moi qui percute son épaule. Et seulement ensuite, il a ce geste de lever un peu le coude pour m’éjecter. Mais c’est davantage un réflexe je pense. Je n’ai aucun doute sur ça, je sais que c’était involontaire.

" J’espère qu’il ne prendra pas beaucoup de semaines de suspension, voire pas du tout"

Comprenez-vous alors la décision de M. Cardona ?

A.B. : Même si ma position n’est pas bonne, c’est quand même impressionnant à vitesse réelle. C’est cette deuxième phase du choc, lorsqu’on voit le bras repousser mon visage, qui a fait prendre cette décision. Et dans ce contexte actuel, avec tous les problèmes qu’il y a eu récemment, je pense que cela a joué dessus. Après, j’ai un peu eu tous les sons de cloche. Il y a carton, il n’y a pas carton… ça, c’est à l’arbitre de prendre cette décision, il faut la respecter et je n’ai pas à la commenter.

Sergio Parisse ne paraissait lui pas comprendre ce carton rouge…

A.B. : Je comprends son sentiment, c’est aussi un peu injuste pour lui. Je ne sais pas quand est-ce que Sergio passe en commission, mais je ne pense pas qu’il prenne une sanction sévère. En revoyant les ralentis, ils verront très bien que ce n’est pas un geste agressif. J’espère qu’il ne prendra pas beaucoup de semaines de suspension, voire pas du tout.

Regrettez-vous toutes les réactions générées pendant le week-end ?

A.B. : C’est comme ça… Si on avait été au foot, ça aurait fait beaucoup plus de bruit (rires). Mais actuellement, la santé des joueurs est au centre de tout. C’est quelque chose d’important. En plus de ça, c’était le premier carton rouge du championnat. Donc forcément, on en a parlé. Mais on ne reviendra pas en arrière, et puis ce n’est pas une décision qui a fait perdre le Stade Français. Elle n’a eu aucune incidence. Donc à partir de maintenant, ça ne sert à rien de parler cent ans dessus. J’ai les points sur la lèvre mais il n’y a rien de grave. Tout va bien.

Contenus sponsorisés
0
0