Icon Sport

Le LOU peut dresser une statue à Toby Arnold

Le LOU peut dresser une statue à Toby Arnold

Le 11/03/2018 à 18:29Mis à jour Le 11/03/2018 à 19:22

Sensation à Ernest-Wallon. Le LOU, mené jusqu’à l’heure de jeu, a renversé un Stade Toulousain pourtant épatant d’efficacité et de sérénité (20-27). Les Lyonnais sont de retour dans le TOP 6 et peuvent dire un grand merci à leur ailier Toby Arnold.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Il a pratiquement mis Toulouse KO à lui tout seul. Alors que son équipe semblait se diriger vers une sixième défaite consécutive, à l’extérieur, à zéro point. Toby Arnold offre une précieuse victoire à ses coéquipiers. Et notamment à son demi-de-mêlée Frédéric Michalak, qui a foulé pour la dernière fois de sa carrière professionnelle, en ce dimanche 11 mars, la pelouse d’Ernest-Wallon, son ancien jardin. En trois éclairs fulgurants (61e, 63e, 76e), l’ailier Néo-Zélandais a donc mis le Stade Toulousain au tapis. Incroyable renversement de situation alors que les hommes de Pierre Mignoni ont balbutié leur rugby une bonne partie de l’après-midi. Et gros coup d’arrêt, aussi, pour un Toulouse qui se voyait déjà dauphin du leader montpelliérain.

Frédéric Michalak (Lyon) vs Toulouse

Frédéric Michalak (Lyon) vs ToulouseIcon Sport

Et, soudain, Toulouse explose

Le Stade Toulousain avait pourtant presque tout bon jusqu’à cette fameuse heure de jeu. Deux occasions, deux essais en première mi-temps (Huget, 9e ; Baille, 32e). Une défense agressive. Un pack dominateur. Et surtout beaucoup de sérénité affichée dans le jeu. Mais les coéquipiers de Maxime Médard, bien que globalement dominés en terme de possession de balle, n’ont finalement jamais su profiter des errements lyonnais pour tuer un match qui aurait pu leur permettre d’asseoir presque définitivement leur place dans le wagon des qualifiables pour les phases finales.

Michael Harris (Lyon) vs Toulouse

Michael Harris (Lyon) vs ToulouseIcon Sport

Pourtant loin de son niveau une bonne partie de l’après-midi, notamment dans une première mi-temps où les approximations et les difficultés en touche (4 lancers perdus) ont plombé les intentions du capitaine Julien Puricelli et des siens, le LOU a croqué son adversaire au moment où l’on s’y attendait peut-être le moins. Après une énième munition vendangée (59e) dans les 22m toulousains. La sortie, dans la foulée, d’un Michalak acclamé Ernest-Wallon a-t-elle donné des ailes aux Lyonnais ? A Toby Arnold, c’est certain, en tout cas. L’ailier est alors entré en fusion.

Lyon reprend sa place dans le TOP 6

Il aura suffi de trois accélérations de l’ailier rhodanien pour renverser totalement le scénario du match. La première juste après la sortie du "Dieu" Michalak (61e), la seconde deux minutes plus tard (63e). Et la troisième dans le money-time (76e). S’il a signé son 9e essai personnel de la saison en TOP 14 sur son premier exploit personnel, Toby Arnold a offert les deux autres à Delon Armitage.

Julien Puricelli (Lyon) vs Toulouse

Julien Puricelli (Lyon) vs ToulouseIcon Sport

Avec ce succès un brin inespéré, malgré une domination certaine mais stérile pendant 60 minutes, Lyon, désormais 6e du classement, prend 3 points d’avance sur son prochain adversaire, La Rochelle (8e avec 52 points), concurrent direct pour les phases finales. De son côté, le Stade Toulousain voit sa série de quatre victoires consécutives se stopper nette. Alors qu’ils auraient pu recevoir Montpellier dimanche prochain dans la peau du dauphin, les Haut-Garonnais restent sous la pression de leurs poursuivants.

Contenus sponsorisés
0
0