Icon Sport

Irrésistible Clermont !

Irrésistible Clermont !
Par Rugbyrama

Le 10/01/2010 à 16:56Mis à jour

Décidément, rien, ni personne ne résiste aux Clermontois actuellement ! Malgré l'absence de plusieurs joueurs cadres, les Auvergnats, menés au score durant une grande majorité du match, se sont imposés sur le terrain de Toulouse (16-15) ce dimanche. L'ASMCA est désormais leader du Top 14.

Mais qui arrêtera donc Clermont en ce moment ? C’est la question qui interpelle le monde du rugby français depuis plusieurs semaines. La réponse paraissait évidente avant l’ultime rencontre de la 18e journée du Top 14 : Toulouse évidemment. En effet, Rougerie, Malzieu, Cudmore et Domingo laissés au repos, Ledesma, Privat, Vermeulen, Parra ou Floch placés sur le banc, les Auvergnats semblaient avoir déjà l’esprit tourné vers le match décisif de Coupe d’Europe contre les Ospreys dans une semaine. Au contraire des Toulousains. Les vingt-cinq premières minutes, largement dominées par les joueurs locaux, confirmaient la tendance. A la 65e minute encore, la victoire ne semblait pas pouvoir échapper aux Haut-Garonnais qui menaient 15-9. Et pourtant… Rien n’arrête les hommes de Vern Cotter. Pas même un autre candidat au Bouclier de Brennus revigoré ces derniers temps !

Les choses avaient donc parfaitement commencé pour les troupes de Guy Novès. S’appuyant sur une conquête, et notamment un alignement, dominateurs, et en choisissant d’éviter les zones d’affrontement pour jouer loin des regroupements, elles entamaient la rencontre de la meilleure des manières. Dès la 11e minute, Shaun Sowerby, après une percée plein axe de Servat et un magnifique renversement de jeu de Michalak, concrétisait les intentions toulousaines (5-0). Les Haut-Garonnais se montraient plus ambitieux et ils étaient à nouveau récompensés douze minutes plus tard. Et même les aléas du jeu avantageaient les locaux… Benoît Baby, blessé, demandait à sortir du terrain. Le jeu reprenait et il devait attendre le prochain arrêt. Juste le temps pour Vincent Clerc, servi à hauteur par Elissalde, de prendre l’intervalle et de filer droit sur l’arrière clermontois qui ne pouvait pas défendre (15-6 pour Toulouse).

Michalak rate la balle de match

Le Stade toulousain regagnait les vestiaires avec six longueurs d’avance (15-9). Seul Seremaïa Baï permettant aux siens de rester à flot. A cet instant, le club haut-garonnais avait ravi la seconde place, directement qualificative pour les phases finales, à son adversaire du soir. Et on ne voyait alors pas comment la tendance pouvait s’inverser. Pour autant, les Auvergnats ne fermaient pas le jeu et retrouvaient même de l’allant à l’entame de la seconde période. Le match s’équilibrait et les Clermontois, qui évoluaient sans réelle pression, commençaient à croire à leur chance de créer la surprise. Car effectivement, les occasions se présentaient enfin. D’abord grâce à l’indiscipline grandissante des Toulousains. Les pénalités se succédaient mais ni Baï, ni Floch ne trouvaient la mire. C’est donc par le jeu que le salut allait encore venir…

Il faut dire qu’il existe un avantage à garder certains éléments majeurs au chaud pendant une heure. Car quand dans les vingt dernières minutes, Ledesma, Privat, Vermeulen ou Parra ont fait leur entrée sur la pelouse du Stadium alors que l’ASMCA n’accusait que six points de retard, le match a fini de basculer. C’est d’ailleurs le demi de mêlée international qui servait son ouvreur Tasesa Lavea à hauteur sur les 22 mètres adverses (66e), coupant la ligne défensive toulousaine. Ce dernier prenait l’intervalle entre Johnston et Albacete et marquait en coin. Parra transformait et contre toute attente, les visiteurs menaient (16-15) pour la première fois de ce choc. L’histoire aurait pu en rester là… Mais elle est d’autant plus cruelle pour les Haut-Garonnais qu’ils ont eu une dernière, et miraculeuse, occasion de l’emporter. Frédéric Michalak, après un hors-jeu de Vermeulen, avait la victoire de son équipe au bout du pied… Sa pénalité passait à côté ! Un échec qui propulsait les Clermontois sur la première marche du Top 14, à égalité de points avec Castres. Décidément, quand tout va bien…

Contenus sponsorisés